Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Elles se réfugient dans une grotte pour fuir les antennes relais



Elles se réfugient dans une grotte pour fuir les antennes relais
SAINT-JULIEN-EN-BEAUCHÊNE, 29 octobre 2011 (AFP) - Deux femmes souffrant d'électro-hypersensibilité s'apprêtent à passer l'hiver sans chauffage ni électricité, dans une grotte reculée des Hautes-Alpes, afin d'échapper aux ondes des téléphones portables et d'internet.

Au fond de la cavité à laquelle on n'accède que par une échelle, Anne Cautain et Bernadette Touloumond ont installé sur un parquet de fortune deux lits, une petite table sur laquelle ont été déposées des bougies rapidement consumées et un réveil mécanique, pour "ne pas se laisser aller".

"Cela fera bientôt mon troisième hiver ici, pourtant croyez-moi, je préférerais être dans une maison au coin du feu", affirme dépitée Anne Cautain, blottie sous plusieurs couches de pulls, alors que la température dans la grotte ne dépasse guère les 10°C.

Souffrant de "brûlures dans le crâne et sur la peau", cette femme de 55 ans explique avec détails comment un jour de janvier 2009, alors qu'elle était agent technique dans une université de Nice, sa vie s'est transformée en celle d'un "animal traqué".

Tout était bon pour tenter de se protéger des radiofréquences, sources de "maux de tête insupportables", qui la conduisent à dormir dans le coffre d'une voiture, une cave de restaurant, en passant par des parkings souterrains et les champs de la campagne bourguignonne.

L'association Robin des Toits, qui milite pour la reconnaissance de la maladie, estime à quelques dizaines les cas extrêmes "d'intolérance" dont souffrent les deux femmes, mais affirme qu'environ 3% de la population française souffrirait d'électro-hypersensibilité (EHS).

"Aucune preuve scientifique d'une relation de causalité entre l'exposition aux radiofréquences et l'hypersensibilité électromagnétique n'a pu être apportée", objecte l'Agence nationale de sécurité sanitaire dans un rapport de 2009, qui ne conteste cependant pas "la réalité du vécu de ces personnes".

Professeur en cancérologie à l'université Paris-Descartes, Dominique Belpomme assure au contraire que des études cliniques ont prouvé les effets des champs électromagnétiques sur la santé. Il regrette toutefois l'attitude "marginale" adoptée par Anne Cautain et Bernadette Touloumond.

"Je ne doute pas de leur souffrance, mais il existe des traitements comme les antihistaminiques pour les soulager. Encore faudrait-il qu'elles viennent me consulter", déclare le médecin.

"Je me suis déjà rendue à Paris, mais je ne m'en suis jamais remise à cause des innombrables antennes relais qui jalonnaient le parcours", avance Anne Cautain, préférant aujourd'hui se soigner avec des méthodes naturelles.

Entreposées dans des cagettes soigneusement rangées à l'entrée de la grotte, les courges, pommes et poires issues de la culture biologique sont "érigées comme une thérapie destinée à nous aider à tenir le coup", affirment les deux femmes, qui refusent d'être considérées comme des marginales.

"Quand je me suis trouvée dans cette grotte, je me suis demandé ce que j'avais fait pour en arriver là, je n'arrivais pas à y croire", relate Bernadette Touloumond, hôtesse de l'air pendant 25 ans à Paris, réfugiée depuis quelques mois dans la grotte de Beaumugne.

"On m'a traitée de folle, j'ai perdu la plupart de mes amis, ma famille a du mal à comprendre et je sais aujourd'hui que je ne pourrai pas retourner dans des musées", regrette la sexagénaire aux cheveux soigneusement tirés en arrière.

Les deux femmes réclament la création en urgence de "zones blanches", même si elles savent que leur demande va à l'inverse de la tendance visant à couvrir l'intégralité du territoire français par les réseaux de téléphonie mobile.

Rédigé par Par Estelle EMONET le Vendredi 28 Octobre 2011 à 22:05 | Lu 623 fois







1.Posté par Super Fiu le 29/10/2011 07:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je les comprends, ces femmes. Et je les plaisn, car elles ne sont pas au bout de leur peine, elles vont être sacrifiées sur l'autel de la technologie dévastatrice de nos équilibres neurologiques.

Moi, mon souci, c'est que je ne sais plus comment me protéger du BRUIT.

Bruit des voitures, bruit des machines, et quand vous allez dans la nature chercher le calme, bruit abominable des matraqueurs qui vous frappent avec leurs stupides méga- basses de folie destructrices (et totalement irrespectueuses d'autrui).
Et quand vous croyez avoir échapper à ça, vous vous retrouvez au bout d'un moment rejoint par une personne qui joue avec son portable "bziiii - pfui - pfui - bziii" ou par un duo qui discute sans pouvoir se passer en bruit de fond d'un chuintement de musique issu également d'un mini appareil qui diffuse ses notes discordantes et ses décibels incongrus.
Le silence angoisserait-il désormais tous ces humains paumés ?
Le silence et le calme ? Devenus produits de luxe accessibles seulement aux gens suffisamment aisés pour pouvoir se tenir à distance, mettre en place une sorte de "no man's land" entre eux et une foule d'humains ... devenus fous.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 2 Décembre 2020 - 04:54 Covid-19: 2021, stop ou encore ?

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies