Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Edouard Fritch souhaite que les membres du gouvernement cotisent à la CPS



Edouard Fritch souhaite que les membres du gouvernement cotisent à la CPS
PAPEETE, le 7 mars 2018 - Durant le conseil des ministres qui s'est tenu ce mercredi, le président du Pays a fait part de son souhait à ce que les membres du gouvernement cotisent à la Caisse de prévoyance sociale. "Une décision qui a été prise suite à la demande de la population", explique Jean-Christophe Bouissou.

"Nous devons faire preuve d'exemplarité", indique Jean-Christophe Bouissou, porte parole du gouvernement.

Durant leurs mouvements de grève, les syndicalistes ont répété sans cesse, "ils ne cotisent pas à la CPS". Eh bien, aujourd'hui, le président Edouard Fritch a décidé de faire taire ses allégations, puisque "nous avons décidé, ce matin, sur proposition du président avec un vote de l'ensemble des ministres à demander à ce qu'on adhère aux cotisations sur la retraite du régime des salariés de la CPS", indique Jean-Christophe Bouissou.

Une décision qui ne concernerait que les membres du gouvernement. "Il revient aux représentants à l'assemblée de décider pour eux-mêmes. Je pense que cette question sera débattue demain, au niveau de l'assemblée", souligne le porte-parole du gouvernement.

Mais cette question sur la cotisation des élus à la CPS a déjà été soulevée, en 2008. "On a même fait une tentative qui a été avortée pour des questions de forme, sur la présentation du dossier au niveau de l'assemblée. On se rappelle aussi de la position du CESC qui s'était opposé à ce que les élus puissent cotiser sur la branche retraite du régime des salariés", prévient Jean-Christophe Bouissou.

Suite aux nombreux propos tenus par l'intersyndicale au sujet de la loi sur la réforme des retraites, le gouvernement a décidé de créer une page Facebook intitulée "Ma retraite mon avenir"

"Beaucoup de choses ont été dites et qui sont, pour beaucoup, erronées, et au travers de cette page facebook, la population aura toutes les informations au travers de questions et de réponses spécifiques. Je crois que les polynésiens vont voir, avec acuité, la pertinence de cette réforme souhaitée par le gouvernement", explique Jean-Christophe Bouissou.

À la veille d'un "grand rassemblement populaire" à Tarahoi, le porte-parole du gouvernement préfère rester positif.


Jean-Christophe Bouissou
Porte-parole du gouvernement

"Si on ne le fait pas, dans trois ans, on ne pourra plus verser aucune retraite"


"Nous ne sommes pas inquiets parce que nous connaissons bien nos amis les syndicats. Nous faisons confiance à notre population. Le président l'a dit, on ne fait pas ces réformes pour le plaisir. On pourrait ne rien faire, ce qui serait beaucoup plus facile à l'approche des élections. Hors, il est de la responsabilité d'Edouard Fritch et de son gouvernement d'introduire un projet comme celui-là, qui ne va pas peser sur les populations et en particulier, sur celles et ceux qui viendront à prendre leurs retraites, puisqu'il n'y a pas d'augmentation de cotisations. Par contre, il faudra qu'on travaille un peu plus, c'est-à-dire jusqu'à 61 ans ou 62 ans. Augmenter la durée de cotisations pour nos retraites pour permettre à cette caisse de retraite de servir les générations futures. Si on ne le fait pas, dans trois ans, on ne pourra plus verser aucune retraite en Polynésie française."


Patrick Galenon
Président d'honneur de la CSTP-FO

"Nous attendons de voir s'ils demandent encore la gratuité sur les années antérieures"


"C'est un peu triste qu'il n'y ait que les membres du gouvernement dans cette décision.
La dernière fois qu'ils nous avaient consultés, ils demandaient la gratuité sur les années antérieures. Donc, maintenant, nous attendons de voir le texte pour voir s'ils demandent encore la gratuité sur les années antérieures. Et si ce n'est pas le cas, eh bien, je dirai, enfin. On pourra dire qu'ils commencent à nous entendre. Par contre, s'ils maintiennent cette idée, eh bien, lorsqu'ils saisiront le CESC, le texte ne passera pas, comme ce fut le cas en 2008. Mais il faut savoir que ce n'est pas notre principale demande. On dit juste que pour gérer la caisse de la retraite, il faut au moins qu'ils cotisent à la CPS
."




Rédigé par Corinne Tehetia le Mercredi 7 Mars 2018 à 14:28 | Lu 10404 fois






Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Octobre 2018 - 09:29 Le débarcadère de Rimatara en travaux

Dimanche 21 Octobre 2018 - 17:56 Un homme se tue en scooter à Teva I Uta

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués