Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Greffes de rein: nouvel appel pour le remboursement d'un médicament anti-rejet



Paris, France | AFP | vendredi 05/02/2016 -Une association de greffés du rein et des spécialistes de la transplantation ont écrit à la ministre de la Santé pour réclamer une nouvelle fois le remboursement d'un médicament anti-rejet, le belatacept, qui prolonge la durée de vie des greffons et permettrait de faire d'importantes économies.

"Le belatacept fait partie des trop rares médicaments qui permettent aux patients transplantés rénaux de vivre sans rejeter leur rein greffé, d'échapper à la dialyse, à ses contraintes et à ses surcoûts" relèvent vendredi l'association de patients Renaloo et la Société francophone de transplantation (SFT) dans un communiqué.

Ils précisent avoir décidé d'alerter la ministre de la Santé Marisol Touraine, déjà sollicitée en 2013, à la suite de la publication d'une nouvelle étude sur le belatacept parue fin janvier dans la revue médicale New England Journal of Medicine.

"Ce produit est d’ores et déjà disponible dans certains établissements de santé" où il est remboursé, a relevé vendredi soir le ministère de la Santé.

Les médicaments coûteux, comme le bélatacept (le Nulojix du laboratoire BMS : Bristol-Myers Squibb) peuvent faire l'objet d'un financement spécifique, en plus du forfait greffe, rappelle-t-il. Ce dernier financement n'est accordé qu'avec l'aval de la Haute autorité de santé (HAS) si elle estime que le médicament correspond à une innovation, c'est-à-dire qu'il apporte quelque chose de nouveau par rapport à d'autres traitements existant. "Cela n’a pas été le cas de ce médicament jusqu'ici", rappelle le ministère.

Mais "le laboratoire a fait part de nouvelles données scientifiques sur l’efficacité de ce traitement" et a "indiqué qu’il allait solliciter un réexamen de son dossier par la Haute Autorité de Santé", indique-t-on dans l'entourage de Marisol Touraine. "La ministre souhaite que cette réévaluation se fasse rapidement", ajoute-t-on de même source.

L'étude montre que les patients sous belatacept, approuvé en 2011 par l'agence américaine FDA (Food and Drug Administration), avaient un taux de mortalité et de perte du rein du greffé (greffon) significativement plus bas (moins 43%) que ceux ayant reçu des traitements anti-rejet standard à base d'inhibiteurs de la calcineurine (ICN), comme la ciclosporine.

Pour Renaloo et la SFT, le médicament est de surcroît bien toléré et ne provoque pas autant d'effets secondaires cardiovasculaires que les autres médicaments antirejets.

"Pour ceux qui pourraient en bénéficier, il est estimé qu’il permettrait de prolonger la survie des greffons rénaux d’environ deux ans", soit 15 ans au total contre 13 ans actuellement.

En réduisant le nombre de patients devant être retransplantés et de ce fait le nombre de malades en attente de greffe, il pourrait également faire gagner, in fine, à la Sécurité sociale environ 70.000 euros par patient, souligne l'association de patients.

Dans leur lettre à Mme Touraine, Renaloo et la SFT font valoir que ce médicament est "d'ores et déjà pris en charge dans de très nombreux pays, parmi lesquels l’Allemagne, la Suède, la Norvège, la Suisse, l’Autriche, l’Irlande, la Finlande, le Danemark ou les Etats-Unis".

ez-BC/fmi/bir

Rédigé par () le Vendredi 5 Février 2016 à 16:31 | Lu 576 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies