Tahiti Infos

"Je suis une personne, pas un cancer": une campagne pour changer le regard


"Je suis une personne, pas un cancer": une campagne pour changer le regard
PARIS, 17 mai 2011 (AFP) - "Quand ils ont su que j'avais un cancer, les copains ont eu peur et se sont éloignés" : pour changer le regard des autres sur cette maladie, une campagne est lancée dans toute la France sur le thème: "je suis une personne, pas un cancer".

Le cancer est une maladie de plus en plus répandue, avec en 2010 quelque 357.000 nouveaux cas, 2 fois plus qu'il y a 30 ans. Mais la mortalité a nettement diminué en 20 ans : c'est une maladie qu'on soigne de plus en plus, avec un taux de survie à 5 ans supérieur à 50%, voire à 80% dans certains types de cancer.

En outre la détection précoce et le développement des thérapies ciblées ouvrent une dynamique d'espoir, qui devrait "modifier le regard sur la maladie", selon Agnès Byzun, vice présidente -pressentie pour être présidente- de l'Institut national du cancer (Inca).

Il y a cependant fort à faire, avec souvent "une représentation très négative, dans le registre de la fatalité et de la mort" et "un grand décalage entre la perception du médecin et le regard de la société", explique-t-elle.

Un lymphome, cancer du système lymphatique, a été découvert en 2008 chez Christophe Hude, 37 ans. "Au début, j'ai eu quelques coups de téléphones d'amis ou de collègues, puis, après trois semaines, quasiment plus rien", raconte-t-il.

"Quand on parle de ça, on voit de la terreur dans les yeux des gens, et en plus de la douleur de la maladie et du traitement, on prend en pleine face qu'on est +un cancéreux+ et que les gens vous voient au cimetière", dit-il.

Il s'étonne que la personne "disparaisse derrière la maladie". "Mais les gens sont formatés comme ça, après des décennies où ils ont vu le cancer comme une image de mort inévitable, lente et douloureuse. Donc ils préfèrent l'évitement".

Les survivants du cancer "sont le miroir de nos propres peurs", note Patrick Peretti-Watel, sociologue à l'Inserm. Mais "quand on est malade, on n'est pas différent de ce qu'on était avant", dit un patient.

De fait, 47,6% des Français reconnaissent, selon une enquête, que quand on a un cancer on est souvent mis à l'écart.

La campagne d'affichage repose sur cinq personnes (des anciens malades). On les voit d'abord de dos, avec une phrase où le nom est remplacé par le mot cancer, comme : "Tu crois que cancer va supporter les enfants tout l'été ?", ou "On pourrait inviter cancer, mais il a sûrement envie d'être seul". Une autre affiche montre la personne de face, affirmant : "Je suis une personne, pas un cancer".

La campagne, nationale, apparaîtra du 17 au 25 mai sur les abribus, dans les gares ou à Paris dans le métro. Une campagne télévisée, avec deux films de 30 secondes réalisés par Jacques Audiard, prendra le relais du 22 mai au 11 juin, sur une vingtaine de chaînes.

En parallèle, les malades ou anciens malades pourront témoigner sur la page Facebook de l'Inca et la ligne téléphonique Cancer info (0810 810 821, prix d'un appel local).

chc/jca/pyj

Rédigé par Par Christine COURCOL le Mardi 17 Mai 2011 à 05:13 | Lu 1304 fois