Tahiti Infos

La société Aquakita tente d'investir 2,5 milliards Fcfp à Tahiti


"Je persiste à penser qu’il n’y a pas de réelle volonté de la part des politiques de ce pays de développer l’économie", affirme Patrick Genet qui assure représenter la société Aquakita prête à investir 2,5 millards Fcfp pour la création d'un parc aquatique
"Je persiste à penser qu’il n’y a pas de réelle volonté de la part des politiques de ce pays de développer l’économie", affirme Patrick Genet qui assure représenter la société Aquakita prête à investir 2,5 millards Fcfp pour la création d'un parc aquatique
PAPEETE, 25 novembre 2014 – Patrick Genet assure représenter le "leader mondial des parcs aquatiques" et mener en vain des démarches depuis plusieurs mois pour concrétiser un projet à Tahiti. La société mexicaine Aquakita serait prête à investir 2,5 milliards Fcfp.

D’un côté, le Pays est à la recherche d’investisseurs, de l’autre Patrick Genet nous assure avoir tenté depuis maintenant quatorze mois de convaincre la Polynésie française de lui mettre à disposition quatre hectares de terres domaniales pour l’aménagement d’un parc aquatique. La société Aquakita que représente ce commerçant de Papeete, est prête à investir 2,5 milliards Fcfp. Il affirme qu’un tel parc de loisirs aquatiques pourrait créer 60 emplois directs et une centaine en tout.

"On a déposé un dossier plus que complet dans lequel on demandait au Territoire de nous accorder un terrain. Et aujourd’hui, toujours rien", s’est indigné Patrick Genet, interrogé vendredi 21 novembre sur la nature du projet qu’il tente de promouvoir à Tahiti. Il est sur le point de jeter l'éponge : "Je persiste à penser qu’il n’y a pas de réelle volonté de la part des politiques de ce pays de développer l’économie. Nous sommes prêts à créer des emplois, à faire travailler des entreprises locales, à développer une activité économique. (…) Ca fait 14 mois que je frappe à toutes les portes. J’arrête parce que j’en ai marre".

Contacté ce mardi, l’ancien ministre du Tourisme confirme avoir été approché début 2014. "C’est un projet intéressant. Si je me souviens bien, il nous demandait de lui trouver un terrain entre Mahina et Punaauia", explique Geffry Salmon. "L’emprise la plus adéquate se situait sur Punaauia, dans la zone du projet Tahiti Mahana Beach. Mais comme j’ai explosé en plein vol…".

Après la condamnation définitive de Gaston Flosse à trois ans d'inéligibilité, Geffry Salmon a fait partie début septembre des ministres non renouvelés dans leurs fonctions par le Président Edouard Fritch.

En attendant, les dirigeants de la société Aquakita avaient courant mai 2014 été aiguillés par le gouvernement Flosse vers le bureau d’architecture hawaiien Group 70 international. Une offre chiffrée avait même été formulée tandis que les dirigeants de la société mexicaine avaient rencontré Francis Oda en juin, bien avant que le concept de complexe touristique imaginé par sa société ne soit finalement retenu par le Pays, fin juillet.

On sait l’incertitude dans laquelle est tombé depuis ce projet. Récemment, les dirigeants d’Aquakita ont été approchés par le groupe chinois Forebase.

Interrogé mardi, le nouveau ministre du Tourisme, en charge de la Relance économique, affirme à propos de Patrick Genet ne pas avoir "rencontré ce monsieur". Mais Jean-Christophe Bouissou se dit intéressé sur le principe par "tous les projets qui concourent à créer de l’activité".

De son côté Patrick Genet nous confirme ne pas avoir tenté de rencontrer Jean-Christophe Bouissou : "si personne ne suit les dossiers... Je ne vais pas passer ma vie à faire le pied de grue devant le ministère du Tourisme", se défend-il avant de tacler : "J’écoute nos politiques parler sur les plateaux de télévision. Mais c’est toujours la même chose. C’est du blabla. Nous n’en sommes pas pour le moment à donner du travail aux Polynésiens, ce n’est pas vrai. On n'en est pas à créer des ressources pour ce pays, c’est faux. Nous, nous avons un projet chiffré et de l'argent. Nous sommes prêts à démarrer. Que l’on nous confie un terrain : dans les trois mois, on est opérationnel. Les investisseurs sont toujours là, en attente du déblocage de la situation. Nous pouvons même y adjoindre un hôtel 3 étoiles à thème".


Rédigé par JPV le Mardi 25 Novembre 2014 à 15:29 | Lu 7426 fois