Tahiti Infos

Les scientifiques font le point sur nos ressources minières sous-marines


L’opération minière sous-marine papoue de Nautilus Minerals a commencé en 2012 pour de premières livraisons en 2013. Crédit photo : Nautilus Minerals
L’opération minière sous-marine papoue de Nautilus Minerals a commencé en 2012 pour de premières livraisons en 2013. Crédit photo : Nautilus Minerals
PAPEETE, le 2 juillet 2014 - L’IRD, institut de recherche scientifique français, est en Polynésie cette semaine pour lancer une grande étude sur les ressources minières sous-marines polynésiennes et démarrer des transferts de technologies avec nos entreprises.


L’IRD (Institut de Recherche et de Développement) a une actualité chargée en cette fin de semaine. Le directeur de la structure nationale, Michel Laurent, est en Polynésie pour inaugurer le CVT "Valorisation Sud" et lancer un atelier scientifique pour le lancement d’une expertise collégiale sur les ressources minérales subocéaniques.

D’abord le Consortium de valorisation thématique (CVT) "Valorisation Sud", qui sera inauguré ce jeudi 3 juillet. Il est créé par les institutions de recherche IRD, Cirad, l’Institut Pasteur et les universités de l’Outre-mer. « L’objectif est de mettre en commun les brevets des membres du consortium et de les transférer à des entreprises du Sud, en particulier dans l’Outre-mer. Nous leur mettons à disposition avec des licences et des savoir-faire innovants. Les chercheurs développent des procédés intéressants pour les entreprises, et nous allons essayer de les valoriser » explique Mathieu Grellier, qui a été engagé en Polynésie par le CVT (Les entreprises intéressées peuvent le contacter sur [email protected]).

Pour assurer la promotion de ces découvertes et gérer le portefeuille de brevets, le CVT "Valorisation Sud" disposera d’un budget de 9 millions d’euros sur 10 ans. Il possède déjà 129 brevets concernant des technologies et savoir-faire adaptés aux régions tropicales, équatoriales, désertiques et aux pays en développement.

Le point sur les ressources minières océaniques

La recherche sur les ressources minérales situées sur le plancher océanique (répartis en trois types : nodules, encroûtements et amas sulfurés) avance lentement depuis les années 50, mais en 2013, une toute première exploitation industrielle des nodules polymétalliques a démarré dans le sud de la Papouasie Nouvelle Guinée par la société canadienne Nautilus Minerals Inc. Cette ressource pourrait donc être bientôt exploitable en Polynésie.

Car nous possédons dans notre Zone Economique Exclusive « les encroûtements dont les concentrations en cobalt sont les plus élevées [au monde], le platine étant un élément valorisant » expliquait un rapport de l’IFREMER en 2011.

Le Haut-commissariat et la Présidence ont donc commandité à l’IRD une expertise « collégiale, pluridisciplinaire et internationale sur les ressources stratégiques (terres rares, nodules polymétalliques, encroutements cobaltifères…) que peuvent recéler les fonds océaniques. » Elle sera conduite par l’IRD en 2014-2015. Ces jeudi et vendredi, un atelier initial organisé à l’UPF permettra d’élaborer un état des lieux, une feuille de route et une série de questions auxquels les experts auront deux ans pour répondre.

Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Mercredi 2 Juillet 2014 à 17:37 | Lu 3284 fois