Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

PPN : "Nous sommes en train de réformer toute la liste" confirme Rohfritsch



Teva Rohfritsch, ministre de la Relance économique.
Teva Rohfritsch, ministre de la Relance économique.
PAPEETE, 30 mars 2016 - La liste des produits de première nécessité (PPN) va faire l'objet d'une réforme d'ampleur, confirme Teva Rohfritsch, ministre de la Relance économique. Selon nos informations les familles de produits que compte cette liste, modifiée 62 fois depuis 1992, devraient être réduites de moitié, passant de 30 à 15 avec le retrait de plus de 50 % des produits actuellement classés PPN. Exit tout ce qui n’est pas alimentaire, pour ne conserver, dans les familles alimentaires, que les produits de base et encore, "pas nuisibles pour la santé". Le système d'encadrement des prix pourrait également inclure la notion de marges en valeur relative, notamment pour les archipels. La prise en charge du fret en direction des archipels sera maintenue mais sur la base d’un système également réformé.
Qu’il s’agisse de moins-values fiscales ou de subventions, le système PPN représente actuellement pour la collectivité une dépense de près 2,2 milliards Fcfp par an. Les économies réalisées pourraient abonder un fonds d’aide d’urgence en faveur des plus défavorisés.

Quel est le devenir du Fonds de stabilisation du prix des produits de première nécessité (FSPPN) après l’arrêt mercredi de la subvention du riz ?

Teva Rohfritsch : Ce fonds de stabilisation subventionne également la farine (de froment panifiable, ndlr). Nous devons, après avoir statué sur le riz, nous pencher sur le sujet de la farine. Il y a également de nouveaux entrants qui souhaitent se positionner sur ce marché. Mais pour l’instant, ils ne se sont pas déclarés officiellement. J’attends que l’on ait une confirmation du niveau des prix, pour voir si la subvention (600 millions Fcfp par an, ndlr) se justifie toujours ou pas. Dès lors qu’elle ne sera plus justifiée, nous envisagerons de supprimer le FSPPN.

L’autorité de la concurrence se penche actuellement sur l’économie des PPN et des subventions à l’importation. Pensez-vous que le phénomène d’entente que l’on soupçonne s’être produit avec le riz PPN est également à l’œuvre pour la farine ?

Teva Rohfritsch : L’Autorité de la concurrence est indépendante et se saisit en effet d’un certain nombre de sujets. Nous travaillons quant à nous depuis plusieurs mois sur ces sujets-là avec la direction des affaires économiques. Je l’avais annoncé lors de ma prise de fonctions : nous sommes là pour réformer, changer le système économique.
Ce qui vient modifier la situation du riz, c’est qu’il y a une entreprise qui se positionne et qui nous annonce des prix sans subvention. C’est aussi simple que cela. Nous constatons que la subvention ne se justifie plus et nous passons à un système beaucoup plus ouvert.
Néanmoins, nous avons souhaité laissé le riz en PPN afin de s'assurer que cette décision ne provoque pas une inflation. Le riz reste un produit de première nécessité avec une marge fixée en valeur absolue. Nous allons voir le comportement des acteurs dans les mois qui viennent et, si les règles de la concurrence se réalisent sainement, demain on peut envisager que ce produit sorte de la liste.
Pour l’instant, le maintien du riz en PPN permet aussi la prise en charge du fret pour les îles afin de permettre aux habitants des archipels d’acheter ce produit au même prix qu’à Tahiti
.

Ne pensez-vous pas que le FSPPN est la source de comportements pervers dans l’économie des PPN ?

Teva Rohfritsch : Le FSPPN ne traite que du riz et de la farine. Nous sommes en train de réformer toute la liste. Il faut se souvenir que le fait de classer en PPN vient exonérer de taxes. L’économie des taxes fait baisser le prix. En contrepartie, cela s’accompagne aussi d’une fixation en valeur absolue de la marge que se partagent l’importateur et le détaillant. Mais il y a des effets pervers (…) ce n’est pas souhaitable. Dans la réforme que l’on envisage avec le Président, on souhaite aussi déconnecter la notion de prise en charge du fret du statut de PPN. De sorte que l’on puisse avoir des produits de grande consommation ou libres que l’on estime devoir proposer au même prix dans les îles qu’à Tahiti. (…) Nous souhaitons mettre à plat tout cela – c’est une directive du Conseil des ministres – et dans les semaines qui viennent nous proposerons une nouvelle liste.

