Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


La convention pour le RST en débat à l'assemblée



Angelo Frébault, président du CESC, a indiqué ce lundi qu'il avait demandé aux représentants à l'assemblée de renégocier deux points avec l’État.
Angelo Frébault, président du CESC, a indiqué ce lundi qu'il avait demandé aux représentants à l'assemblée de renégocier deux points avec l’État.
PAPEETE, le 16 mars 2015. Le président du CESC a émis une réserve sur deux points de la convention pour le retour de la participation de l’État au Régime de solidarité territorial. Pour Marcel Tuihani, président de l'assemblée, il faut « connaître les effets » des conditions prévues par cette convention avant de procéder ou non à sa signature.



Les membres du Conseil économique, social et culturel (CESC) ont été reçus lundi matin à l'assemblée pour faire part de leur avis sur la convention qui scelle le retour de la participation de l’État au Régime de solidarité territorial (RST).

En décembre dernier, l'Etat annonçait qu'il verserait "une dotation annuelle de 12 millions d’euros (1,431 milliard de Fcfp) en 2015, 2016 et 2017" au bénéfice du RST. Mais cette participation est conditionnée à un certain nombre d'engagements du Pays. Une convention détaille les mesures qui doivent être mises en place.

« Le CESC est pour les 1,4 milliard de Fcfp de l'Etat. On ne peut pas refuser la participation de l'Etat »,
a souligné Angelo Frébault, président du CESC, à la sortie de la réunion. "Mais sur les 12 lignes, il y a deux lignes qui nous embêtent un peu. Nous avons demandé aux représentants de négocier avec l’État sur ces deux points ».

Pour Angelo Frébault, ce qui coince, c'est la mise en place d'une « fiscalité sur les bénéfices des professions jusqu'à présent soumises à l'impôt sur les transactions (BNC, BIC et BA) qui devra être démantelé » et « la renégociation de la convention d'entreprise CPS ».

Selon Marcel Tuihani, président de l'assemblée, il ne faut « pas se précipiter » pour la signature de cette convention. « Ce versement est soumis à des conditions. Nous souhaitons connaître leurs effets au sein de la Polynésie française », souligne-t-il. « C'est pourquoi j'ai engagé des rencontres avec les représentants de la société civile. » « Nous avons été élus par les Polynésiens. Nous avons des responsabilités à leur égard », a-t-il mis en avant.

Jeudi dernier, le porte-parole du gouvernement, Jean-Christophe Bouissou,
indiquait « qu'il y a un rapprochement des points de vue, pour ne pas dire un point de vue commun, entre l’État et le Pays pour que cette convention soit signée le plus rapidement possible. Tout mois perdu coûte quelque 70 millions de Fcfp à la Polynésie française ».








Rédigé par Mélanie Thomas le Lundi 16 Mars 2015 à 16:16 | Lu 857 fois







1.Posté par Zikouille le 16/03/2015 17:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme d'habitude Tutu tu as raison, ne te précipite pas ...tout est bon pour ralentir un max le gouvernement....!

On pourra toujours compter sur toi pour savonner la planche d'Edouard et cirer les pompes de Gaston.
PATHETIQUE

2.Posté par Mathius le 16/03/2015 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ça me rapelle les banderoles des manifestant contre les essais nucléaires ou était inscrit: "non à la bombe oui au CEP."
Le CESC est un machin qui ne sert a rien sinon les intérêts de quelques uns.
Encore un truc du flossistme qui coûte de l'argent.
Qui est qui, qu'est ce qu'ils veulent et pourquoi....
Bonne question pour résoudre les probleme socio economique non?

3.Posté par restonzen le 17/03/2015 06:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Alors pour faire simple:
CPS à l'Etat: "aboule les milliards",
CPS à l'Etat: "mais touche pas à mes privilèges! pas de cotisation sociales, des billets d'avions pour toute la famille, 8 semaines de congés payés, retraite à 50 ans....."
CPS au cotisant: "aboule le fric"
CPS au cotisant malade ou sur le point de partir en retraite ou evasané à Paris "Y'a plus de fric!"

Pour résumer: "Etat, cotisants, filez nous du pognon, mais c'est avant tout pour notre gueule, on fera aucune concession, même si on est plus capables d'assurer ce pour quoi VOUS payez, pauvres imbéciles de contribuables que vous êtes!"

4.Posté par ozzy le 17/03/2015 09:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LE CESC soutient des interet particuliers, c'est purement scandaleux et en plus ils sont payés par nos impôts ??? Lamentable.

5.Posté par Eric le 17/03/2015 16:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le CESC ne doit plus exister, il ne sert a rien. Les personnes qui le composent sont juste présent pour se remplir les poches et favoriser les copains. Aucun intérêt d'exister. Pas de pouvoir de décision. Uniquement pour donner un avis, alors si c'est pour brasser du vent je ne vois pas leur utilité Sauf être paye pour rien.
Et le toutou de GF, tu n'a pas été elu par le peuple Polynésien, arrête de dire des bêtises.....C'est GF 1 qui t'a mis à ce poste.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Juin 2021 - 18:40 Les communes encore trop subventionnées

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus