Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


IVG à 100% remboursée et pilule gratuite pour les mineures



IVG à 100% remboursée et pilule gratuite pour les mineures
PARIS, 26 oct 2012 (AFP) - Remboursement à 100% de l'IVG pour toutes les femmes et pilule gratuite pour les filles de 15 à 18 ans: l'Assemblée nationale a voté vendredi des promesses de campagne de François Hollande dans le cadre du budget de la Sécurité sociale, qui sera globalement mis au vote mardi prochain.

Les députés ont adopté vendredi le remboursement à 100% des interruptions volontaires de grossesse (IVG) à partir de 2013. La ministre de la Santé Marisol Touraine a rappelé qu'un avortement n'était "jamais un acte anodin" pour une femme.

L'ombre de Simone Veil, auteur de la loi dépénalisant l'avortement (1975) planait sur l'hémicycle, où elle avait été si vivement vilipendée. Ainsi, rare homme à gauche à intervenir, le député Jérôme Guedj (PS), a dit son "émotion" de "légiférer sur l'IVG". "Je revois l'image de Simone Veil qui nous a tous marqués", a-t-il dit.

Actuellement, un avortement coûte entre 200 et 450 euros, selon la méthode (médicament ou intervention chirurgicale) et selon le lieu (hôpital ou cabinet médical).

Jusqu'à maintenant, seules étaient prises en charge à 100% les IVG pour les jeunes filles mineures et entre 70% et 80% des frais pour les femmes majeures. Cette prise en charge à 100% représentera un coût de 13,5 millions d'euros.

Si les députés de gauche ont salué la mesure, ils ont aussi beaucoup insisté sur la dégradation de l'accès à l'IGV. La communiste Jacqueline Fraysse a cité des délais allant jusqu'à cinq semaines, contre cinq jours recommandés, entre la prise de contact et l'acte dans un département francilien comme la Seine-Saint-Denis, déplorant "le manque criant de centres IVG dans les structures publiques".

La députée écologiste Véronique Massonneau a plaidé pour que le gouvernement "travaille sur la revalorisation de l'acte", ce qui est au programme.

La députée UMP Bérengère Poletti, sage-femme de formation, s'est désolidarisée de six de ses collègues qui avaient déposé un amendement de suppression d'une mesure qui risque selon eux de conduire "à une banalisation de l'IVG".

Soulignant avoir fait de la contraception son "combat" de "femme libre", Mme Poletti a aussi salué le fait que l'Assemblée vote la gratuité des pilules pour les filles de 15 à 18 ans, jusqu'alors remboursée à 65%. Mme Poletti avait en effet préconisé l'an dernier la pilule anonyme et gratuite.

Durant sa campagne présidentielle, François Hollande avait annoncé qu'il souhaitait mettre en place un "forfait contraception" pour les mineures, leur garantissant "la gratuité, l'accès à un médecin dans l'anonymat et à une contraception de haut niveau".

La question du secteur privé à l'hôpital public, qui défraie régulièrement la chronique et fait parallèlement l'objet d'une mission à la demande du gouvernement, a aussi animé les débats.

Les députés ont en effet voté un amendement pour faire "un premier pas" dans l'encadrement de l'activité libérale à l'hôpital public, limiter les abus et instiller de la transparence.

Il est notamment prévu que ce soit l'hôpital qui touche les honoraires avant de les reverser aux praticiens concernés, et impose aux médecins de fournir à l'administration leur planning d'activité publique, en plus de leur récapitulatif d'activité libérale.

L'ex-président de l'Assemblée Bernard Accoyer (UMP) a prévenu que des praticiens "du meilleur niveau" travaillant "encore à l'hôpital public" pourraient partir "en France ou à l'étranger" et que pourrait émerger "un secteur assurantiel totalement privé".

Concernant la lutte contre les déserts médicaux, les députés ont aussi voté la création du contrat de praticien territorial.

Les trois quarts du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) ont été examinés. Parmi les dernières mesures attendues figurent la fin de la convergence des tarifs entre hôpitaux public et privé et l'adoption de l'Ondam, objectif national des dépenses de l'assurance maladie, fixé à +2,7% en 2013.

dec/vdr/rh/bma

Rédigé par AFP le Vendredi 26 Octobre 2012 à 05:47 | Lu 1828 fois





Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies