Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Manifestation à Nouméa pour un "drapeau commun"



Manifestation à Nouméa pour un "drapeau commun"
NOUMEA, 9 avril 2011 (AFP) - Une manifestation a eu lieu samedi matin à Nouméa pour défendre le projet d'un "drapeau commun à tous" en Nouvelle-Calédonie, théâtre d'une crise politique née de conflits sur ce sujet sensible.

Environ 2.000 personnes selon la police, 3.500 selon les organisateurs, se sont rassemblées, brandissant un projet de drapeau commun, une bannière rouge et grise ornée d'un pin colonnaire, d'un coquillage et d'une flèche faîtière.

"Nous sommes ici pour lever notre drapeau commun à tous, décidé par le peuple. Notre combat est juste et digne", a déclaré à la tribune Philippe Blaise, leader du collectif, à l'origine de la manifestation.

Elle a été organisée pour s'opposer aux deux drapeaux - tricolore et indépendantiste kanak - comme emblême du Caillou. Ce double pavoisement vise à reconnaître "les deux légitimités" du Caillou (Européenne et Kanak), mais son choix n'a pas respecté la procédure prévue par l'accord de Nouméa et soulève la controverse.

"Ce drapeau reste le symbole de l'indépendance, elle est dangereuse pour la construction du destin commun, d'une seule légitimité, celle du peuple calédonien rassemblé", a déclaré Hélène Iékawé, élue territoriale.

Cette manifestation est intervenue alors que la Nouvelle-Calédonie est en proie à une crise politique, née de profondes divisions qui se sont cristallisées autour de la question sensible du drapeau.

Leader du parti Calédonie Ensemble (droite), Philippe Gomes, présent à la manifestation, a été renversé de la présidence du gouvernement collégial le 17 février par des "ministres" indépendantistes au motif qu'il est contre les deux drapeaux.

Une nouvelle alliance entre le Rassemblement-UMP et une partie des indépendantistes tente de s'installer au pouvoir, mais Calédonie ensemble (CE) a adopté une stratégie pour l'en empêcher, et veut que Paris dissolve les assemblées.

Marie-Luce Penchard, ministre de l'Outre-mer, est attendue la semaine prochaine à Nouméa. Elle doit rencontrer l'ensemble des acteurs politiques calédoniens, afin de faire en sorte que "les tensions s'apaisent".

cw/il

Rédigé par AFP le Samedi 9 Avril 2011 à 05:21 | Lu 731 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués