Tahiti Infos

Grève générale : La CPME juge les revendications "inconsidérées" sauf sur la CPS


Tahiti, le 18 novembre 2021 –  La Confédération des petites et moyennes entreprises de Polynésie française a réagi jeudi aux préavis de grève générale déposés hier par les syndicats. Elle dénonce une "irresponsabilité économique" envers les entreprises polynésiennes durement touchées par la crise et des "demandes inconsidérées", mais partage toutefois l'opposition des syndicats à la réforme de la gouvernance de la CPS.
 
Dans un communiqué signé de son président Christophe Plée, actuellement à Paris, la Confédération des petites et moyennes entreprises de Polynésie française (CPME) a tenu à réagir jeudi aux préavis de grève générale déposés mercredi par quatre confédérations syndicales. Préavis qu'elle juge "bien mal venu". La CPME déplore que les syndicats aient choisi le moment où les restrictions sanitaires commencent à peine à être levées, pour lancer ce mouvement. Elle dénonce "l’irresponsabilité économique d’une grève illimitée et ses demandes inconsidérées" à une période où "les entreprises polynésiennes, durement frappées par cette pandémie, commencent à entrevoir une reprise économique attendue depuis de longs mois".
 
La CPME considère que les revendications des syndicats sont "contre toute logique économique" et regrette qu'elles soient déposées "au mépris des entreprises" déjà en difficulté, "asphyxiées" pour certaines, et qui ont fait le maximum pour préserver les emplois. L'organisation patronale considère que, par ce préavis de grève générale, les syndicats "ne défendent pas l'emploi et le travail". Toutefois, la CPME souligne un point de convergence avec les syndicats sur l'opposition à la réforme de la gouvernance de la CPS. Syndicats avec qui la CPME dit partager la "nécessité de défendre le paritarisme dans la gouvernance de la CPS".

Rédigé par Julie Barnac le Jeudi 18 Novembre 2021 à 12:04 | Lu 2289 fois