Tahiti Infos

Parents d'élèves et syndicats inquiets d'une possible reprise de l'école


Tahiti, le 26 avril 2020 - Les fédérations des associations de parents d’élèves et les syndicats de l’éducation ont adressé ce week-end une lettre ouverte au haut-commissaire et au président du Pays pour dire leur appréhension d’une « possible reprise » de l’école. Ils demandent la mise en place de dispositifs permettant de garantir d’éviter la propagation du virus.
 
Les fédérations des associations de parents d’élèves du public, du privé, protestants et adventistes et quatre syndicats de l’éducation (Unsa Fenua et Stip-AEP, Unsa Education-PF, FSU, FO Education) ont diffusé dimanche une lettre ouverte au président du Pays, Edouard Fritch, et au haut-commissaire, Dominique Sorain, datée de vendredi. Les parents d’élèves et syndicats font savoir leur inquiétude quant à « la possible reprise » des établissements scolaires des îles du Vent. Ils considèrent que cette reprise est « prématurée » voire « dangereuse », car selon eux elle « pourrait entrainer une seconde vague de contamination ». Ils considèrent que reprendre le chemin de l’école « reviendrait à remettre le virus en circulation dans la mesure où les écoles sont des lieux de transmission forts et que les enfants sont des vecteurs potentiels de la maladie ». Pour la fédération des parents d’élèves et les syndicats, la rentrée est « à haut risque » et les autorités ne peuvent « imposer » cela aux familles.
 
Aussi, ils demandent le dépistage généralisé du personnel enseignant, la désinfection des écoles, la fourniture de matériel de protection comme du gel hydro-alcoolique ou encore des masques, pour les élèves et le personnel enseignant, la limitation des effectifs par groupe pour respecter la distanciation sociale, ou encore l’accompagnement psychologique des élevés voire même des équipes éducatives. Tous demandent également qu’une « concertation » ait lieu entre les autorités et tous les acteurs de l’enseignement « sans quoi il nous paraît difficile d’engager une reprise sereine de l’école ». Le courrier demande une réponse au haut-commissaire et au président du Pays sur ces différentes garanties demandées. Les signataires entendent également organiser une conférence de presse lundi midi au Cesec.

 


Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Dimanche 26 Avril 2020 à 13:23 | Lu 4943 fois