Tahiti Infos

Le gouvernement estime le dialogue « renoué » avec les syndicats


Tahiti, le 1er mai 2020 – Au terme de la rencontre du traditionnel 1er mai organisée avec les syndicats de salariés et après des tensions ces derniers jours, le gouvernement a estimé vendredi que le dialogue était renoué et proposé une nouvelle rencontre le 11 mai prochain pour travailler avec ces partenaires sociaux sur les mesures de crise.
 
C’est une tradition chaque 1er mai, le président Edouard Fritch et son gouvernement ont reçu vendredi matin à la présidence les organisations syndicales à l’occasion de la fête du travail. Le gouvernement a d’abord rencontré A Ti’a i Mua, avant l’intersyndicale CSTP-FO, O Oe To Oe Rima, Otahi, CSIP et Syndicat de la fonction publique notamment à l’origine du recours au Conseil d’Etat contre le revenu de solidarité exceptionnel. Dans un communiqué diffusé vendredi, la présidence indique que le président et sa ministre du Travail, Nicole Bouteau, « ont admis, pour le regretter, que la consultation des partenaires sociaux n’avait pu s’effectuer normalement mais qu’il s’agissait de répondre à l’urgence ». Concernant le recours des organisations syndicales, le président a rappelé « qu’il ne contestait pas la faculté pour les syndicats de saisir la justice » mais que sa préoccupation portait surtout sur le fait que « l’ensemble (de la loi du Pays) pourrait être annulé et qu’il se refusait à aller demander aux salariés et patentés de rembourser les aides qu’ils avaient pu percevoir ».
 
Les différentes organisations syndicales ont également évoqué la situation « critique » de la CPS qui « n’engrange plus autant de cotisations sociales » et pourrait avoir des difficultés à faire face au paiement des prestations. Les syndicats ont donc plaidé pour que l’Etat et le Pays garantissent un emprunt qui pourrait être effectué par la CPS. « L’ensemble des organisations syndicales a convenu qu’il fallait désormais que tout le monde se donne la main pour envisager les mesures d’après-confinement », affirme le communiqué de la présidence en conclusion. Les relations semblent en tous cas s’être détendues, puisqu’Edouard Fritch a évoqué « la nécessité de reprendre le dialogue » et proposé une rencontre avec les syndicats le 11 mai prochain pour plancher sur les futures mesures à prendre dans le cadre de la crise.

Rédigé par Antoine Samoyeau le Vendredi 1 Mai 2020 à 17:32 | Lu 1641 fois