Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Le sous-marin français Perle, endommagé dans un incendie, va être réparé



Photo d'archives
Photo d'archives
Paris, France | AFP | jeudi 22/10/2020 - Le sous-marin nucléaire d'attaque Perle, ravagé par un incendie en juin, va être réparé, a annoncé jeudi la ministre des Armées, une opération complexe destinée à rétablir le plus rapidement possible les capacités opérationnelles de la Marine.

"Nous pouvons réparer la Perle et nous allons la réparer, a affirmé Florence Parly dans une déclaration en marge du salon Euronaval online.

Le chantier relève du Meccano géant et du jeu de taquin pour ne pas empiéter sur l'entrée en service très attendue de la prochaine génération de sous-marins nucléaires d'attaque (SNA), les Barracuda, dont la tête de série, le Suffren, doit être admis au service actif mi-2021.

La Perle a été gravement endommagée par un incendie le 12 juin alors qu'elle se trouvait en rénovation à Toulon.

Le sous-marin était alors vidé de ses armes, équipements électroniques et combustible nucléaire mais le feu a endommagé la "coque épaisse" du bâtiment, un alliage épais de plusieurs centimètres et très élastique qui permet au bâtiment de résister à la pression des profondeurs.

La réparation de la portion endommagée impose le remplacement de tout un tronçon de la coque. Elle va donc se faire "par hybridation avec l'avant du SNA Saphir", selon Naval Group, qui sera chargé des travaux.

Autrement dit, "nous allons souder l'arrière de la Perle avec l'avant du Saphir", un sous-marin de la même classe désarmé en 2019, a détaillé Mme Parly.

Ce type de travaux avait déjà été effectué par Naval Group, notamment pour ajouter un nouveau mode de propulsion aux sous-marins Agosta vendus au Pakistan.

Quelque 130 câbles électriques et 70 tuyaux devront également être connectés, une opération déjà modélisée sur informatique, a fait valoir le cabinet de la ministre.

Pour les réparations, la Perle va être convoyée d'ici la fin de l'année sur une barge semi-submersible à Cherbourg, où sont construits et désarmés les sous-marins français. 

Le chantier de réparation devrait mobiliser 300 personnes et durer six mois.

"Une bonne surprise"

L'opération doit s'effectuer "pour la mi-2021, sinon il y aura un problème", explique le porte-parole de la Marine, le capitaine de vaisseau Eric Lavault.

Il faut en effet libérer l'espace pour le deuxième sous-marin de classe Barracuda, le Duguay-Trouin, actuellement en construction à Cherbourg et qui doit entrer en service en 2023.

Une fois la "greffe" effectuée, le sous-marin repartira par le même biais à Toulon où "il achèvera son entretien majeur au point où il avait été interrompu", selon la ministre.

La Perle devrait à nouveau être opérationnelle "à l'horizon mai-juin 2023", selon son cabinet.

Les réparations "sont compatibles avec les contraintes du programme Barracuda et les ressources dédiées au programme Barracuda sont préservées", assure Naval Group.

Le coût des réparations devrait s'élever à 70 millions d'euros pour les Armées, auxquels devraient s'ajouter 50 millions pris en charge par l'assurance souscrite par Naval Group. "Une bonne surprise" selon le cabinet de Florence Parly, qui craignait une opération plus onéreuse.

Pour la Marine, l'incendie de la Perle est un coup dur qui a vu fondre son parc de sous-marins d'attaque. Ceux-ci contribuent à la dissuasion nucléaire en escortant les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) mais aussi le porte-avions. Ils sont également chargés de glaner discrètement du renseignement au plus près des côtes.

Avec le Saphir et la Perle en moins, elle ne dispose en effet plus que de 4 SNA, contre six prévus dans le contrat opérationnel.

Et si le Suffren doit entrer en service l'an prochain, le Rubis, le plus ancien sous-marin de la classe des Saphir et Perle, va voir une nouvelle fois sa vie prolonger pour combler le trou de capacité opérationnel.

Entré en service en 1983, sa durée de vie avait été prolongée une première fois pour compenser le retard pris sur le programme Barracuda. Et en 2021, il subira un nouvel arrêt technique de plusieurs mois pour rester opérationnel jusqu'à fin 2022, selon le capitaine de vaisseau Lavault.

Selon la ministre, la décision de réparer la Perle "permet à la Marine nationale de conserver sa pleine capacité de sous-marins nucléaires d'attaque pour les dix ans à venir".

le Jeudi 22 Octobre 2020 à 06:51 | Lu 276 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus