Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Le meurtrier de Sandy Ellacott condamné à 20 ans de réclusion



PAPEETE, le 10 février 2018 - Après quatre jours de procès, les jurés de la cour d’assises ont condamné Henri T à 20 ans de prison. L’homme a été reconnu coupable du meurtre de Sandy Ellacott. Son ami, Veteari, poursuivie pour violences volontaires, a été condamné à 6 ans de prison avec mandat de dépôt. La compagne D’Henri T a écopé d’un an ferme pour non-assistance à personne en danger.

Après plusieurs heures de délibérations, les six jurés de la cour d’assises ont condamné Henri T à 20 ans de prison. Dans la « sincérité de leurs consciences », ces hommes et ces femmes ont conclu que le jeune homme était coupable du meurtre de Sandy Ellacott. Peu de temps avant que les jurés se retirent pour délibérer, Henri T avait de nouveau présenté ses excuses à la famille du défunt : « j’ai tenté de me suicider pour apaiser votre douleur (…) je sais que personne ne me pardonnera. »


Audition de la fille de la victime

Plus tôt dans la journée, c’est la fille de Sandy Ellacott qui s’est avancé à la barre. Dignement, courageusement, l’adolescente a parlé de son père, son « meilleur ami, son grand amour (…) je ne peux pas décrire ce que je ressens depuis plus de deux ans. Tous les soirs, je pleure (…) Je voulais que mon père soit là pour voir mon futur et qu’il soit fière de moi. Des inconnus sont entrés dans ma vie et ils m’ont tout pris (…) je donnerai tout pour entendre la voix de mon père »

Puis, Stanley Ellacott, le digne père de la victime a, lui aussi, pris la parole pour évoquer son « seul fils ». L’ancien combattant a dignement exprimé sa douleur : « un enfant qui perd ses parents est un orphelin. Une femme qui perd son mari est une veuve. Mais qu’en est-il lorsque l’on perd un enfant ? C’est contre-nature. Cela fait 850 jours que mon épouse pleure son fils tous les jours » L’homme s’est adressé à l’accusé : « Tu ne sais pas qui je suis mais je sais qui tu es. Tu es Henri, le meurtrier (…) Tu vas demander le pardon, moi je ne te le donnerai pas. Je l’aurais accepté pour un mauvais coup de poing (…) »

Rédigé par Garance Colbert le Samedi 10 Février 2018 à 09:10 | Lu 8612 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués