Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



La petite révolution de Nicole Sanquer dans l'Education



Nicole Sanquer, ministre de l'Education
Nicole Sanquer, ministre de l'Education
PAPEETE, 2 novembre 2014 – "Il n’y a pas de réussite facile ni d’échec définitif", c’est en finissant par citer Marcel Proust que Nicole Sanquer a notamment annoncé un possible redéploiement des moyens humains sur fond de réforme de l’Enseignement, dès la rentrée 2015, vendredi lors du séminaire des directeurs d’école du premier degré.

La ministre de l’Education part en mission du 2 au 10 novembre, pour participer au dialogue de gestion avec le ministère de l’Education nationale. Il s’agira à Paris d’aborder l’épineuse question des moyens qui seront mis en œuvre par l’Etat, pour la rentrée 2015 en faveur de l’éducation en Polynésie française, dans un contexte national de budget restreint. En jeu, une dotation de fonctionnement annuelle de 60 milliards Fcfp (500 millions euros), versée par l’Etat et qui peut chaque année être revue à la baisse.

Sujet difficile, lorsque la ministre admet que le premier degré est "sur-doté" en Polynésie, avec ses 1905 postes d’enseignants pour 1430 classes. La collectivité compte 193 écoles primaires et 31 Centres de jeunes adolescents (CJA). A la rentrée 2014, 33000 enfants y étaient scolarisés en primaire et 710 en CJA.

Dans les conditions actuelles de son utilisation, la question se pose de la pertinence de cette dotation. Car, même si ces écoles primaires et CJA sont éparpillés dans les cinq archipels de Polynésie française et qu'une part des moyens exceptionnels mis en oeuvre vient compenser l'éclatement géographique du domaine, à l'évidence le système éducatif polynésien manque de volontarisme et de performance. On s'interroge à la lueur des remontées de terrain présentées à la ministre, vendredi sous forme de doléances : taux d’absentéisme record des enseignants ; classes non pourvues en professeur depuis mai dernier pour certaines, locaux délabrés, équipements insuffisants, sur fond de résultats catastrophiques aux évaluations des acquis en CM2…

Le protocole national d’évaluation en fin de CM2 montre en 2014 que sur le territoire 38% des élèves souffrent d’illettrisme (contre 7% en métropole) et qu’en mathématiques un jeune Polynésien sur trois n’a pas le niveau, contre 1/10 des écoliers sur le continent. A moyens constants, ces résultats se sont aggravés depuis 2012 et placent dorénavant la Polynésie française dans les trois derniers rangs nationaux, devant la Guyane et Mayotte.
De telles évaluations posent la question du devenir des élèves au collège, en termes de décrochage scolaire. Puis dans la vie, lorsque la synthèse des états généraux de l’outre-mer a établi en 2010 que les jeunes Polynésiens étaient 30% à sortir du système éducatif sans aucun diplôme tandis que seule 40% d’une classe d’âge accède au baccalauréat.

Politique "exigeante et ambitieuse"

A moyens constants, la ministre souhaiterait redéployer une partie de ce personnel pour mettre en oeuvre un système apte à faire face à cette réalité. Elle envisage dès 2015 la création de trois Réseaux d'éducation prioritaires améliorés (REP+), à Papara, Faa'a et aux Tuamotu-Gambier en plus des 12 REP déjà existants. Elle annonce un programme renforcé de formation continue des enseignants, le lancement d’une véritable école du numérique, le retour d'une éducation civique à l'école. Et pour combattre le phénomène d'absentéisme des enseignants, des "mises en garde"… Nicole Sanquer fait appel au concours de tous pour une politique de l’éducation qu’elle souhaite "exigeante et ambitieuse".

"Je pourrai justifier du déploiement de ces postes et expliquer comment le système fonctionne", assure-t-elle à propos de sa mission à Paris. "Il y a un certain nombre de postes d’enseignants « hors classe » qu’il faut que je justifie par rapport à ma politique éducative". Mais elle prévient : "Si les moyens humains devaient être revus à la baisse, il est clair que ces personnels qui ne sont pas devant les élèves seraient redéployés. Je pense que ça fera grincer des dents".

Ces enseignants "hors classe" se composent des directeurs d’école, d’une brigade mobile de 125 enseignants chargées des remplacements, mais aussi de personnels affectés dans diverses associations (sport scolaire, Fédération des œuvres laïques, syndicats…) et d’enseignants basés à la DGEE qui travaillent pour les circonscriptions thématiques (Anglais, Cultures et langues polynésiennes…) et qui ne voient plus jamais d'élèves.

La Direction générale des enseignements et de l’éducation (DGEE), la ministre ne l’a d’ailleurs pas épargnée dans son état des lieux : "Nous sommes en phase d’évaluation de son fonctionnement parce que je constate un manque de réactivité (…)", a-t-elle expliqué. "Nous allons revoir son organisation. Je souhaite avant tout que l’on revienne à un véritable service publique, réactif vis-à-vis du monde enseignant et des familles, pour le bien des élèves.

"Merci pour toute cette bonne volonté dont vous faites preuve", s’est amusé en tribun aguerri mais réaliste Jacky Bryant, le directeur de l’école de Erima, à Arue. "On se reverra bientôt, j’en suis sûr ; mais j’espère que vous n’aurez pas flétri devant l’œuvre". Car en Polynésie aussi le système de l’Education est un bloc difficile à réformer. Mais son adaptation au temps présent n'est-elle pas après tout une question d’avenir pour le Pays ?

Rédigé par JPV le Dimanche 2 Novembre 2014 à 12:24 | Lu 4426 fois







1.Posté par Tôt of le 03/11/2014 06:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En primaire, c'était mon fils de 9 ans qui corrigent sa maîtresse, qui elle n'a jamais eu de concours à réussir ! Bravo le,primaire polynésien.....

2.Posté par simone grand le 03/11/2014 07:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mes filles m'avaient bien dit que Nicole était quelqu'un de bien. Je le constate avec un très grand plaisir.*

Avant de poursuivre j'aimerais savoir si Jacky Brillant a bien dit: "...vous n'aurez pas flétri devant l'oeuvre."

oui, les enseignants sont là pour les élèves et non les élèves pour les enseignants.
A une certaine époque, des conditions fort avantageuses furent offertes aux enseignants sans l'exigence de contreparties équivalentes au montant de ces avantages. Et si beaucoup se dévouèrent avec compétence, il y en a qui furent et sont des catastrophes expliquant l'échec scolaire.

Courage Nicolen et si elle pouvait interdire la distribution de bonbons et autres sucreries par le personnel enseignant dans les écoles et garderies, ce serait du plus élémentaire bon sens dans notre Pays où le diabète, le surpoids et l'obésité sont des phénomènes de société coûteux et douloureux
Simone Grand

3.Posté par Mathius le 03/11/2014 08:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vu l'échec scolaire en Polynésie, le courage de la ministre sera de vérifier certaines compétences de l'administration éducative du pays.
Car, Qualifié n'a jamais voulu dire compétent ....
Allons nous vers le constat de l'arrêt du copinage politique au profit de l'intérêt géneral par le gouvernement Fritch?
Gaston et Oscar vont nous faire un crise démagogique...

4.Posté par Tutua . le 03/11/2014 08:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

souhaitons lui bonne chance et réussite,
mais je suis effaré par l'absentéisme des enseignants, pourtant bien payés. C'est l'héritage d'une époque où il fallait cravacher pour rattraper les retards. Finalement, 20 ou 30 ans après, ce n'est pas le cas.

5.Posté par Lyna le 03/11/2014 11:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La ministre est pleine d'assurance, .... peut être un peu trop pour le mamouth. Aura-t-elle le courage d'affronter le poids des mauvaises habitudes et du confort installé chez trop d'enseignants ? A voir dans 6 mois.

6.Posté par tortue verte le 03/11/2014 13:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On voit que le problème crucial repose sur le primaire, au vu du décalage des chiffres avec la Métropole. Il faut absolument encourager la démarche Polynésienne d'avoir des enseignants qualifiés en primaire (et pas juste des gens qui sortent du bac), et ensuite vraiment insister sur la formation continue. Il y a une seconde chose très importante qui est passée sous silence cependant, c'est le milieu familial et le suivi que peuvent donner les parents. On le sait, plus le milieu social est défavorisé, plus l'échec scolaire est grand.Avec un taux de chômage 2 fois supérieur à la métropole, difficile de lutter contre ce décalage dans la réussite scolaire. L'école doit lutter contre ça, mais pour que le cercle vertueux s'enclenche il faut aussi donner aux enfants le goût de l'effort et la curiosité vis-à-vis des apprentissages. Il faut favoriser l'accès à la culture de tous horizons, d'ici et d'ailleurs. Il faut aussi une politique d'aide aux familles pour lesquelles les structures sont fragiles.
Bon courage Madame la Ministre, car votre discours de franchise et de vérité est sain pour la société.

7.Posté par Gabs le 03/11/2014 13:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment redéployer du personnel absent ?... ça pourrait être un problème à poser aux élèves !!!

8.Posté par il faut… le 03/11/2014 14:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Petit rappel : Les lycées et collèges ont l'obligation d'appliquer la circulaire N° 2010-136 ou plus communément le cahier de textes numérique.

Mmme Sanquer avant de tenter une énième refonte, si le système éducatif ne fonctionne pas, c'est peut être que votre ministère n'est pas assez rigoureux pour assurer DÉJÀ les dispositifs qu'il devrait mettre en place.

9.Posté par etienne le 03/11/2014 18:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

a post7, d'accord avec toi mais pour cela, les parents doivent assumer leur responsabilité car trop souvent ils se déchargent sur le système éducatif!!!

10.Posté par Tutua . le 04/11/2014 12:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mathius,
ne parle pas de ceux que tu connais mal. L'un des sujets régulièrement abordé par oscar concerne justement l'éducation, et il est plutôt connaisseur

11.Posté par il faut… le 04/11/2014 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ne parle pas de ce que… illettré !!!

12.Posté par Droulet le 05/11/2014 11:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ tôt of
Ton fils corrige la maîtresse il ferait bien de corriger son pėre !!!!
En primaire c'était mon fils de 9 ans qui CORRIGEAIT sa maîtresse..........facile, demande au fils, il sait écrire LUI
Conclusion : faut pas trop se foutre de la g....e des instituteurs si on n'est pas soi même apte à ecrire correctement.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 29 Octobre 2020 - 17:36 Des fleurs pour la Toussaint

Jeudi 29 Octobre 2020 - 17:35 La fréquentation hôtelière coule à son tour

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus