Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Grande-Synthe: 336 migrants évacués d'un campement vers des centres d'accueil



Lille, France | AFP | lundi 11/06/2018 - Trois cent trente-six migrants qui vivaient dans un campement de fortune à Grande-Synthe, près de Dunkerque, ont été évacués lundi matin et conduits vers des structures d’accueil, moins d'un mois après une précédente évacuation de 400 migrants, a annoncé la préfecture du Nord.

L'opération, qui s'est déroulée de 7H à 11H, a eu lieu dans le calme, a indiqué la préfecture dans un communiqué. "La présence d’un site Seveso seuil haut, à proximité du campement illicite, rendait cette opération humanitaire urgente", selon cette source.
Les personnes évacuées ont été conduites vers six centres d’accueil et d’orientation (CAO) ou centre d’examen des situations (CAES) dans le Nord et le Pas-de-Calais.
Au total, 259 adultes isolés ont ainsi été pris en charge, et les familles (77 personnes) ont été orientées vers des "structures adaptées" à Lille.  
Ces migrants vivaient sur ce terrain depuis l'évacuation le 24 mai d'un gymnase où étaient hébergés 300 migrants, a précisé la mairie de Grande-Synthe. Ce gymnase communal avait été ouvert aux migrants le 12 décembre par la mairie, un répit dans leur quête pour rejoindre l'Angleterre.
Une trentaine de migrants vivent encore actuellement dans le bois du Puythouck à Grande-Synthe, selon la mairie.
Les évacuations de migrants par les autorités sont relativement fréquentes dans cette ville jouxtant Dunkerque. 
En septembre dernier, plus de 500 personnes avaient déjà fait l'objet d'un transfert vers des installations dédiées. Ce qui n'avait pas empêché de nouveaux afflux, principalement de Kurdes irakiens.
Grande-Synthe, 22.000 habitants, avait été touchée par l'arrivée de migrants à l'été 2015 dans le sillage de la création de la "Jungle" de Calais. 
Début 2016, Damien Carême, le maire de la localité, avait ouvert, contre l'avis de l’État, un camp de petits chalets en bois qui avait été détruit par un incendie en avril 2017.

le Lundi 11 Juin 2018 à 06:11 | Lu 110 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus