Tahiti Infos

Entrepreneuriat : un salon pour se lancer à Raiatea


Au salon de l'entreprise, jeudi à Uturoa, des créateurs d'entreprise étaient présents pour partager leur expérience.
Au salon de l'entreprise, jeudi à Uturoa, des créateurs d'entreprise étaient présents pour partager leur expérience.
Raiatea, le 20 mai 2022 – À Raiatea, jeudi, s’est tenu le premier Salon de l’entreprise  "Aujourd’hui je crée mon activité" qui a vu le jour grâce au travail conjoint de l’Adie, la CCISM, la commune de Uturoa et du lycée professionnel des îles-Sous-le-Vent.
 
Le premier Salon de l’entreprise a vu le jour jeudi à la mairie de Uturoa, créé à l’initiative de l'Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) et avec la collaboration de la Chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM), de la commune de Uturoa et du lycée professionnel des îles-Sous-le-Vent. Avec l’appui d’autres partenaires comme le Service de l’emploi, de la formation et de l’insertion professionnelles (Sefi), le Centre de formation professionnelle pour adultes (CFPA), les habitants des Raromata'i étaient invités à venir visiter le marché des créateurs puis à participer à des conférences les informant sur les démarches à effectuer pour créer une entreprise dans le secteur primaire, secondaire ou tertiaire. Étaient également présentés lors de ces conférences, tous les dispositifs d’accompagnement et de financement existants pour créer son activité.

Ce salon répond à une demande, comme le rappelle le directeur de l'Adie, Benoît Meyer : " L’idée est d’inciter les jeunes à se lancer. Cette journée est là pour les motiver à trouver un emploi, quel que soit le domaine. Ici, en Polynésie, la création d’entreprise c’est 90 % des emplois. Les emplois salariés sont beaucoup moins nombreux mais le plus important c’est d’oser. Souvent, les jeunes attendent quelques années après avoir quitté l’école avant de faire une démarche pour s’officialiser et faire une demande d’immatriculation. Nous voulons leur montrer que beaucoup d’aides existent pour eux, comme l’Icra ou le microcrédit financé par l’Adie par exemple."
 

Ina Hatitio, artisane en tressage et vannerie, de Rimatara :
"J'arrive à en vivre"

"Je suis artisane depuis que j’ai quitté l’école en 1981. Je suis de Rimatara et j’utilise le pandanus pour créer des articles tressés comme des corbeilles, des paniers, des chapeaux, des éventails. J’étais jeune mais ma maman m’a appris le métier. J’ai ensuite fait une formation financée par la CCISM pour apprendre la vente et grâce à l’association Vahine vaero j’ai pu descendre dans les autres îles comme à Tahiti ou à Raiatea comme aujourd’hui. Et je suis contente car j’arrive à en vivre juste pour faire vivre ma famille mais c’est déjà bien."


Rédigé par Marion Alexandre le Vendredi 20 Mai 2022 à 16:50 | Lu 847 fois