Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Moorea condamnée en appel pour ses ex-cantiniers



Les cantiniers de Ta'u Tama Here lors de la grève de 2017 à Moorea.
Les cantiniers de Ta'u Tama Here lors de la grève de 2017 à Moorea.
Tahiti, le 21 novembre 2019 – La cour d’appel de Papeete a confirmé jeudi le jugement du tribunal du travail qui avait condamné en 2018 la commune de Moorea à réintégrer ses 39 anciens cantiniers de la fédération Tau Tama Here.
 
Plus de deux ans après le conflit social dans les cantines de Moorea, la commune a été de nouveau condamnée jeudi matin en appel à réintégrer ses 39 anciens cantiniers de la fédération Tau Tama Here. A l’origine du conflit, la commune avait choisi en 2016 de faire passer son système de gestion des cantines scolaires en régie directe, alors que le service était confié depuis 2003 à une structure associative : la fédération Tau Tama Here. Problème : à l’époque la mairie avait tenté de pousser les 39 employés de la fédération à la démission pour les reprendre sans avantages et sans ancienneté.
 
Le bras de fer entre les employés de Tau Tama Here et la commune avait conduit à une grève menée par la CSIP dans les cantines scolaire mi-2017. A la rentrée scolaire suivante, la commune de Moorea était passée en force en réembauchant des cantiniers et en laissant les employés de la fédération sur le carreau. Ces derniers ont saisi le tribunal du travail de Papeete qui leur a donné raison le 21 août 2018, condamnant la commune de Moorea à les réintégrer dans ses effectifs.

Arriérés de salaires

Depuis, la commune a préféré faire appel. Et la cour a statué jeudi matin en confirmant en tous points le jugement du tribunal du travail. La commune de Moorea a même été condamnée à régler les frais de justice de l’ensemble des 39 ex-employés, soit 10,9 millions de Fcfp.
 
Mais il y a plus préoccupant pour la commune de l’île sœur. Depuis le jugement de première instance, la municipalité refuse d’appliquer la décision de justice et n’a toujours pas réintégré les 39 employés. Résultat, la commune va devoir rembourser les arriérés de salaire de l’ensemble des anciens salariés de Ta’u Tama Here depuis 2017. Une ardoise estimée, selon les informations de nos confrères de Radio 1, à près de 250 millions de Fcfp.

Rédigé par Antoine Samoyeau le Jeudi 21 Novembre 2019 à 13:36 | Lu 2077 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus