Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Heiva i Tahiti : Parata racontera l'histoire qui a sauvé les Tuamotu



Une centaine d'artistes représentera le groupe Parata, sur la scène de To'atā, jeudi soir.
Une centaine d'artistes représentera le groupe Parata, sur la scène de To'atā, jeudi soir.
PAPEETE, le 10 juillet 2018 - Cette troupe de danse est inscrite en catégorie Hura Ava Tau. Menée par Heremoana Taiti, la troupe reviendra sur la guerre qui opposait les Parata (guerriers de Anaa) aux Mihiroa (guerriers des Tuamotu de l'Ouest). Une histoire dramatique qui aurait ramené la paix aux Tuamotu.

La guerre entre les Mihiroa (guerriers des Tuamotu de l'Ouest) et les Parata (guerriers de Anaa) a duré pendant plusieurs années. Une époque qui a été dure pour les Pa'umotu, et c'est d'ailleurs cette histoire que racontera le groupe Parata, à To'atā. "Malgré la souffrance de cette guerre et grâce aux Mihiroa qui sont venus se réfugier ici à Tahiti, il y a eu la paix aux Tuamotu", explique Heremoana Taiti, chef du groupe Parata.

"Les Parata ont commencé à raser la plupart des atolls des Tuamotu et quand ils sont arrivés à Tahiti, ils ont demandé au roi Pomare de leur livrer les gens de Mihiroa. Mais Pomare a parlé en faveur des vaincus. Il y a eu des négociations et grâce à cela, la paix est revenue aux Tuamotu", poursuit Heremoana Taiti. "Aujourd'hui, quand on raconte ce qui s'est passé entre les Parata et les Mihiroa, on ne décrit que la partie où les Mihiroa sont tués de façon atroce, je ne nie pas ces faits-là. Mais, il faut aussi dire que grâce aux Mihiroa, qui sont venus se réfugier à Tahiti, eh bien, le roi Pomare a demandé aux guerriers de Anaa de cesser cette guerre."

Pour représenter leur histoire, la troupe a retenu quatre tableaux. "L'histoire est coupée en deux parties, la 1ère se fera aux Tuamotu et la 2ème à Tahiti. Ces deux parties sont coupées en deux." Côté couleur, "culturellement, Anaa c'est le vert, à cause du nuage vert. Mais aujourd'hui, je ne parle pas du nuage vert, mais vraiment de cette guerre. Comme le nom est Parata, donc on est sur la couleur du requin et des guerriers. Ce sont donc des couleurs sombres, marron ou gris. Le pā'ō'ā hivināu sera en tenue végétale pour représenter une partie qui se passera dans la verdure de Makatea et notre grand costume Hura Nui sera en rouge, où on parlera de Tahiti et du respect du choix du roi Pomare, par les guerriers Parata", précise le chef de la troupe de danse.

Inscrit dans la catégorie Hura Ava Tau, le groupe Parata tentera de séduire au mieux le public et les membres du jury. "Je suis Pa'umotu, j'ai une culture, une langue et c'est ce que je veux emmener sur scène. On a une particularité sur la façon de jouer, c'est plus rapide." Cependant, le jeune chef de groupe a quelques regrets : "Dans le règlement, c'est le 'ori tahiti, on est obligé de respecter cela. Mais nous apporterons quand même une petite touche pa'umotu. Ce sera peut-être un moyen de dire au gouvernement et à la Maison de la Culture de revoir le règlement du Heiva, peut-être ne plus l'appeler Heiva i Tahiti, mais l'appeler Heiva i Pōrīnetia, nous sommes quand même cinq archipels. C'est mon avis en tant que jeune ra'atira."

À 32 ans, Heremoana Taiti relèvera le challenge de porter la voix de son atoll sur la scène de To'atā, demain soir. Le groupe Parata est composé de 104 artistes, "il y a au moins 80 % qui sont originaires des Tuamotu. La moitié vient de Anaa, il y en a même qui viennent des mihiroa. J'ai beaucoup de musiciens qui viennent de Rurutu, d'ailleurs il y a une histoire entre Anaa et Rurutu. J'apporte ce que je sais, ce que j'ai étudié et ce que l'on m'a raconté. J'ai mis des années à étudier ce thème et aujourd'hui, je suis prêt", conclut Heremoana Taiti.


LA PAROLE À

Heremoana Taiti
Chef du groupe Parata

"Porter la voix de Anaa"


"Parata est le nom d'un requin, le longimane et aujourd'hui, on a donné ce nom à la langue de Anaa, c'est un dialecte. C'est un nom qui a une grande importance pour nous. J'ai commencé à danser avec Ahutoru Nui où j'ai tout appris, grâce à Coco Tirao durant 2 ans. Je me suis dit que si j'étais capable d'emmener une histoire de Tahiti sur scène, eh bien, pourquoi je ne ferai pas la même chose avec mon histoire. Il faut venir voir comment nous raconterons notre histoire. L'important pour nous n'est pas de gagner, mais de monter sur scène et de porter la voix de Anaa."




Rédigé par Corinne Tehetia le Mardi 10 Juillet 2018 à 14:42 | Lu 724 fois






Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 18 Novembre 2018 - 11:41 Blues hôtel revient pour une 4e édition

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués