Tahiti Infos

Hidalgo se justifie après son voyage dans le Pacifique


Paris le 6 novembre 2023 - La Ville de Paris a défendu lundi soir, dans un communiqué, le déplacement en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie de la maire Anne Hidalgo, critiquée par l'opposition de droite qui a raillé le bilan carbone et le coût de ce voyage.

Le déplacement de la maire socialiste, accompagnée de ses adjoints aux Sports Pierre Rabadan et aux Outre-mer Jacques Martial, a eu lieu du 16 au 22 octobre, selon l'agenda transmis a posteriori par la Ville, qui n'avait jusque-là pas communiqué officiellement à ce sujet.

Il avait pour but, selon la mairie, de travailler sur trois dossiers : la Nuit blanche, manifestation culturelle qui sera placée en 2024 "sous le symbole des Outre-mer" ; "l'urgence climatique", Anne Hidalgo "ayant proposé aux maires de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie de se joindre à la délégation de l'Association internationale des Maires Francophones (AIMF), qu'elle conduira en tant que présidente lors de la COP 28 à Dubaï" ; et les Jeux olympiques, dont l'épreuve de surf doit se tenir sur le site de Teahupoo à Tahiti.
Mais Anne Hidalgo ne s'est pas rendue en personne sur le site olympique, se faisant représenter par Pierre Rabadan, reconnaît lundi la mairie.

"A la demande du président polynésien (du territoire, Moetai Brotherson, ndlr), la maire de Paris ne s'est en effet pas rendue sur place le samedi, du fait de tensions locales liées à la construction d'une tour des juges, une rencontre sur site étant prévue le jour même par la présidence polynésienne", selon le communiqué.

"La maire de Paris a prolongé son déplacement officiel par un temps privé intégralement pris à sa charge", et elle est rentrée le dimanche 5 novembre en payant de sa poche son billet retour, ajoute la mairie.

Une semaine avant son déplacement en Polynésie française, Tahiti Infos avait obtenu l'accord du cabinet du maire de Paris pour une interview le samedi 21 octobre à Papeete au retour de la visite de Mme Hidalgo sur le site olympique de Teahupo'o. Un entretien d'une demi-heure lors duquel les sujets des Jeux Olympiques, de la représentation polynésienne à Paris et des mesures vertes aux outremer devaient être évoqués. Seule demande de la part de son cabinet... Ne pas évoquer son déplacement privé. Finalement, l'entretien ne se fera jamais.

Les frais de transport de la délégation parisienne, composée de six personnes (trois élus et trois collaborateurs) se sont élevés à 40.955 euros, et les frais d'hébergement et de restauration à 18.545 euros, "conformément aux pratiques en vigueur dans les trois fonctions publiques territoriales", selon la Ville.

Rédigé par Bertrand PREVOST le Lundi 6 Novembre 2023 à 09:54 | Lu 5846 fois