Tahiti Infos

La Polynésie accueillera-t-elle la première cité-Etat flottante ?


Le projet lauréat distingué par le Steasteading Institute lors d'un concours de conception architecturale de cités flottantes organisée au printemps 2015.
Le projet lauréat distingué par le Steasteading Institute lors d'un concours de conception architecturale de cités flottantes organisée au printemps 2015.
PAPEETE, 30 novembre 2016 - Le président Edouard Fritch est mandaté par le gouvernement pour la signature d'un protocole d’entente avec le Seasteading Institute en vue de l’installation en Polynésie d’un prototype de cité flottante imaginée par le think tank californien.

"Les seasteaders ambitionnent de vous donner accès, avec la technologie, à votre propre nation flottante sur l’océan. Et cela est déjà en train de se produire", clame l’écrivain américain Joe Quirk, éminence grise de la Seasteading institute, lors d'une conférence sur le thème "Pourquoi les villes flottantes sont-elles la nouvelle frontière ?", diffusée sur le site officiel de l'organisation non gouvernementale. "Près de la moitié de la surface du globe est une feuille blanche affranchie de toute influence gouvernementale : nous projetons d’y implanter un millier de nations startup".

Des villes-nations flottantes et modulaires, autonomes, un peu partout sur la planète ? Pour ce think tank californien, créé en 2008 par Patri Friedman, petit-fils du célèbre économiste libéral Milton Friedman, l’avenir de l’humanité se jouera sur ces myriades d’îles artificielles, peuplées de communautés offshore, bardées de technologies et affranchies de la souveraineté des Etats. Un paradis pour geek fortuné.

Après plusieurs années d’études et de nombreux choix de sites potentiels, dont un projet avorté au Honduras, le Seasteading institute aurait jeté son dévolu sur la Polynésie française, pour initier la réalisation de son concept. Le premier embryon de cité-état flottante pourrait voir dans les eaux du fenua. C’est en tout cas ce qu’envisage sérieusement le Seasteading institute sur sa page officielle : "Notre ambition est de développer le prototype de la première plate-forme flottante dans les eaux calmes de la Polynésie française", expose l’organisation, après une première rencontre prometteuse avec les autorités polynésiennes, en septembre dernier. La prochaine étape pourrait être la construction d'un prototype imaginé autour de “deux ou trois plate-formes flottantes, reliées entre elles" pour un coût de 30 à 50 millions de dollars américains (entre 4 et 6 milliards Fcfp) : le “Floating Island Project”.

Zone économique spéciale

Ce projet est notamment soutenu financièrement par le milliardaire libertarien Peter Thiel, cofondateur de PayPal, qui y a investi 150 millions USD. Le président Edouard Fritch est mandaté, depuis ce mercredi, par le gouvernement polynésien pour signer un protocole d’entente avec l’organisation non gouvernementale californienne, en vue de la concrétisation du Floating Island Project.

Les avantages mis en avant au plan local sont la forte image à l’international que pourrait véhiculer ce projet innovant, l’ouverture de liens avec des sociétés et laboratoires qui pourraient s’implanter localement, générant des transferts technologiques ou encore la création d’emplois en phases de construction et d’exploitation.

Mais des concessions sont attendues de la part des promoteurs de ce projet : “Nous travaillons actuellement avec le gouvernement de la Polynésie française pour créer une zone économique spéciale, avec des points d’attache à terre et des surfaces en mer sur lesquelles nous établirons nos infrastructures flottantes pour y habiter et développer nos activités économiques", annonce le Seasteading institute dont la liberté sans entrave réglementaire ni impôt est un principe de base. Et si tout se passe comme voulu : “Nous prévoyons d’adjoindre de nombreux autres modules à ce projet pilote, dans les années à venir, évoluant de manière organique pour devenir une ville, tandis que la technologie de ces habitations flottantes se répandra à travers la Polynésie, le Pacifique et dans le monde".

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mercredi 30 Novembre 2016 à 16:24 | Lu 12526 fois