Tahiti Infos

Macron croit au “modèle de pêche polynésien”


Crédit photo : AFP - Ludovic Marin
Crédit photo : AFP - Ludovic Marin
Tahiti, le 27 juillet 2021 – Emmanuel Macron s'est rendu au port de pêche de Papeete mardi pour y rencontrer les mareyeurs et armateurs polynésiens. De la pêche jusqu'à la transformation du poisson, le chef de l'État a pu découvrir l'ensemble des étapes de la filière locale qui ne demande qu'à se développer, notamment vis-à-vis de ses volumes d'exportation.

Accompagné du ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu et du président de la Polynésie française, Édouard Fritch, Emmanuel Macron s'est rendu au port de pêche de Papeete mardi matin pour rencontrer les différents acteurs du secteur de la pêche locale. Parmi eux, Yann Chin, armateur, mareyeur et directeur des sociétés Vini Vini et Pacific Tuna, a tenu à remercier d'emblée le chef de l'État pour la gestion de la Zone économique exclusive française (ZEE). “Elle est bien protégée et maîtrisée par le JRCC et l'État malgré les nombreux navires chinois aux abords de la zone”, se réjouit l'armateur. Et pour le Président de la République, si la France est la deuxième puissance maritime mondiale, c'est en grande en partie dû à cette ZEE. “La Polynésie française est absolument clé dans ce contexte. Car pêcher dans la ZEE française, c'est s'assurer de protéger ses réserves halieutiques et minières comme ses fonds marins. Pour moi, ces fonds sont un continent à défricher. Nous avons une politique spatiale ambitieuse mais aussi une politique maritime ambitieuse”.

Crédit photo : AFP - Ludovic Marin
Crédit photo : AFP - Ludovic Marin
6 000 tonnes en 2021…

Le vice-président de la Polynésie française, Tearii Alpha, a ensuite proposé une présentation chiffrée du secteur de la pêche, troisième secteur économique du fenua après le tourisme et la perle et qui représente 8% de l'emploi total local, soit environ 2 000 salariés. Concernant les navires, 72 palangriers thoniers sont actuellement en activité dans les eaux polynésiennes. Sur ces bateaux, 350 marins-pêcheurs travaillent pour le compte de 18 armateurs et 6 mareyeurs. Cette filière 100% polynésienne produit 6 000 tonnes de poissons depuis désormais trois ans. 4 500 tonnes sont destinées au marché local tandis que 1 500 tonnes sont réservées à l'exportation, principalement pour le marché américain (90%) alors que les 10% restants partent en métropole. “Il faut valoriser encore plus l'exportation. À la fois vers les marchés européens et l'Hexagone, mais surtout vers les marchés asiatiques”, a affirmé le chef de l'État.

… objectif de 12 000 tonnes pour 2031

Le président du conseil d'administration du port de pêche, Stéphane Perez, a ensuite exposé les ambitions de la filière locale d'ici à 2031. “Nous avons un potentiel d'exportation que l'on peut doubler. Le Pays a une forte ambition concernant le développement de cette filière locale de la pêche, à savoir le doublement des captures d'ici cinq à dix ans et passer de 6 000 à 12 000 tonnes sans remettre en cause l'exploitation de la ressource halieutique”. Pour se faire, le Pays a pour projet de réaménager le port de pêche pour l'agrandir de 50%.

Crédit photo : AFP - Ludovic Marin
Crédit photo : AFP - Ludovic Marin
Un modèle de pêche à la ligne durable

Le président de la République a ensuite embarqué à bord du thonier Ulysse 2, dernier bateau de pêche acquis par le mareyeur, armateur et gérant de la société Ocean Products, Georges Moarii. Il s'agit d'un navire-congélateur construit au fenua, financé grâce à la défiscalisation et capable d'effectuer près de deux mois en mer tout en maintenant les produits pêchés au frais. “J'ai expliqué au président que nous avions une pêche très sélective. On pose jusqu'à 2 500 hameçons mais on ne pêche qu'entre 20 et 60 poissons par jour”, a précisé Georges Moarii. “Je crois en ce modèle de pêche polynésien. C’est-à-dire le modèle de pêche durable là où des régions sont beaucoup plus prédatrices et mettent en danger les ressources de réserves halieutiques. Il est compatible avec la préservation de notre patrimoine naturel tout en créant de l'activité économique et des emplois” a confié le président de la République.

Pour Emmanuel Macron, la double défiscalisation du Pays et de l'État permet de créer des emplois tout en préservant les équilibres. "Elle permet surtout de pêcher mieux avec des techniques qui sont les meilleures au monde, comme la pêche à la ligne sélective. Aujourd'hui, l'évaluation de la défiscalisation décidée est positive. Nous allons la reconduire afin que les pêcheurs puissent continuer d'investir et de créer toute une filière de construction de navires”.

La visite s'est poursuivie avec la présentation des produits de la pêche hauturière et lagonaire disposés sur un plateau réfrigéré. Dans un dernier temps, le chef de l'État s'est rendu dans une salle de filetage pour observer les découpes de poissons pélagiques. Cette visite de deux heures a permis à Emmanuel Macron de se rendre compte de la volonté de développement des acteurs économiques concernant la filière pêche locale. Des acteurs “qui y croient et qui créent de l'emploi”, félicite le Président de la République.

Rédigé par Etienne Dorin le Mardi 27 Juillet 2021 à 12:58 | Lu 2736 fois