Tahiti Infos

Lourdes peines de prison ferme et mandats de dépôt pour les agresseurs du gérant du Fare Led


Le duo a été conduit à la prison de Nuutania à l'issue de l'audience cet après-midi.
Le duo a été conduit à la prison de Nuutania à l'issue de l'audience cet après-midi.
PAPEETE, le 9 mai 2016 - Deux ans et quatre ans de prison ferme. Avec mandat de dépôt à l'audience. C'est la peine infligée ce lundi après-midi par le tribunal correctionnel de Papeete contre les deux jeunes voyous de 21 et 22 ans qui avaient agressé et laissé pour mort le gérant du magasin Fare Led à Faa'a, le 19 avril dernier dans sa boutique isolée du bas de la RDO.

Les deux jeunes SDF, qui devaient être jugés en comparution immédiate le 21 avril dernier pour cette agression sauvage, avaient demandé un délai pour préparer leur défense. Jugés cet après-midi, ils ont écopé de lourdes peines de prison ferme avec maintien en détention pour l'un, et mandat de dépôt pour l'autre. Ce dernier comparaissait libre, sous contrôle judiciaire.

Les deux jeunes désœuvrés, sans travail ni domicile fixe, ne se sont pas montrés très bavards à l'audience et n'ont manifesté aucun remords sérieux. Contraint de reprendre leurs déclarations recueillies par les gendarmes en garde à vue, le président du tribunal s'est montré effaré à la lecture du mobile de cette agression qui a valu à la victime, abandonnée à son triste sort dans une mare de sang, une hospitalisation d'urgence et une ITT de 8 jours : ils voulaient simplement voler une moto pour faire le tour de l'île de Tahiti. "Vous vous fichiez complètement qu'il soit mort ou pas, vous êtes prêts à tuer quelqu'un pour aller faire un tour en moto" n'a pu que déplorer le magistrat devant des prévenus de marbre, impassibles. "Vous vous rendez-compte à quel point de destruction morale vous êtes arrivés ? A seulement 21 ans ?]i"

Tabassé à coups de poing, de pied... et de bouteilles en verre

Le duo s'était rencontré le matin même autour du marché de Papeete pour préparer un sale coup. Après avoir erré en ville pendant des heures sans rien trouver à voler, les deux délinquants avaient atterris du côté du Fare Led, ce magasin d'électricité situé en contrebas de la RDO après le cimetière de l'Uranie, à la frontière entre Papeete et Faa'a.

Attirés par la moto de leur victime, garée en bas de la boutique, le duo avait ensuite élaboré un guet-apens pour en récupérer les clés en ne laisser aucune chance de réaction au commerçant, âgé de 63 ans. Feignant d'être blessé et d'avoir besoin d'aide, le premier avait distrait le gérant de la boutique pendant que le second lui sautait dessus. Les deux loustics l'avaient ensuite passé à tabac à coups de pieds, de poings et de bouteilles en verre.

Les clés de contact en poche, et sans oublier de dérober le téléphone du sexagénaire dès fois qu'il appellerait au secours, le duo avait enfourché la moto volée pour disparaître du côté de Faa'a. Ils seront finalement interpellés quelques heures plus tard après un minutieux travail d'enquête de voisinage mené par les gendarmes, en lien avec les policiers municipaux de la commune.

Si l'un des deux voyous n'avait jusqu'ici pas de casier judiciaire, son comparse empile les condamnations depuis sa minorité : une douzaine de peines et déjà des séjours en prison malgré son jeune âge pour des faits de vols et de violences. En état de récidive légale, il n'était sorti de la maison d'arrêt que depuis un mois quand il a imaginé cette nouvelle agression. Le représentant du ministère public avait requis 6 ans de prison ferme contre cet individu "ancré dans la délinquance" et devant être "mis à l'écart de la société" pour que "les honnêtes gens n'aient plus à croiser son chemin".

Trois semaines après les faits, la victime et partie civile, absente à l'audience, a réservé ses droits le temps de procéder à des examens médicaux complémentaires. Conséquence directe des coups reçus, le sexagénaire souffre aujourd'hui d'une perte d’acuité inquiétante à un œil.


Impassibles, ils n'ont manifesté aucun remords à la barre.
Impassibles, ils n'ont manifesté aucun remords à la barre.

Rédigé par Raphaël Pierre le Lundi 9 Mai 2016 à 17:07 | Lu 4752 fois