Tahiti Infos

Le risque cyclonique reste faible en Polynésie


Tahiti, le 26 octobre 2021 - La prééminence dans la région du courant océanique froid La Niña laisse envisager une saison cyclonique à risque faible en Polynésie avec une évolution probable à modéré dans les archipels du Sud, début 2022. Parallèlement, un maintien de la sècheresse est à craindre sur une grande partie du territoire.  
 
Le risque cyclonique demeure relativement peu probable cette année encore en Polynésie française. Selon les observations présentées ce mardi par Météo-France, sur la base d’un consensus adopté par 70% des centres climatologiques du Pacifique, le courant océanique La Niña observé depuis juillet dans la région devrait se développer dans les prochains mois, avec un refroidissement progressif des eaux de surface, pour atteindre un stade "mature" en fin d’année.

À l’instar de la saison chaude d’octobre 2020 à avril 2021, cela laisse envisager un risque cyclonique faible à nul cette année encore aux Marquises, sur l’archipel de la Société et le Nord de l’archipel des Tuamotu. Ce risque pourrait évoluer à modéré aux Australes et dans une moindre mesure aux Gambier et dans le Sud des Tuamotu, avec l’arrivée à maturité du phénomène La Niña. Dès lors, "nous retrouverons une saison normale", analyse Victoire Laurent, prévisionniste à Météo-France. "Et c’est pendant cette transition que l’on a plus d’inquiétudes, notamment pour le mois de février, avec un risque accru de phénomènes cycloniques notamment sur les îles du Sud de la Polynésie française." Au cours des cinquante dernières années, près des deux tiers des cyclones qui ont frappé le territoire se sont produits en janvier (14%) ou février (44%) et 16% en décembre, alors que le bassin océanique était sous l’effet du courant chaud El Niño.

Déficit de pluviométrie

Des précipitations largement en-deçà des normales saisonnières sont encore à craindre durant la saison des pluies, au Nord du territoire. Elles devraient être plus abondantes dans les archipels du Sud de la Polynésie.
Des précipitations largement en-deçà des normales saisonnières sont encore à craindre durant la saison des pluies, au Nord du territoire. Elles devraient être plus abondantes dans les archipels du Sud de la Polynésie.
Si l’installation observée depuis juillet dernier dans la région du courant froid La Niña diminue considérablement le risque cyclonique, en le repoussant à l’Ouest du bassin océanique, ce phénomène marin chasse aussi à l’Est du bassin la zone de convergence du Pacifique Sud. Conséquence : avec la désertion des nuages porteurs de pluie, une poursuite très probable des déficits de pluviométrie déjà observés au cours de la dernière saison chaude. "On continue à prévoir de la sécheresse, notamment sur les Marquises et le Nord des Tuamotu", confirme Victoire Laurent. Des déficits de précipitation qui sont également à craindre dans une moindre mesure sur l’archipel de la Société ainsi que dans les Tuamotu du centre et du Sud. "Seules les îles Australes arrivent à sortir du lot", prévoit la météorologue. "On s’attend à des précipitations proches de la normales, voire excédentaires."

Durant la saison chaude de novembre 2020 à avril 2021, les déficits de pluviométrie sont déjà qualifiés de modérés à sévères en Polynésie française, avec des écarts en-deçà des normales saisonnières de -78% à Atuona (Hiva Oa, Marquises), -61% à Takaroa (Tuamotu), -44% à Faa’a, -25% à Bora Bora, -26% à Rikitea (Gambier), -16% à Tubuai (Australes) ou encore -44% à Rapa. "On s’intéresse à la sècheresse parce qu’elle touche l’ensemble de la Polynésie française depuis plus d’un an maintenant", souligne Victoire Laurent. "Cela peut poser un problème de gestion de l’eau sur ces zones et un risque accru de feu de forêt." Et la prévisionniste le confirme : "On continue à prévoir de la sècheresse sur les Marquises, les Tuamotu du Nord." 

Un développement des conditions météorologiques que l’on pourra suivre de près cette année. Du 1er novembre au 30 avril prochain, Météo-France annonce la publication, tous les mercredis sur son site www.meteo.pf, d'un point sur l'activité saisonnière en Polynésie française.

Prêt en toutes circonstances

C’est une mise en garde habituelle des services de sécurité publique, à l’approche de la saison cyclonique. Elle a été rappelée mardi, en dépit d’un risque cyclonique faible cette année encore. Une question de principe : Il est recommandé de connaître et de suivre les mesures de prévention et de protection. En cas de cyclone ou d’événement climatique majeur, elles sont rappelées dans la brochure d’information "Alerte cyclonique" disponible sur le site internet du haut-commissariat. (http://www.polynesie-francaise.pref.gouv.fr/Publications/Affiches-et-brochures-de-securite/Brochures/Brochure-Alerte-cyclonique)
En outre, le site internet "te fenua" dispose d’un filtre permettant de localiser les abris de survie les plus proches de son domicile. L’information est disponible à l’adresse http://www.tefenua.gov.pf/ Il faut activer l’onglet Cartes / Société / Plans communaux de sauvegarde.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mardi 26 Octobre 2021 à 16:48 | Lu 1301 fois