Avec cette réforme dans système des PPN, ne redoutez-vous pas un impact sur le coût de la vie ?

Teva Rohfritsch : L’idée est bien entendu de ne pas peser d’avantage sur le coût de la vie. C’est pour cela que l’on y va par étape. Nous constatons néanmoins qu’il y a eu une surenchère dans la liste des produits PPN, au grès des gouvernements. Et cela s’est parfois fait au détriment du consommateur : certains produits PPN disparaissaient des étals parce que plus importés dans la mesure où les marges se trouvaient figées, tandis que des produits de substitution se retrouvaient vendus plus chers… Il y a eu des effets pervers.
Avec le Président, nous avons validé un certain nombre d’orientations lors du Conseil des ministres hier (mercredi, ndlr). Je vais revenir devant le Conseil avec une liste des PPN revisitée. C’est un sujet que nous évoquerons aussi avec l’Assemblée, parce que, si ça se décide par arrêté en Conseil des ministres, c’est un sujet éminemment sensible. Je crois qu’il faut que l’on revienne à la définition de ce qu’est un produit de première nécessité, c’est-à-dire celui qui va aider un certain nombre de nos famille modestes à joindre les deux bouts pour se nourrir. Des produits ont été glissés dans cette liste de sorte que ce dispositif d’encadrement ne vient plus exclusivement en aide aux plus modestes.
Nous préférons dégager de la marge budgétaire. Concrètement, les économies réalisées avec le riz sur le FSPPN, on souhaite les réinjecter dans un fonds d’actions sociales pour venir aider directement ces familles qui ont besoin d’une aide sociale d’urgence
.

Tiendrez-vous également compte des remarques du ministère de la Santé dans la révision de la liste des PPN ?

Teva Rohfritsch : Oui, je pense qu’il faut avoir le courage politique de le faire. Il y a plusieurs années que l’on en parle. On m’a demandé de réunir l’Economie, la Solidarité et la Santé pour ensemble définir cette nouvelle liste. Nous allons définir la liste des produits de première nécessité, ceux qui ne sont pas nuisibles à la santé. On souhaite aussi dissocier de cette liste les produits qui sont destinés à aider les professionnels. On préfère imaginer des aides directes. La liste sera bien entendu revue en fonction d’un critère de santé. Et les économies réalisées seront réinjectées dans un fonds d’action sociale pour venir directement en aide aux ménages modestes.
(…) Il faut que l’on redéfinisse cette liste pour que les produits nécessaires à la famille soient accessibles à des prix réduits et que, pour le reste, on laisse place au jeu de la libre concurrence. Et cela n’exclut pas que les prix puissent baisser. Souvenez-vous qu’il y a toujours eu ces suspicions de marges-arrières : compte tenu des marges fixées ici en valeur absolue, on peut penser que certains opérateurs aient ouvert des sociétés à l’extérieur pour s’acheter à eux-mêmes ces produits. Ce sont des soupçons sur lesquels il appartiendra à l’Autorité de la concurrence de se pencher. De notre côté, sous l’angle de la réglementation, on souhaite que ces produits soient mieux ciblés et profitent à ceux à qui ils sont destinés.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Jeudi 31 Mars 2016 à 14:47 | Lu 2669 fois







1.Posté par Mathius le 31/03/2016 18:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Rien ne sert de réformer la liste si des gardes fous ne sont pas mis en place pour que les importateurs ne multiplie pas les coûts de reviens. Par exemple, combien d'entre eux ont des sociétés d'achats à l'etranger et qu'ils se revendent en import ã leur société a Tahiti . Le systeme politique à toujours fermé les yeux car cela fait augnementé les taxes, pourtant aucune économie ne peut être viable par ce principe pervers sans les dividendes de la France.
Qui parle d'économie touristique?

