Tahiti Infos

Le chauffard cartonne une famille qui rentrait des roulottes à Paea : 6 mois ferme et mandat de dépôt


Le chauffard responsable de l'accident roulait ivre, tous feux éteints et trop vite quand il a cartonné le véhicule d'une petite famille qui rentrait des roulottes.
Le chauffard responsable de l'accident roulait ivre, tous feux éteints et trop vite quand il a cartonné le véhicule d'une petite famille qui rentrait des roulottes.
PAPEETE, le 1er février 2016 - 6 mois de prison ferme avec mandat de dépôt à l'audience, c'est la peine infligée ce lundi par le tribunal, en comparution immédiate, à un chauffard qui a manqué de tuer trois personnes en roulant ivre, trop vite et tous feux éteints ce week-end à Paea.


Une petite famille a eu la peur de sa vie, le week-end dernier, alors qu'elle quittait tranquillement le parking de la roulotte Heimiri ou elle venait de dîner à Paea. "Le choc a été très violent", témoigne le père de famille, encore sous le choc. Sa compagne portait encore une minerve autour du cou ce lundi. Tous les deux se sont vus délivrer une incapacité totale de travail de 2 et 4 jours mais l'addition aurait pu être beaucoup plus grave voire dramatique.

La cause de leur malheur : un automobiliste d'une quarantaine d'années, déjà condamné à de multiples reprises pour conduite en état alcoolique, qui arrivait lancé à toute vitesse sur la RT1, tous feux éteints mais surtout avec près de 2 grammes d'alcool par litres de sang. Le chauffard a freiné au dernier moment alors que ses victimes avaient pourtant pris soin de bien regarder à droite et à gauche avant de s'engager sur la route. La violence du choc a projeté leur voiture sur la voie de circulation opposée.

"On ne peut plus socialement accepter ces comportements"

"Je sais que les circonstances m'accablent", a tenté de se défendre cet après-midi le prévenu, un père de famille, électricien de son état, qui jure contre l'évidence que son tableau de bord était éclairé et donc que ses phares devaient être allumés. "Ce n'est pas ce que les témoins disent et de toute façon ce n'est pas le problème !" s'emporte le président du tribunal, atterré. "2 grammes, c'est énorme ! Je ne sais pas si vous aviez toute la lucidité pour en juger. Vous êtes quelqu'un d'inséré socialement, vous ne comprenez pas ? Tous les lundis vous avez les compte-rendu des accidents du week-end dans la presse".

"C'était une ligne droite…", ajoute maladroitement le chauffard qui s'enfonce et semble nier tout problème avec l'alcool. Et comme pour noircir encore un peu plus le tableau, on apprend qu'il conduisait sans assurances, et malgré une annulation du permis de conduire. Il a déjà été condamné à quatre reprises pour conduite dans un état alcoolique. "Il faut qu'il comprenne qu'il aurait pu tuer ces gens-là", insiste le représentant du ministère public qui réclamait 12 mois de prison dont 8 mois ferme.

"Vous avez été condamné quatre fois mais rien n'y a fait. A une peine d'amende, à une suspension puis à une annulation du permis de conduire, et même à de la prison ferme", rappelle le président. "A un moment il faut que ça s'arrête, on ne peut plus socialement accepter ce genre de comportements". Le couperet tombe : 12 mois de prison dont 6 ferme avec un premier séjour derrière les murs de la maison d'arrêt de Nuutania, sans compter les multiples amendes.



Rédigé par Raphaël Pierre le Lundi 1 Février 2016 à 17:06 | Lu 3149 fois