Tahiti Infos

Nouvelle affaire d'infection nosocomiale au TA


Tahiti, le 11 mars 2020 - Après avoir condamné l’hôpital d'Uturoa en novembre dernier pour une infection nosocomiale d'un patient, le tribunal administratif s'est penché mardi sur un nouveau cas qui concerne cette fois-ci le l'hôpital du Taaone.

Le tribunal administratif s'est penché mardi sur la demande d'un patient du Centre hospitalier de Polynésie française victime d'une infection nosocomiale durant son séjour à l'hôpital. A la suite d'un accident domestique au début du mois de février 2013, la victime soufrait de brûlures au second degré sur 15% de son corps. Des chiffres qui ne traduisaient alors pas une extrême gravité et une mise en péril lors de son admission au Centre hospitalier du Taaone. Près de cinq semaines après l'accident, une greffe de peau est enfin réalisée. Cette dernière est très tardive d'après un expert désigné en 2017. De surcroît, une infection nosocomiale intervient juste après cette opération, pendant l'hospitalisation. Des complications qui ont conduit par la suite cette patiente à être évasanée vers la Nouvelle-Zélande, augmentant et prolongeant ainsi ses souffrances.

Le CHPF n'ayant pu prouver que les germes étaient déjà présents dans l'organisme de la patiente à son arrivée à l’hôpital, il n'a pas contesté être à l'origine de l'infection et de la faute ainsi caractérisée. Le rapporteur public a proposé d'indemniser cette victime à hauteur de 1,8 million de Fcfp pour couvrir le déficit fonctionnel, le préjudice esthétique et les souffrances endurées pendant plusieurs mois. La décision est attendue dans 15 jours.

Rédigé par Sébastien Petit le Mercredi 11 Mars 2020 à 16:45 | Lu 1787 fois