Tahiti Infos

La troisième soirée clôt le Hura Tapairu manihini


Tahiti, le 27 novembre 2022 – La compétition du 3e Hura TapairuManihini pour les groupes venus de l’étranger, notamment du Mexique et des États-Unis, a été close lors de la troisième soirée du Hura Tapairu au grand théâtre de la Maison de la culture, vendredi soir. Après les prestations des deux derniers groupes étrangers, le jury a rendu son verdict avant de laisser place à la suite de la compétition avec les troupes locales.
 
 
La troisième soirée du Hura Tapairu, qui s’est déroulée au grand théâtre de la Maison de la culture vendredi soir, clôt la 3e édition du Hura Tapairu Manihini. Lors de cette soirée, cinq formations se sont produites sur scène, dont les deux premières – les troupes mexicaines Kalohi Kamahine et Tiare Tahiti– fermaient la compétition du Hura Tapairu Manihini. La deuxième partie de la soirée était donc consacrée à trois troupes locales, Te vahine tapairu et Pare ahi en catégorie mehura, pour finir avec Arai’a en tapairu. Les troupes ont réalisé plusieurs figures originales qui demandent de l’imagination et de la créativité.
 

Kalohi Kamahine

La troupe mexicaine Kalohi Kamahine a ouvert la troisième soirée. Dans un premier temps, le groupe a choisi de concourir en catégorie Tapairu sur le thème de la légende du combat entre Moeava et Patira - Te ‘a’ai no te tama’i ra no Moeava ´e o Patira. L’histoire raconte la rivalité entre deux guerriers, Moeava et Patira, qui souhaitent tous les deux conquérir la reine Ruahei. En seconde partie, Kalohi Kamahine a présenté un mehura sur le thème de la nature - te natura.
 

Tiare Tahiti

La troupe Tiare Tahiti, également originaire du Mexique, a interprété un mehura sur le thème de Tiare Ma’ohi, symbole sacré de la patrie. Le morceau choisi, chanté par Raumata Tetuanui, évoque notamment le temps d’abondance - te tau ‘ahune. Le groupe Tiare Tahiti était le dernier à se présenter pour la 3e édition de la compétition Hura Tapairu Manihini.
 

Te vahine tapairu

Après l’annonce des lauréats, c’est la formation Te vahine tapairu, constituée des danseuses de la troupe Tamariki Poerani, qui a pris place sur la scène avec un spectacle en mehura, sur le thème de la royauté - Kopuheiariki. La prestation met en scène une princesse, nommée Kivanui, animée par le souffle de vie de ses ancêtres représentés par son emblème protecteur, la baleine Tutunui.
 

Pare Ahi

Puis, la troupe Pare Ahi, composée des agents de la Direction des solidarités, de la famille et de l’égalité, a proposé un mehura sur le thème des droits de l’enfant - Ti’ara’a mana o te Tama. Un choix en lien avec l’actualité puisque la Journée internationale des droits de l’enfant a eu lieu le 20 novembre. Cette prestation a ému le public avec son message d’espoir, d’amour et de bienveillance transmis par des danseuses aux couleurs de l’arc-en-ciel.
 

Arai'a

Le dernier groupe de la soirée, Arai’a, s’était déjà présenté jeudi soir en catégorie Mehura et s’est de nouveau présenté vendredi soir en catégorie Tapairu, pour proposer un spectacle sur le thème du tapa, l’étoffe sacrée - te ‘apa’a. L’intrigue se déroule sur le marae Taputapuatea de Raiatea, où l’histoire du tapa est née. La déesse Hina, batteuse de tapa, a légué son héritage aux hommes, un banian venu du ciel, représenté dans la figure finale du ote’a. La déesse Hina a ensuite été dévoilée au moment du ‘aparima.
 

Rédigé par Meleana CHE FAT le Samedi 26 Novembre 2022 à 16:14 | Lu 524 fois