Tahiti Infos

Moorea à la pêche à la carte et aux aides


Moorea, le 4 février 2021 - Plusieurs pêcheurs de Moorea ont rencontré des représentants de la Direction des Ressources Marines (DRM), mardi à Papetoai et mercredi à Vaiare. Ils étaient venus se renseigner sur les conditions d’accès à la carte de la Chambre d'agriculture et de la pêche lagonaire (CAPL) et surtout sur les aides allouées aux pêcheurs par le Territoire.

Des représentants de la Direction des Ressources Marines ont rencontré les pêcheurs  lagunaires de Moorea  mardi, dans les locaux de la commune  associée de Papetoai, et mercredi sur le site de la Direction des Services Techniques de la municipalité à Vaiare. L’objectif de ces rencontres était d’informer les pécheurs des dispositifs d’aides à la pêche offerts par le  territoire. Pour rappel, les pêcheurs lagunaires de Tahiti et des îles peuvent en effet bénéficier de plusieurs aides telles que l’acquisition d’une embarcation ou d’une pirogue de pêche, l’achat de matériaux pour la construction d’une embarcation ou d’une pirogue, l’achat d’un moteur hors-bord ou d’une remorque. Pour Tahiti et Moorea, le pays finance 80% du coût de chaque achat tandis que le reste est payé par les pêcheurs eux-mêmes. Pour les autres îles du fenua, la répartition des coûts varie à 85% pour le pays et à 15 % pour les pêcheurs en raison des coûts de fret maritime. Mais pour pouvoir accéder à ces aides, les prétendants doivent avant tout détenir une carte de pêcheur professionnel CAPL. C’est justement dans cette optique que plusieurs pécheurs lagunaires de l’île sœur s’étaient présentés devant les représentants de la Direction des Ressources Marines afin de faire une demande d’acquisition de la carte CAPL dans un premier temps et de prétendre aux aides du territoire par la suite. Quelques-uns étaient toutefois venus pour renouveler leur carte. En plus de la présentation des documents administratifs (pièce d’identité, certificat de résidence,…), les agents de la DRM vont surtout s’assurer que les futurs bénéficiaires de ces cartes soient des vrais pêcheurs, pour éviter notamment que ceux qui sont uniquement motivés par les aides n’en bénéficient pas. « Grâce à l’entretien et de par les échos qu’on va avoir, on va voir si c’est bien un pêcheur ou pas. On peut aussi aller directement chez eux pour le vérifier » prévient Nicolas Ebb, agent de la DRM.

​Une augmentation des demandes due à la crise sanitaire


La question qui revient souvent parmi les prétendants est de savoir s’ils peuvent posséder ou pas une carte CAPL tout en exerçant un emploi. « Rien n’interdit d’avoir un travail et une carte CAPL. Cependant, on sait pertinemment que, dans ce cas, cette carte n’est pas la finalité pour eux. Ceux-là viennent pour les aides. Ils ne les auront pas » souligne Nicolas Ebb avant de préciser que « ceux qui ne peuvent pas avoir la carte CAPL sont les fonctionnaires d’Etat et territoriaux ». Ceux qui débutent et qui veulent se lancer dans l’activité de pêche peuvent pour leur part prétendre à la carte (CAPL) Mahana. Outre les aides, les titulaires de la carte CAPL, qui sont répertoriés à la Chambre de l’Agriculture et de la Pêche Lagunaire, peuvent avoir des réductions de prix sur certains produits comme les sacs de glace proposés par les coopératives de pêche. A noter que, depuis le début de la crise sanitaire, de plus en plus de gens se lancent dans l’activité de pêche. « La Covid19 a impacté le nombre de demandes pour la carte CAPL à Tahiti, Moorea et dans les autres îles. Beaucoup de gens commencent à se lancer dans de l’activité primaire suite à la fermeture des hôtels et des entreprises » constate Mana Julius, un autre agent de la DRM. Celui ajoute d’ailleurs que « la chute du secteur de la perle aux îles Tuamotu a fait que  la plupart des perliculteurs commencent à revenir dans la pêche ».

Rédigé par Toatane Rurua le Jeudi 4 Février 2021 à 09:18 | Lu 955 fois