Tahiti Infos

Les pseudo-thérapies "énergisantes" ou "ondulatoires" pour mieux vieillir


Les pseudo-thérapies "énergisantes" ou "ondulatoires" pour mieux vieillir
PARIS, 25 avr 2013 (AFP) - "Rester jeune" ou "mieux vieillir", les méthodes illusoires et coûteuses des pseudo-guérisseurs ciblant les personnes âgées ne manquent pas, à en croire le rapport 2011-2012 de la Miviludes, publié jeudi.

Elles s'avèrent désastreuses quand elles conduisent à interrompre des traitements de la médecine classique.

"Ce risque est particulièrement présent quand le personnel d'un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes a reçu une formation à une ou plusieurs de ces pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique (PNCAVT)", souligne le rapport.

Ainsi en va-t-il par exemple de soins consistant à "capter les énergies cosmiques et telluriques pour les transmettre au patient", tel que recommandés par un médecin non exerçant. Pour être capable de les prodiguer, il suffit de suivre un stage de deux jours (400 euros pension non comprise) ou de cinq jours (950 euros).

"Entre autres pathologies, relève le rapport de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires), ce médecin déclare s'intéresser à la maladie d'Alzheimer".

Sans prétendre être capable de guérir les personnes qui en sont atteintes, il estime qu'il existe à propos de ses causes "des hypothèses pertinentes et bien étayées, qu'on préfère sans doute ignorer", usant ainsi de la théorie du complot particulièrement prisée dans les discours de type sectaire.

Parmi les causes de cette maladie, il évoque l'ingestion de doses élevées d'aluminium, l'exposition excessive au zinc, au fer, la consommation d'aspartame ou les champs électromagnétiques artificiels produits par divers ustensiles de la vie courante.

Autre thérapie non conventionnelle, la "biorésonance", méthode censée utiliser les propriétés des "ondes électromagnétiques" pour rééquilibrer le bien-être des personnes âgées.

La Miviludes cite le projet d'une adepte de créer un "centre de formation professionnelle de techniciens de vie" qui, par cette méthode, permettraient aux personnes âgées de "prétendre à une fin de vie sereine, à une mort calme et tranquille, sans craindre d'être "euthanasiées" ou "suicidées selon leur voeu".

"Apporter aux personnes âgées du mieux-vivre, du mieux-vieillir, du mieux-mourir", par des ondes vibratoires propres à chaque patient, passe par l'utilisation d'un matériel diffusant des fréquences bioénergétiques et proposé au prix "intéressant" de 10.000 à 15.000 euros.

Ce que la Commission de spécialité de la Société suisse d'allergologie et d'immunologie qualifie sur son site de "non-sens diagnostique et thérapeutique".

Rédigé par () le Jeudi 25 Avril 2013 à 06:28 | Lu 545 fois