2.Posté par Ta Mère :) le 31/03/2016 19:36 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

2,2 milliards d''économie pour aider les défavorisés ?
Combien de centaines de milliards on aurait pu économiser en évitant des constructions inutiles ? (ex : port maritime, route de circulation "rénové" et sur-rénové, etc..)

3.Posté par pac le 31/03/2016 20:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la vie sera plus chère...bien sûr!

4.Posté par emere cunning le 31/03/2016 22:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"il y a eu une surenchère dans la liste des produits PPN, au gré des gouvernements."
La liste des PPN n'a pas tant varié avant la venue de l'UPLD qui a rajouté un paquet avant les élections de 2013. C'est sûr qu'il y a des produits qui n'ont pas leur place. Et le gouvernement ferait bien d'étoffer le service des Affaires économiques et de secouer (pour ne pas dire contrôler) ses agents contrôleurs.
Il semblerait aussi que les céréales, considérées comme nuisibles pour la santé car sucrées, seront retirées de la liste. Ce serait une erreur car les gamins les consomment au petit-dej avec du lait nécessaire à leur croissance et à cet âge les calories du matin sont vite "brûlées" ; ils vont revenir au coca, sprite et autres qui eux sont une catastrophe.

5.Posté par Tuams TUAMS le 01/04/2016 09:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

fret pour les archipels ciment pris en charge (merci) mais pas les dérivés du ciment (parpaings etc...) et autres besoins (sanitaires meubles de base)
dans les archipels sauf à avoir un salaire de fonctionnaire nous sommes condamnés a vivre dans du CP et sous un toit de tôles (à 40°) avec des meubles de récupération ou de débrouille (8000 frs le m3 combien pour un frigo congel ?) et on nous dit " rester là bas la vie est belle" je rappelle que nous sommes au XXI ème siècle ... alors oui à la réforme en pensant à ceux que vous venez visiter pendant les vacances !!!!

6.Posté par FAFARUX le 01/04/2016 10:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Allez Teva!!! mets nous le bière en PPN

7.Posté par chat le 01/04/2016 11:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Déjà les grandes famille polynésiennes n' achètent que des produit PPN et le gouvernement veut supprimer tout ça, MEAMA FERURI MAITAI TEIE MAITI RAA MUA;

8.Posté par gaston le 01/04/2016 12:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour la biere les grandes familles trouvent toujours de l'argent .

9.Posté par FAFARUX le 01/04/2016 13:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut aussi travailler sur la TDL. pourquoi on paye 37% de TDL sur la mozzarella, le philadelphia, le jambon sec, le savon de toilette, le produit pour laver les vitre, la vaisselle plastique NON jetable. TDL de 20% sur le chocolat... j'en passe et des meilleures...
Que des produits qui ne sont pas fabriqués localement et qui sont surtaxés et que les gouvernements successifs non surtout pas touché tout en disant aux micros des journalistes qu'ils voulaient aider.
82% de TDL sur la bière, là on frise le comportement mafieux

10.Posté par Georgy le 01/04/2016 20:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fafarux a tout à fait raison, la TDL est une taxe qui a été conçue pour protéger des intérêts particuliers, en contrepartie de rétro-financements occultes, style Affaire-Haddad ("Excellence, vous me réservez un marché, et je vous retourne (ici, mais plutôt à l'étranger...) un financement discret calculé sur telle ou telle base"). Une "Opération Mains Propres" (Manu Pulite en Italien), lancée par le monde judiciaire, telle que celle menée en Italie il y a vingt ans, permettrait de nettoyer le système polynésien. Avec, osons le dire, arrestations de politiciens, syndicalistes, hommes d'affaires impliqués dans le "système". La nouvelle prison est en cours de finition...

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 23 Juin 2018 - 14:00 Seize nouveaux papio à Vaitupa !

Samedi 23 Juin 2018 - 13:31 Vaimalama Chaves est la nouvelle miss Tahiti

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués