Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Papeete d’hier et d’aujourd’hui, le rivage de Paofai



le Grand hotel
le Grand hotel
Depuis des décennies, le Grand Hôtel qui surveille l’entrée Ouest de Papeete, a été le témoin des aménagements consécutifs du bord de mer, comme le montre ces photos que vous présentent Tahiti Heritage et Vahineitaria.

LE GRAND HOTEL

Le Grand hôtel, qui a connu ses heures de gloire dans la moitié du XXème siècle est situé dans le quartier de Paofai à Papeete, rue canonnière Zélée entre la rue du Commandant Destremau et le boulevard Pomare. A l’époque, ce boulevard n’existait pas encore et l’hôtel avait presque ses pieds dans l’eau. Son architecture est représentative du style des années 50, aux façades très dépouillées avec de grandes fenêtres à l’encadrement métallique. Lorsque les derniers touristes ont quittés l’hôtel, les locaux ont été loués comme bureaux.
En 1964, le Grand Hôtel a été le premier bâtiment de la direction du Centre d’Expérimentation du Pacifique (CEP). Au rez-de-chaussée se trouvait le service de solde, et au 1er étage la météo. En 1967, le Grand hôtel retrouve sa vocation primaire en servant en partie d’hébergement pour les nouveaux arrivés de la DCAN.

Le grand hotel aujourd'hui
Le grand hotel aujourd'hui
« Ce n’était pas le top pour l’hôtellerie (quatre par piaule) mais très pratique pour la proximité du Pitate, pour les premières leçons de tamure ! A l’époque c’était l’orchestre des frères Hars qui y sévissait »
La prestigieuse Académie tahitienne a longtemps siégée dans cet ancien hôtel avant de rejoindre en 2000, le bâtiment de la culture en haut de l’avenue Pouvanaa a Oopa (ex avenue Bruat).



PLAGE SICOGNE

Anciennement, le rivage de Paofai, abritait deux petites criques qui s’appelaient respectivement, la plage des fara (pandanus) et la plage des orangers. Elle s’est ensuite appelée plage Sigogne du nom de Lucien Sigogne (souvent orthographié par erreur Sygogne) maire de Papeete du 4 octobre 1917 au mars 1920. Avocat, ancien élève de l’Ecole coloniale et docteur en Droit, il a travaillé à l’étude de Maître Goupil. Il participa activement à la lutte contre la grippe espagnole en 1918.
C'était le seul quartier de Papeete qui avait une plage qui commençait en bas de l’avenue Bruat et allait jusqu'à l'embouchure de la Tipaerui. Il n'y avait pratiquement que du sable, et tout le monde y avait accès. Surtout les jeunes qui, au lieu d'aller à l'école, préféraient se baigner. La mer était claire, les patates de corail étaient encore visibles. « Nous aimions aller à la nage jusqu’au motu Uta en s’appuyant sur un coco en guise de flotteur » se rappellent quelques anciens.


HOKULE’A
En 1976, La pirogue double Hokule’a arrive en Polynésie française, après une navigation de 5 370 km effectuée en 32 jours reliant Honolua Bay (Maui, Hawaii) à Papeete. Elle apporte la preuve des migrations transocéaniques du peuple polynésien. En souvenir de cet évènement, un monument ressemblant à deux proues de la pirogue est dressé et la plage Sigogne prend le nom de Hokule’a.
Le grand parc aménagé en remblais sur la mer devait initialement prendre le nom de parc Hokule’a. Mais la consonance hawaïenne de ce nom déplait à certains élus. Toutefois, un monument en mémoire de la traversée de la pirogue Hokule’a a été de nouveau dressé et une des plages qui accueille les pirogues a été baptisée Plage Hokule’a. « La première plage de Tahiti où l'on ne peut pas se baigner ! » diront certains.


JARDINS DE PAOFAI
Finalement c’est le nom « Jardins de Paofai » qui est retenu pour ce parc situé entre la place Toata et la place Jacques Chirac, inauguré le 02 février 2010. D’une superficie totale de 5 hectares, ce parc paysager à dominance végétale est dédié au grand public pour offrir aux familles un espace de détente en plein Papeete. Des bancs pour se reposer, de l’herbe bien verte pour s’allonger ou jouer au ballon, des aires de jeux pour les petits, un parcours de santé pour les grands, des tables et bancs pour faire ses devoirs, lire ou manger, des fare potee pour contempler l’océan, des bassins pour rêver en regardant les poissons. La capitale avait grand besoin de ce poumon vert surtout depuis que voitures avaient pris possession des pelouses de la place Taharoi au début des années 2000.

Retrouvez d’autres photos anciennes sur la page Facebook de Vaihineitaria https://www.facebook.com/vahineitaria?fref=ts et dans la rubrique Tahiti d’antan de Tahiti Heritage http://www.tahitiheritage.pf/tahiti-antan/



Rédigé par TAHITI HERITAGE le Dimanche 17 Janvier 2016 à 09:52 | Lu 4701 fois





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 3 Janvier 2020 - 07:00 À Ua Huka, dans la pension-musée...

Lundi 19 Février 2018 - 10:26 Temple chinois Kanti de Tahiti

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies