Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Jumelles violentées : le père mis en examen et incarcéré



Jumelles violentées : le père mis en examen et incarcéré
PAPEETE, le 16 juillet 2019 - L’homme qui devait être jugé lundi en comparution immédiate pour des violences commises sur ses jumelles de deux mois et son fils d’un an a été présenté devant un juge d’instruction hier soir puis mis en examen pour des faits de nature criminelle. Le mis en cause a ensuite été placé en détention provisoire.

Le prévenu, un père de famille âgé de 28 ans, devait être jugé en comparution immédiate lundi pour répondre de violences volontaires commises sur ses deux jumelles prématurées de deux mois et son petit garçon d’un an. Le tribunal correctionnel s’étant déclaré incompétent pour juger les faits, le mis en cause a donc été présenté devant le juge d’instruction Thierry Fragnoli lundi soir qui l’a mis en examen pour « violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente sur mineur de 15 ans par ascendant. » Cette qualification vise uniquement l’une des deux jumelles qui, après avoir été secoué par son père, pourrait à terme souffrir de séquelles irréversibles.

Suite à sa mise en examen, l’homme a été présenté devant le juge des libertés et de la détention qui a ordonné son placement en détention provisoire.


Cour d’assises

Les faits avaient été révélés en janvier dernier suite à un signalement du corps médical qui était en charge du suivi de jumelles prématurées. Alors que les petites étaient âgées de deux mois, les médecins avaient constaté que l’une d’entre elles présentait les symptômes du syndrome dit du « bébé secoué ». L’enfant avait subi des violences de « haute gravité ». L’autre petite fille présentait également des traces de violence.

L’enquête avait laissé apparaître que le père des jumelles, qui frappait également sa femme et leur fils âgé d’un an, était l’auteur des faits.

Devant la cour d’assises, les « violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente sur mineur de 15 ans par ascendant » sont passibles d’une peine maximale de 15 ans de prison.

Rédigé par Garance Colbert le Mardi 16 Juillet 2019 à 13:38 | Lu 1427 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués