Tahiti Infos

Les prix des conteneurs amorcent une baisse


© archive Tahiti Infos
© archive Tahiti Infos
Tahiti, le 10 février 2023 – Après avoir explosé pendant la crise sanitaire, les prix des conteneurs pour le fret maritime commencent à baisser. Si le phénomène est actuellement encore faible, en comparaison avec les États-Unis ou l'Europe où il très important, cette baisse est néanmoins bien amorcée et devrait s'accélérer. Une répercussion sur les prix au détail dans les commerces est cependant très incertaine.
 
Les professionnels des différents secteurs semblent se réjouir. Ils sont plusieurs à avoir observé, ces derniers temps, une baisse du prix du fret maritime. Selon une étude de l'Institut de la statistique sur le poids du fret international entre 2015 et 2021 au fenua parue en avril dernier, les coûts du fret ont augmenté de 43% en six ans. Mais c'est surtout à partir de 2020 et le début de la crise Covid que les prix à l'importation ont explosé. La Polynésie a été particulièrement touchée, car extrêmement dépendante des importations, et notamment celles par voie maritime. En effet, toujours selon cette étude, “99% du volume des marchandises a été importé par bateau en 2021”. Pendant la crise sanitaire, les bateaux étaient quasiment à l'arrêt et se sont accumulés dans les ports internationaux, entraînant par la même occasion un blocage des conteneurs, que les exportateurs n'arrivaient pas à récupérer alors que leur retour était nécessaire pour de nouvelles exportations. Et lorsque le trafic a repris, c'est l'effet inverse qui s'est produit. Tous les navires se sont retrouvés sur l'eau, mais avec finalement la même conséquence : impossible d'exporter de nouveaux conteneurs alors que la demande était très forte. Par le jeu de l'offre et de la demande, les prix des conteneurs ont donc subi de très fortes hausses et ont doublé, “voire même parfois triplé” selon un agent maritime de la place.

La plus forte baisse depuis l'Asie

Contactés, les professionnels du transport maritime de marchandises au fenua confirment cette baisse des prix des conteneurs amorcée “depuis la fin de l'année”. Difficile cependant de dire de combien les coûts ont baissé. Cela varie en fonction de la nature et du poids des produits importés, mais aussi de leur provenance. Pour Maeva Siu, la présidente du syndicat des agents maritimes au long-cours, la diminution n'est pas aussi “spectaculaire” qu'aux États-Unis ou en Europe, où les prix ont été divisé par plus de 4, “mais il y a une baisse significative”. S'ils sont plusieurs agents maritimes à confirmer que la baisse des prix, certes faible, “a commencé”, un autre spécialisé dans le transport entre l'Asie et la Polynésie tient quant à lui à nuancer. Pour lui, “c'est à peine perceptible”.
 
C'est pourtant pour les bateaux provenant d'Asie que la baisse des prix est actuellement la plus importante, selon Maeva Siu. S'il y a eu très peu de baisse en provenance des États-Unis, “car il n'y avait pas eu de grosse augmentation, les compagnies américaines avaient compensé leurs prix”, explique-t-elle, c'est principalement aux États-Unis – mais aussi à l'Europe – qu'on doit la baisse des coûts sur les bateaux en provenance d'Asie. Il y a eu aux États-Unis et en Europe moins d'importations. Or, comme le rappelle Maeva Siu, “nous dépendons des lignes maritimes existantes”. La diminution des importations dans ces pays a donc libéré de la place pour le reste du fret, et à la marge pour la Polynésie. “Mais on dépend toujours de la Nouvelle-Zélande, avec les ports d'Auckland et Tauranga qui sont encore congestionnés. Donc il y a encore des coûts très importants qui sont liés à la congestion dans ces pays”, poursuit la présidente du syndicat des agents maritimes au long-cours. On est donc encore loin de retrouver les prix d'avant-Covid, mais “d'ici la fin de l'année, on devrait pouvoir y arriver”, nous a glissé un agent maritime confiant.

Quelle répercussion sur les prix ?

Avec la baisse du coût du fret, on peut logiquement s'attendre à une répercussion sur les prix pour les consommateurs. Cependant, la Fédération générale du commerce rappelle que la hausse des prix du fret avait été fortement absorbée par les fournisseurs et les commerçants en la prenant en charge sur leurs marges sans la répercuter sur les prix pour le consommateur. Si l'inflation a connu une hausse record en 2022, c'est surtout dû aux prix d'achat à l'importation et aux droits de douane. Et du côté du Pays, on rappelle que les contrôles sur les prix menés par la DGAE se font uniquement sur les produits dont les prix sont encadrés – PPN et PGC. Difficile d'imaginer, dans ces conditions, que les prix au détail vont baisser. Il revient au consommateur de faire jouer la concurrence. De plus, il faut également prendre en compte les délais d'approvisionnement. Si les prix venaient à baisser, cela ne se ferait de toute façon pas immédiatement, le temps que les stocks s'écoulent. Au consommateur, donc, de rester vigilant.

Rédigé par Anne-Laure Guffroy le Vendredi 10 Février 2023 à 17:40 | Lu 1832 fois