Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Inondations : Pape'ete porte bien son nom



Les commerçants ont mis deux heures pour évacuer l'eau qui s'était infiltrée dans leurs boutiques.
Les commerçants ont mis deux heures pour évacuer l'eau qui s'était infiltrée dans leurs boutiques.
Tahiti, le 19 février 2020 – Suite aux intempéries qui se sont déroulées dans la nuit de mardi à mercredi, les commerçants du centre-ville de Pape'ete se sont retrouvés avec plusieurs centimètres d'eau dans leurs boutiques. Une situation intenable qui se répète depuis plusieurs années.
 
Pendant deux heures mardi soir, des trombes d'eau se sont abattues sur Pape'ete, "La corbeille d'eau". Un déluge qui a causé la colère des commerçants du front de mer et des rues allant vers le marché. En effet, à leur arrivée sur leurs lieux de travail ce mercredi matin, les propriétaires des boutiques ont eu la mauvaise surprise de retrouver leurs commerces sous les eaux. "Je suis arrivée vers 8 heures et j'ai vu nos voisins nettoyer leurs boutiques et je me suis dit que ce n'était pas bon signe", raconte une commerçante. "Je suis rentrée dans le magasin, j'ai vu que tout était mouillé", déplore-t-elle.
 
Avec un navire de croisière au port, les commerçants se sont dépêchés pour évacuer l'eau en dehors de leurs boutiques. Et pourtant, certains n'ont pu ouvrir leurs portes qu'à 11 heures, tant l'inondation était importante. Certains déplorent plus de dégâts que d'autres. Mais de manière générale, les meubles gondolent, les murs gonflent et se décrépitent. "Heureusement, avec les inondations que nous avions déjà eues, nous avons pensé à surélever nos prises électriques, mais certaines doivent être au sol. Du coup, on ne peut plus les utiliser. Nous ne pouvons donc plus allumer nos présentoirs."
 
Les propriétaires de la pharmacie du port ont été rapidement avertis de l'inondation. Ils se sont rendus sur place dès minuit. Le gérant, Pierre Taulelle, explique : "Nous avions 5 cm d'eau dans la pharmacie et dehors l'eau est montée d'environ 60 cm, jusqu'aux genoux."

Les évacuations mises en cause

Les propriétaires des boutiques mettent unanimement en cause le réseau d'évacuation des eaux pluviales et notamment son entretien. Pierre Taulelle explique constater avec regret "que les travaux de drainage et de mise en valeur des abords (…) ont été de courte durée". Un autre commerçant détaille : "Depuis les travaux, et notamment avec le terre-plein et les couches de goudron pour faire la route, l'eau pluviale ne s'écoule plus vers le port." Par ailleurs, les tuyaux d'écoulement seraient, selon eux, trop étroits pour permettre l'évacuation de l'eau. "Les évacuations sont trop petites et donc l'eau tarde à s'évacuer et monte". Une situation qu'ils décrivent généralement comme "indigne d'une capitale". "En deux heures de pluie, ce n'est pas possible d'avoir des dégâts pareils !"

Compétence communale ou territoriale ?

Le Pays, par définition, s'occupe des routes territoriales, comme le front de mer. Les communes, elles, s'occupent des routes communales, comme les routes qui montent vers le marché de Pape'ete.

En ce qui concerne les commerces sur la route communale, un membre du département Voirie réseaux divers (VRD) de la mairie de Papeete souhaite "rassurer" la population et les commerçants : "On va faire un point", "une visite". Il s'agira notamment de relever les évacuations bouchées pour faire remonter l'information au prestataire en charge du curage des infrastructures.
 
Cependant, pour ce qui est des commerces situés sur le front de mer, le ministère de l'Équipement n'a pas souhaité s'exprimer.

Claude Talarmein, actionnaire d'une boutique proche du marché de Papeete

"Depuis que j'ai la boutique, c'est la troisième fois qu'on se fait inonder"

C'est la première fois que vous trouvez votre boutique inondée ?
"Depuis que j'ai la boutique, c'est la troisième fois. La première fois, nous avons été inondés par 50 centimètres d'eau, avec une perte dans le chiffre d'affaires de 5 millions. La zone où nous nous situons étant classé "catastrophe naturelle", nos assurances n'ont pas fonctionné. L'année dernière, nous avons été inondés au mois de janvier avec le même problème. Il faut dire que les égouts et les évacuations ne fonctionnent pas sur le centre-ville. Les travaux de 2018 ont été effectués pour changer le système d'assainissement du centre et du front de mer de Papeete, mais aujourd'hui nous sommes inondés pour la troisième fois, avec plusieurs centimètres d'eau."
 
Vers qui vous êtes-vous tourné pour régler ce problème ?
"Nous nous sommes tournés vers la mairie. Mais il semblerait qu'elle ne travaille que sur la rue du Haut-commissariat et de la Présidence. Notre rue est très gentiment dénommée "La rue de la pisse", parce qu'il n'y a pas d'autres mots pour la décrire. Nous avons droits aux défections sur les trottoirs, aux urines. On est donc obligés de laver les trottoirs trois à quatre fois par semaine. La boue va rester là, tout près de nos boutiques, parce que personne ne va venir nettoyer si nous on ne le fait pas. Le maire est inexistant. La dernière fois que je l'ai vu, c'était pour les inondations de 2017, donc ce serait bien qu'il vienne revoir ce qui se passe par ici."
 

Rédigé par Ariitaimai Amary le Mercredi 19 Février 2020 à 16:39 | Lu 5869 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus