Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Nauru ordonne à MSF de cesser son travail parmi les réfugiés



Wellington, Nouvelle-Zélande | AFP | dimanche 06/10/2018 - L'ONG Médecins sans frontières a annoncé avoir reçu l'ordre de la part du gouvernement de Nauru, minuscule nation du Pacifique, de cesser de soigner les réfugiés et habitants souffrant de problèmes de santé mentale.

Nauru, le plus petit pays insulaire du monde, s'est retrouvé sous le feu des critiques pour les conditions de vie des réfugiés, y compris des enfants, qui sont relégués sur son sol par l'Australie aux termes de sa politique draconienne d'immigration.
"Le gouvernement de Nauru a informé Médecins sans Frontières qu'il n'avait +plus besoin de nos services+" et a demandé que nos activités cessent dans les 24 heures", a déclaré un porte-parole de l'ONG dans un communiqué transmis à l'AFP samedi.
Les migrants qui vivent dans les camps de Nauru affirment avoir un accès limité aux soins. Les services médicaux sont débordés car de nombreux réfugiés et demandeurs d'asile souffrent de problèmes psychologiques.
Les ONG ne cessent de dénoncer la politique d'immigration draconienne de l'Australie. Depuis 2013, Canberra, qui dément tout mauvais traitement, refoule systématiquement en mer tous les bateaux de clandestins, originaires pour beaucoup d'Afghanistan, du Sri Lanka et du Moyen-Orient.
Ceux qui parviennent à passer par les mailles du filet sont envoyés dans des îles reculées du Pacifique. Canberra argue qu'il sauve ainsi des vies en dissuadant les migrants d'entreprendre un périlleux voyage. Les arrivées de bateaux, qui étaient quasiment quotidiennes, sont aujourd'hui rarissimes. 
Le Refugee Council of Australia et l'Asylum Seeker Resource Centre ont dénoncé récemment les ravages psychologiques de la détention indéfinie, en particulier chez les enfants.
MSF est "extrêmement préoccupé" par les risques posés par la décision de Nauru pour "la santé de nos patients et appelle les autorités à nous autoriser à poursuivre notre travail", a ajouté le porte-parole.
D'après son site internet, l'ONG travaillait sur Nauru depuis la fin 2017. "Le manque de soutien disponible en matière de santé mentale affecte à la fois la population de Nauru et les demandeurs d'asile et réfugiés qui vivent sur l'île dans le cadre des processus off-shore du gouvernement australien", écrit MSF. "Nos équipes ont identifié des cas de schizophrénie, de violences familiales et des niveaux alarmants de dépression sur Nauru, surtout chez les enfants."
Près d'un millier de migrants dont une centaine d'enfants, sur 11.000 habitants, vivent dans huit camps financés par Canberra, certains depuis cinq ans, selon leurs récits.

le Lundi 8 Octobre 2018 à 03:00 | Lu 684 fois





Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués