Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Les élections à Arue attendront le Conseil d'Etat



Tahiti, le 7 mars 2021 – L'ancien maire de Arue, Philip Schyle, a finalement opté pour la stratégie d'un recours devant le Conseil d'État contre la décision du tribunal d'annuler les élections municipales dans la commune de la côte Est.
 
C'est à un drôle de jeu de calculs politiques, d'observation des adversaires et surtout d'absolue discrétion que se sont livrés les candidats potentiels aux élections municipales de Arue, depuis l'annulation du scrutin par le tribunal administratif le 4 février dernier. Après la décision d'un retour aux urnes causée par “l'altération de la sincérité du scrutin” en raison des 115 procurations irrégulières pour 79 voix d'écart entre les listes de Teura Iriti et Philip Schyle, aucun des deux camps n'a souhaité communiquer sur la stratégie adoptée durant le délai légal d'appel d'un mois contre la décision du tribunal administratif.
 
Et c'est finalement de l'ancien maire, Philip Schyle, qu'est venue la décision, révélée jeudi dernier par La Dépêche, de porter l'affaire devant le Conseil d'État. Conséquence de ce recours, l'annulation des élections municipales à Arue est désormais suspendue à la décision de la juridiction parisienne dans les prochains mois. D'ici là, la maire élue, Teura Iriti, et son conseil municipal restent aux manettes de la commune.
 
Les candidats se scrutent…
 
Du côté de la liste de Philip Schyle, on indique avoir longuement hésité sur l'opportunité d'un tel recours. Aujourd'hui, l'objectif d'une saisine du Conseil d'État est double. D'une part, juridiquement, il s'agit de redemander que soient constatées l'inéligibilité de Teura Iriti et la proclamation de l'élection de Philip Schyle. Des demandes refusées par le tribunal de première instance. Et d'autre part, politiquement, il s'agit de se donner quelques mois supplémentaires pour permettre des avancées dans le volet pénal du dossier portant sur l'établissement des procurations illégales.
 
Du côté de Teura Iriti également, on confie avoir beaucoup hésité sur l'intérêt de contester la décision d'annulation des élections par le tribunal administratif. Et si finalement aucun recours n'a été formé, c'est parce que le camp Iriti estime aujourd'hui être “en position de force” en cas de retour aux urnes. “Nous ne faisons pas de recours”, confirmait dimanche Teura Iriti. “Maintenant on va attendre et on va continuer à travailler.”
 
Même le troisième homme des dernières municipales à Arue, Tepuanui Snow, n'a pas pris position publiquement après la décision du tribunal administratif. Chez les colistiers de Ia ora Arue, on attendait de connaître la stratégie des deux autres camps avant de se prononcer. Mais surtout, le délai de recours devant le Conseil d'État va permettre à Tepuanui Snow de purger sa sanction de trois mois d'inéligibilité pour dépôt tardif des comptes de campagne. Et d'être éligible en cas de confirmation du retour aux urnes par le Conseil d'État.
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Dimanche 7 Mars 2021 à 17:25 | Lu 2345 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus