Tahiti Infos

Moorea veut reconnecter la jeunesse à sa culture


Moorea, le 20 juillet 2021 - Des rencontres entre jeunes adolescents des différents districts de Moorea a lieu tout au long de cette semaine à travers différentes activités culturelles. L’objectif de la municipalité de Moorea, initiatrice de ce projet, est d’une part de reconnecter ces jeunes à la culture polynésienne et, d’autre part, de tisser des liens entre les différents districts. Plus d’une centaine de jeunes sont attendus.

La commune de Moorea-Maiao, en partenariat avec le contrat de ville, organise depuis lundi et jusqu'à vendredi une semaine de rencontres culturelles, intitulées « fārereiraa »,  en faveur des jeunes des différents districts de l’île. A cette occasion, les jeunes de 12 à 17 ans vont bénéficier d’activités culturelles comme les percussions traditionnelles, les chants traditionnels, le décorticage de coco, le javelot traditionnel ou encore la course des porteurs de fruits. Les activités ont eu lieu lundi et mardi au site Pererau à Pihaena pour les jeunes de Paopao et de Teavaro. De mercredi à jeudi, ce sont ceux de Papetoai et de Haapiti  qui vont en bénéficier sur le terrain de football de Tapuhute. Une représentation finale aura lieu vendredi au terrain de football de Afareaitu durant laquelle tous les jeunes, y compris ceux de Afareaitu, viendront faire une démonstration des connaissances acquises tout au long de la semaine.  « Il est important de renouer ces jeunes avec notre culture polynésienne, notre histoire, son identité,… Nous essayons de faire revivre cette culture au sein de cette jeunesse aujourd’hui.» insiste Teiva Tapu, élu de l’île sœur en charge de la culture. L’objectif pour la municipalité est également de renouer le dialogue entre les jeunes de différentes communes associées par la culture polynésienne, surtout après les derniers conflits entre quartiers. « Le fārereiraa a aussi été organisé afin que les enfants et les jeunes  des différents districts se rencontrent, pour que les liens se renouent afin de ne plus revoir les problèmes que nous avons connus récemment. Il y a en fait toujours des liens entre les parents, mais pas entre leurs enfants.» explique Thierry Tapu avant d’ajouter que « quand on regarde nos jeunes d’aujourd’hui, ils ne se préoccupent plus de la vie communautaire. Il n y a plus de respect pour les parents, le matériel des autres, les sites, etc. On l’a vu avec les vols et les saccages. Cela ne fait pas partie de notre culture ». En l’absence de Heiva à Moorea cette année, l’idée pour les organisateurs est aussi de profiter de cette « pause » afin de  préparer cette nouvelle génération aux futurs événements culturels de l’île sœur.

Rédigé par Toatane Rurua le Mardi 20 Juillet 2021 à 11:05 | Lu 760 fois