Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



PSG : Les syndicats demandent à Raffin de ne pas toucher aux cotisations



Tahiti, le 29 septembre 2020 - La CSTPF-FO, CSIP, OTAHI, O oe to oe rima et A ti'a i mua ont rencontré mardi le nouveau ministre de l'Économie et des Finances en charge de la PSG, Yvonnick Raffin. Seul dossier à l'ordre du jour : le sauvetage de la PSG mais sans augmenter les cotisations, ont insisté les syndicats.
 
Les syndicats de salariés ont rencontré le nouveau ministre de l'Économie et des Finances en charge de la PSG, Yvonnick Raffin, mardi après-midi. Une première rencontre de plus de deux heures. Au menu, les inquiétudes concernant le financement de la Protection sociale généralisée (PSG) et de l'assurance maladie d'ici l'an prochain. "2021 sera catastrophique si on ne réagit pas. C'est cela tout le problème aujourd'hui. On a intérêt à réagir. On a six mois pour essayer de s'organiser, c'est tout", affirme le premier vice-président de la CSIP, Cyril Le Gayic.
 
Le patron de la CSTP-FO et président du conseil d'administration de la CPS, Patrick Galenon, confirme de son côté avoir été invité strictement pour "réfléchir ensemble concernant la réforme de la PSG". Selon les syndicats, un calendrier devrait être mis en place, dès le retour du ministre de Paris, pour que des rencontres soient organisées avec les patrons, les médecins ou encore les pharmaciens. "Si on doit faire des économies, il faut qu'on le fasse avec les professions médicales comme celles du privé et celles du public", explique Patrick Galenon. "Pour qu'ensemble on cherche des solutions pour faire des économies sur les médicaments, la manière de faire les ordonnances et les évasans et cela va être un très gros travail. Ce qu'il faut c'est que chacun puisse se comprendre et que les moyens étant très amoindris il faut absolument faire des économies. Et il ne faut pas que cela soit forcément aux dépens des malades".
 
Pas de second prêt
 
À la question de savoir si un second prêt pourrait permettre de financer la CPS, les centrales restent frileuses. Elles préfèrent miser sur une reprise de l'activité. "Ce que l'on souhaite c'est que l'emploi reprenne. Il faut que les entreprises reprennent le travail. On souhaite évidemment qu'il y ait très vite un vaccin (…) pour qu'on reprenne le travail", affirme Patrick Galenon. Et pas question non plus pour les syndicats d'augmenter les cotisations, prévient Cyril Legayic : "On ne souhaite pas augmenter les cotisations parce que c'est augmenter le coût du travail. Il faut vraiment trouver une manière de faire des économies. C'est ça le plus important sans préjuger de la qualité des soins. On peut faire des économies sur les médicaments et les évasans et sur les ordonnances de complaisance".
 
Il a enfin été question, avec le ministre, de la future convention Santé-Solidarité et du financement de l'État au Régime de solidarité (RSPF). "Je crois savoir que c'est en très bonne voie. C'est ce que le ministre nous a annoncé et sous la même forme de 1,4 milliard comme les autres années pour la solidarité du Pays (…). Ce qui est un peu anxiogène, c'est de ne pas savoir où on en est avec le Covid-19. Cela va conditionner les dépenses de la santé, surtout après les déclarations du ministre de la Santé. C'est un peu inquiétant". Les syndicats restent confiants et mettent en avant le fait que le ministre en charge de la PSG a travaillé plus de trois ans à la CPS. "Il connait les rouages de la PSG donc c'est un grand avantage".
 
Vaite Urarii Pambrun

Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Mercredi 30 Septembre 2020 à 09:14 | Lu 2378 fois





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 26 Octobre 2020 - 15:28 Ca rame fort pour Viper

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus