Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

L'Hôpital Colonial Vaiami de Papeete



Entrée de l'hôpital colonial Vaiami
Entrée de l'hôpital colonial Vaiami
Papeete, le 6 août 2016. Même si votre état de santé ne le nécessite pas, Tahiti Heritage, propose de vous conduire à l’Hôpital Colonial de Vaiami de Papeete, pour une petite visite.

Le système de santé en Polynésie française a été créé historiquement par des médecins de marine en service colonial. Les militaires représentaient au début du XIXème siècle plus de la moitié de la population de Papeete. 1848, voit ainsi l’édification d’une infirmerie militaire qui deviendra en 1884 l’hôpital général de Vaiami. Ce fut l’un des premiers bâtiments en dur construits à Papeete. Edifié sous l’administration du capitaine Armand Bruat, il reflète le style colonial et militaire de l’époque : des bâtiments sur pilotis, recouverts d’une toiture en tuiles, avec une véranda périphérique soutenu par des piliers en fonte.
L’Hôpital possède une salle d’opérations et une salle de pansement où sont exposés des appareils de stérilisation et des instruments de chirurgie courante et d'urgence. Une salle d’accouchement avec tout le matériel d'obstétrique et de gynécologie juxtapose la salle d'opération ; enfin, une salle noire est aménagée pour les examens d'oto-rhino-laryngologie et d'ophtalmologie ainsi qu'une installation radiologique.
Toutefois, cet ensemble hospitalier est trop exigu et son entretien coûte cher : en 1920, seuls 45 lits sont disponibles, ce qui demeure nettement en deçà des besoins.

L’épidémie de grippe espagnole

En 1921, au cours de la grippe espagnole, 120 lits sont entassés dans un pavillon au rez-de-chaussée. Dans la promiscuité, blessés, fiévreux et tuberculeux se côtoieront dans la même salle, dans des conditions épouvantables : le plancher du bâtiment des malades se disjoint de tous côtés ; les planches sont mangées par la moisissure ; des trous se creusent sous les pas, sous le poids des lits ; fourmis, araignées, cancrelats pullulent au-dessous et envahissent les salles, une fois la nuit venue.

6 FCP la consultation

Les soins aux indigents ne sont pas payés par les intéressés mais remboursés par prélèvement soit sur le budget de la colonie, soit sur le budget de la commune selon qu’ils habitent dans le district ou à Papeete, à raison de 6 FCP par malade. Suivant le principe des vases communicants, les militaires règlent un montant plus élevé : en 1923, 12 FCP pour un soldat de 2ème classe, 18 FCP pour un sous-officier et 24 FCP pour un officier. Les praticiens civils jugent cette pratique - la gratuité – déloyale. Chez eux, la consultation coûte 10 FCP et le prix de la visite est proportionnel à la distance parcourue par le médecin depuis son domicile (70 FCP pour un malade résidant à plus de 50 km).

L’hôpital s’agrandit

L’exiguïté de l'Hôpital justifie son agrandissement et des unités supplémentaires viennent l'enrichir. En septembre 1927 est créé un asile pour les vieillards abandonnés, livrés à eux-mêmes et dans la misère matérielle et morale la plus complète. Quelques mois plus tard, est créé un asile pour les aliénés qui comprend huit cellules équipées de l'eau courante ; la syphilis et l’alcoolisme sont à la base des cas de nombreux troubles mentaux.
Rapidement, les deux nouveaux services les plus importants deviennent la Maternité et le dispensaire antivénérien.

Retrouvez d’autres histoires du fenua, sur le site Tahiti Heritage http://www.tahitiheritage.pf ou sur la page Facebook de Tahiti Heritage https://www.facebook.com/tahitiheritage2


Parc Gauthier de l'hôpital colonial Vaiami
Parc Gauthier de l'hôpital colonial Vaiami

Parc de l'hôpital colonial Vaiami
Parc de l'hôpital colonial Vaiami

Cour de l'hôpital Vaiami en 1960
Cour de l'hôpital Vaiami en 1960

Intervention de médecins à l'hôpital Vaiami en 1950
Intervention de médecins à l'hôpital Vaiami en 1950

L'Hôpital Colonial Vaiami de Papeete

Rédigé par TAHITI HERITAGE le Samedi 6 Août 2016 à 14:09 | Lu 3464 fois






1.Posté par CITRUS le 08/08/2016 16:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MERCI

2.Posté par simone grand le 10/08/2016 08:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci

3.Posté par simone grand le 10/08/2016 08:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vers 1848, la totalité de la population tahitienne n'était plus que de 6400 habitants
nouvellement convertis, (depuis 1818). l'on s'aperçoit à la lecture de ce très intéressant texte, que les vieux étaient abandonnés et dans la misère matérielle et morale la plus complète.
En étudiant l'histoire de la santé en Polynésie française, je me suis aperçue que les militaires que ma génération soixante-huitarde affublait de tous les maux, fut plus respectueuse des Tahitiens que les missionnaires. En effet, alors que les évangélistes les traitaient d'arriérés, les soldats avaient du respect pour leurs ennemis qu'ils comparaient aux "héros d'Homère". Ce fut un choc pour moi et en fouillant encore, cela a totalement changé ma lecture de l'Histoire du fenua.

4.Posté par CITRUS le 10/08/2016 10:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

REMOI

MERCI ,SIMONE , pour ses lignes
qui risquent de l’attirée les foudres des aigris et des négationniste
qui sévissent sur ce site

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Février 2018 - 10:26 Temple chinois Kanti de Tahiti

Vendredi 9 Février 2018 - 11:00 Arrivée de la Bounty à Tubuai

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies