Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Les dentistes dénoncent les centres low-cost et le tourisme dentaire



Les dentistes dénoncent les centres low-cost et le tourisme dentaire
PARIS, 30 nov 2012 (AFP) - Apparition récente de centres dentaires low cost, tourisme dentaire dans certains pays européens: la profession dentaire a mis en garde vendredi patients et pouvoirs publics contre les dangers "pour la santé publique" de choisir ces modes de soins bon marché.

Les pratiques de centres dentaires d'un type nouveau, en région parisienne et à Lyon, sont particulièrement dénoncées par le Conseil de l'Ordre des chirurgiens-dentistes, l'Association Dentaire Française (ADF) qui tient son congrès à Paris et la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), première organisation de la profession.

"Ces cliniques low cost ne choisissent que les soins qui sont très rentables, c'est-à-dire l'implantologie et la prothèse et négligent totalement les soins habituels (...) alors qu'elles doivent soigner tout le monde", a déclaré le président de l'Ordre Christian Couzinou lors d'une conférence de presse.

Selon lui, des plaintes de patients ayant eu des "surtraitements" (par exemple la pose d'une couronne sur une dent pouvant être conservée) ou souffrant d'infections après les soins, commencent à arriver, notamment à l'Ordre départemental du Rhône.

Des chirurgiens-dentistes ayant travaillé dans ces centres commencent aussi à témoigner.

Ces centres dentaires s'adressent principalement à une clientèle défavorisée (cinq sont implantés en Seine-Saint-Denis). Il s'agit de personnes le plus souvent couvertes par la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire) et soignées sans avoir d'argent à avancer.

Ces centres appartiennent à des sociétés de statut associatif, ayant pour nom Addentis et Dentexia. Sur internet, Addentis affiche par exemple un prix de 450 euros pour une couronne, soit moins de la moitié que ce qui est facturé dans la plupart des cabinets dentaires libéraux (92% des praticiens).

L'Ordre a réclamé au ministère de la Santé une enquête de l'inspection générale des affaires sociales (Igas), sans réponse jusqu'ici selon M. Couzinou.

Ce dernier est moins inquiet du tourisme dentaire à l'étranger (en Hongrie notamment) qui ne représente que le chiffre d'affaires de 40 praticiens français (sur 40.000). Mais il a mis en garde contre les risques de complications à la suite de ces soins prodigués sur une courte période, sans tenir compte du temps de cicatrisation.

hel/db/DS

Rédigé par AFP le Vendredi 30 Novembre 2012 à 04:11 | Lu 289 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies