Tahiti Infos

Jipsy, une nouvelle recrue très spéciale pour la DSP


PAPEETE, le 08 juillet 2016 - La DSP a reçu mercredi Jipsy, le nouveau chien de détection de stupéfiants qui vient renforcer le dispositif de lutte contre les trafics de drogues sur le Fenua.

La DSP compte depuis mercredi un nouvel agent de police très spécial, Jipsy, une jolie brune aux yeux noisette, affectueuse mais qui a du mal à tenir en place. Jipsy est une chienne de détection de stupéfiant, elle arrive directement de métropole avec son maître-chien. "Pour nous c'est une aide supplémentaire pour pouvoir lutter contre les stupéfiants et la délinquance. C'est un plus, un bonus qui va nous permettre de trouver plus de matériel, de marchandise qu'avant", déclare le commandant Loïc Hanuse.

Loïc Lysao est le maître-chien de Jipsy, avec son assistant et la chienne, ils composent la nouvelle brigade cynophile de la police nationale en Polynésie française.

Jipsy est un berger belge âgé de deux ans, elle est née en métropole et a d'abord appartenu à un particulier qui l'a dressé comme chien d'attaque avant de la vendre à la police nationale. La chienne est dès lors dressée comme un chien de détection, cependant vu son marquage actif, "elle mord, ou elle gratte quand elle renifle de la drogue", elle est interdite de fouille sur les gens.

La chienne et son maître-chien se sont rencontrés il y a un peu plus de quatre mois pendant la formation en métropole. La chienne a été confiée à Loïc Lysao, "parce que je suis débutant, on m'a donné une femelle parce qu'elles sont plus dociles". Pour établir un lien solide entre le policier et le chien, ils ont dû parcourir 15 kilomètres matin et soir pendant plusieurs jours. Le maître-chien est déjà attaché à sa nouvelle collègue de travail, mais aussi désormais fidèle compagne qu'il surnomme "pépète".

La chienne est encore jeune et à beaucoup à apprendre, dressée pour la détection de stupéfiants, elle sait reconnaître, la coke, le cannabis, et autres drogues, elle sera également dressée à d'autres produits. Jipsy est agent de police et a une carte professionnelle. Bien qu'encore jeune son service actif est de courte durée. Les chiens de détection prennent leur retraite vers l'âge de huit ans, il lui reste donc six ans avec Loïc Lysao à parcourir les rues de Papeete, Pirae et Arue pour débusquer et faire trembler les dealers de la zone urbaine.

Loïc Lysao, premier maître-chien de la DSP en Polynésie

Loïc Lysao est le maître-chien de Jipsy, avec son assistant et la chienne, ils composent la nouvelle unité cynophile de la police nationale en Polynésie française.
Loïc Lysao est entré dans la police nationale en 2001, dès son embauche il a fait connaître sa volonté de devenir maître-chien. "À l'époque, il n'y avait pas de maître-chien à la DSP en Polynésie. Dès que l'opportunité s'est présentée, je me suis porté volontaire pour le poste."
La DSP a lancé une sélection, dix candidats se sont présentés, il a été retenu. Le fonctionnaire de police a ensuite dû suivre une formation de trois mois en métropole, où il s'est vu confier Jipsy.
À 37 ans, il est le premier maître-chien de l'unité cynophile de la DSP. Sa nouvelle collègue et compagne dans la vie sera avec lui 24h sur 24, et lui impose désormais un rythme de vie actif "elle doit faire au moins deux balades d'une demie heure chacune, sinon des marches de 45minutes, 1heure ou du canicross, sans oublié les entrainements de détection deux à trois fois par semaines."
Un abri est en construction chez lui pour accueillir la chienne. Par ailleurs, le berger belge doit s'adapter au climat, mais aussi à son nouvel environnement, la femme du maître-chien, ses enfants, mais aussi ses deux chiens. "Nous avons fait un premier test pour l'instant ça se passe bien" dit-il en souriant, "c'est ma collègue, mais aussi ma fille, ma pépète" lâche-t-il plein de tendresse.

L'unité cynophile

La première unité cynophile a été créée en 1950. Elle est compétente sur l’ensemble du territoire de la DSPAP, et contribue à assurer la sécurité des personnes et des biens. A la DSP l'unité cynophile existe seulement depuis mercredi. Il existe une l'unité cynophile dédiée aux stupéfiants qui participe à la recherche de drogues, en collaboration avec les autres services de police (police judiciaire et commissariats centraux),
Le plus souvent, les chiens proviennent de dons de particuliers, de la SPA ou sont achetés dans des élevages.
Pour être sélectionnés, ils doivent avoir une aptitude au jeu (le travail de recherche étant basé sur cette faculté), une bonne condition physique et un caractère adapté aux missions à effectuer.
La plupart des chiens sont des bergers belges et des bergers allemands. Ils sont dressés au centre national de formation des unités cynotechniques, basé à Cannes-Écluse (Seine et-Marne), ou au sein même de l’unité cynophile. Les maitres-chiens sont eux aussi formés là-bas.


Rédigé par Marie Caroline Carrère le Vendredi 8 Juillet 2016 à 14:43 | Lu 4308 fois