Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Les revenus des médecins varient "du simple au double"



Les revenus des médecins varient "du simple au double"
PARIS, 02 oct 2012 (AFP) - Les revenus des médecins varient "du simple au double" et les écarts s'expliquent en partie par le poids des dépassements d'honoraires dans certaines spécialités, selon une étude de la Drees (statistiques des ministères sociaux) publiée mardi.

Les médecins ayant une activité libérale ont déclaré en moyenne 97.400 euros pour l'année 2008: 121.300 euros pour les spécialistes et 76.600 euros pour les généralistes, indique cette étude.

"Les écarts vont du simple à plus du double entre spécialités": les radiologues déclarent 173.900 euros annuels, les anesthésistes 170.200 euros quand les dermatologues déclarent 77.400 euros, précise-t-elle.

Les différences de revenus entre les médecins de secteur 1 qui pratiquent les tarifs de la Sécurité sociale et les médecins de secteur 2, aux honoraires libres, sont plus marquées entre les chirurgiens (+53% en secteur 2), les obstétriciens (+39%), les ophtalmologues (+33%) et les anesthésistes (+26%).

En revanche les pneumologues, les cardiologues et les rhumatologues de secteur 2 gagnent moins que leurs collègues de secteur 1.

Au-delà des dépassements d'honoraires, les médecins disposent en effet d'autres leviers pour augmenter leurs revenus: part d'activité salariée, quantité d'actes pratiqués, etc.

Toutefois, pour les spécialistes, le revenu moyen des médecins de secteur 2 n'est "que" de 12% supérieur à celui des médecins de secteur 1 (130.000 euros par an contre 116.000 euros).

Le principal levier des médecins de secteur 1 pour accroître leur revenu est l'activité tandis que pour leurs confrères de secteur 2, ce sont les dépassements qui "jouent un rôle important".

Ainsi, le supplément de revenus des médecins de secteur 2 s'accompagne "globalement" d'une activité plus faible (nombre d'actes réalisés dans l'année). Mais cette moindre activité est "amortie" par les dépassements.

Seuls les chirurgiens ont une activité plus intense en secteur 2 (+18%) "mais qui apparaît cependant bien loin d'expliquer leur important surplus de revenus (+53%)".

cca/db/bw

Rédigé par AFP le Mardi 2 Octobre 2012 à 05:08 | Lu 414 fois





Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies