Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Edouard Fritch : "Il faut savoir se satisfaire de ce qu'on nous donne"



PAPEETE, le 26 février 2016. Nucléaire, Dotation globale d'autonomie, accord de Papeete… Le président du Pays est revenu, avec son gouvernement, sur les annonces faites par le président de la République. "Il faut savoir se satisfaire de ce qu'on nous donne", résume Edouard Fritch.

Entouré de presque tous ses ministres, Edouard Fritch a fait le bilan des annonces du président de la République ce vendredi matin. Son "séjour était trop court mais intense" a démarré le président du Pays. "Il a été intense en annonces. Elles ne sont pas tombées du ciel. Il y a eu un important travail préparatoire par notre gouvernement et nos parlementaires." Edouard Fritch explique qu'il avait demandé au gouvernement de préparer des dossiers à soumettre au président de la République. Celui-ci "n'a pas retenu toutes nos propositions", reconnaît-il avant d'insister : "Il faut savoir se satisfaire de ce qu'on nous donne".
Le gouvernement local n'a pas plus d'informations que ce que nous avons pu entendre lors du discours de François Hollande lundi dernier. "Il n'est pas entré dans le détail. Ce n'était pas le lieu, ni le moment", rappelle-t-il. "Il nous appartient de préciser et mettre en œuvre ces annonces." Edouard Fritch prévoit ainsi que dès le mois de mars, le gouvernement et les parlementaires se réunissent pour engager les discussions et établir "un calendrier pour les mesures".
Le président et ses ministres sont ensuite revenus point par point sur les annonces faites par le président de la République.

Nucléaire : "une vraie avancée"

Lundi dernier, François Hollande, lors de son discours a reconnu "que les essais nucléaires menés entre 1966 et 1996 en Polynésie française ont eu un impact environnemental, provoqué des conséquences sanitaires et aussi, c'est un paradoxe, entraîné des bouleversements sociaux lorsque les essais eux-mêmes ont cessé". Edouard Fritch ne cache pas que le nucléaire "était le sujet le plus attendu. (…) Il n'est pas allé aussi loin que nous l'espérions mais il faut positiver. C'est une vraie avancée. (…) François Hollande est allé bien au-delà de ce qui avait été fait auparavant".
Le président de la République a précisé qu'il allait modifier le décret d'application de la loi Morin "pour préciser la notion de risque négligeable pour certaines catégories de victimes lorsqu'il est démontré que les mesures de surveillance indispensables n'avaient pas été mises en place". Le président du Pays reste prudent sur cette annonce : "Nous allons attendre la modification du décret de la loi Morin pour mesurer les conséquences de cette évolution. Il faudra sans doute attendre de voir comment le Civen (Comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires, NDLR) traitera les dossiers. Le gouvernement et les parlementaires resteront vigilants sur ce sujet. Il ne faut pas modifier le décret et que cela aboutisse aux mêmes blocages."

DGA : "Revenir à quelque chose de plus simple"

La dotation globale d'autonomie "sera sanctuarisée dans le statut de la Polynésie française et son niveau sera, dès 2017, rétabli à plus de 90 millions d’euros (10.7 milliards de Fcfp). "La sanctuarisation de la DGA est un engagement fort", souligne Edouard Fritch. Nuihau Laurey, le ministre des Finances, souligne néanmoins : "Nous souhaitons revenir à quelque chose de plus simple."
 

Accord de Papeete : "le terme est flou mais correspond à la volonté du gouvernement de nous projeter dans l'avenir"

Parmi les dossiers que le gouvernement souhaitait aborder avec le président de la République, le gouvernement avait mis dans la liste des dossiers "les plus urgents et pertinents", les "accords de Polynésie". De manière rapide, le chef de l'Etat a évoqué "l’accord de Papeete pour le développement de la Polynésie française dans la République". "Le terme est flou mais correspond à la volonté du gouvernement de nous projeter dans l'avenir", assure Edouard Fritch. Pour savoir vraiment ce qu'il y aura dans cet accord, il est encore trop tôt mais le président du Pays a dévoilé ce que son gouvernement souhaitait dans "les accords de Polynésie". Edouard Fritch se voit bien les signer à Paris, à l'automne prochain. Les accords de Polynésie consistent selon ce qu'a proposé le Pays en "un pacte républicain de développement fort et durable à la hauteur des enjeux que posent les conséquences des essais nucléaires et l'éclatement de la bulle économique et sociale artificiellement induite par la manne économique. (… )Nous avons proposé au président de la République que nous fassions évoluer ensemble ce système économique." Sur ce point économique, l'idée esquivée par le président de la République semble rejoindre celle du Pays. En revanche, le gouvernement est allé plus loin lorsqu'il a présenté son projet. Les accords de Polynésie viendraient "conforter l'autonomie de la Polynésie française mais aussi son ancrage au sein de l'ensemble républicain sur les 30 années à venir et répondre aussi aux velléités de certains leaders politiques d'agiter à nouveau le spectre de l'indépendance ou encore le projet de pays libre associé". Edouard Fritch insiste : "Nous voulons à travers ces accords de Papeete confirmer notre attachement à la République française". Le président du Pays voit se concrétiser cet accord par le vote au Parlement national "d'une ou plusieurs lois d'orientations économiques et sociales, la conclusion de contrats de développement quinquennaux de mise en œuvre de ces orientations et qui feront l'objet d'un suivi par une conférence annuelle rassemblant les signataires et les autorités constituées sous l'égide du Premier ministre (…) et le haut patronage du chef de l'Etat." L'objectif résume Edouard est que "le monde politique et économique" puisse "avoir une visibilité pour les prochaines années".

 

Fonds vert : reste "à savoir comment" en bénéficier

Lors de son discours au marae de Taputapuataea. François Hollande a annoncé que suite à la conférence sur le climat, la Polynésie française pourrait prétendre au financement du fonds vert. Celui-ci est un organisme financier de l’Organisation des Nations unies. Il a pour objectif de réaliser le transfert de fonds des pays les plus avancés à destination des pays les plus vulnérables. Reste "à savoir comment" en bénéficier note Edouard Fritch. François Hollande a bien mis en garde : "il ne sert à rien d’avoir des financements s’il n’y a pas de projets et c’est donc à vous maintenant de porter ces projets".

Institut des archives "comme à Las Vegas"

Le président de la République a annoncé qu'il "sera créé avec le Pays un Institut d’archives, d’informations et de documentation en Polynésie française afin que la jeunesse polynésienne n’oublie pas cette période de notre Histoire commune". Le gouvernement ne perd pas lui l'idée de faire un "mémorial" par la suite. En attendant, Heremoana Maamaatuaiahutapu imagine cet institut "à l'image de ce qui se fait à Las Vegas avec le National Atomic Testing Museum. Un musée qui sert à la fois à rappeler l'histoire et aussi qui montre les archives audiovisuelles photographiques et les archives militaires déclassifiés". Pour Edouard Fritch, il ne faut "pas occulter l'objectif initial qui est de nourrir les livres d'histoire de nos enfants pour que la vérité leur soit dite sur ce dossier".
 

Rédigé par Mélanie Thomas le Vendredi 26 Février 2016 à 15:45 | Lu 2275 fois

Tags : FRITCH, HOLLANDE






1.Posté par Pito le 26/02/2016 18:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut arriver à mettre dans la loi l'appartenance définitive de Fenua à la Republique francaise, afin que les investisseurs puissent venir s'installer en Polynésie française et que s'arrête définitivement ce délire indépendantiste que quelques illuminés qui ruinent l'avenir de notre pays et de notre jeunesse. Mr le président vous devez absolument faire graver dans la loi francaise cette appartenance.

2.Posté par pif paf le 27/02/2016 00:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fonds vert : grosse razzia à prévoir sur les pots de peinture verte !

3.Posté par McLeo le 27/02/2016 06:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Celui qui sait se satisfaire de ce qu'il a sera toujours comblé (proverbe chinois)

4.Posté par emere cunning le 27/02/2016 06:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Intenses en... annonces", et vous en avez applaudi et pleuré de joie !
Oui, rien que des annonces vu que ces promesses datent, que le Président qu'il a été durant 4 ans aurait pu les réaliser et qu'il n'a rien fait, si ce n'est le contraire comme de diminuer systématiquement la DGA, d'ordonner d'enterrer chez nous les déchets nucléaires sur des îles menacées par les tsunamis et cyclones, et j'en passe.

5.Posté par CITRUS le 27/02/2016 07:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BONJOUR

BRAVO poste un

6.Posté par manoivi le 27/02/2016 07:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De quels projets parle-t-on, ils sont filtrés à la source et ne remonte même pas, souvent, jusqu'au gouvernement. Au lieu de soutenir les projets, dans nombre d' administrations, avant de juger du contenu et de la faisabilité, on transmet au maire ou au ministre et comme on a entendu récemment ici, le tourisme, c'est du business, ils gagnent de l'argent, ça ne nous concerne pas, nous on travaille avec les associations!!! Continuez ainsi à croire que les associations et autres organismes Territoriaux ou d'Etat sont créateurs de richesses. Au lieu d'un soutien, nous avons en face de nous urbanisme, hygiène, fisc, gendarmerie... qui au lieu de soutenir réduisent à néant tous projets. Ces administratifs payés au mois n'ont aucune volonté de faire changer les choses,

7.Posté par boran le 27/02/2016 10:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

2017 ,2017, 2017, 2017, 2017 2017 2017 ........allez moutons mahois soumis aux urnes si non frich vous mettra au coin, hi hi

8.Posté par tamatoas le 27/02/2016 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Iaorana ,

Bravo à manoivi poste 6 ,
Ce sont des gens qui n' auront jamais l'audace de créer quelque chose , leur plus grande qualité c'est de mettre des embuches a ceux qui veulent travailler , créer de la richesse . Eux de toute manière sont payés a vie par de l'argent public, ils ne craignent rien , si ce n'est leur indice qui fige !

9.Posté par zozo le 27/02/2016 12:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il aurait pu rajouter ;et reconnaitre ce que l'on ne pourra jamais faire !.Comme gérer correctement la santé ! Il faut rendre la compétence à l'état ;Trop d'argent en jeu pour une si petite communauté d'élu et de médecins Corruption,népotisme lobby, voilà le résultat; Un hôpital public au top avec des médecins fonctionnaires capricieux grassement rémunérer ,,des cliniques indignes avec des médecins libéraux qui se gavent au delà du raisonnable en travaillant de manière irraisonné sans aucun contrôle ou avec la mansuétude de ceux censé les contrôler

10.Posté par ponui le 27/02/2016 20:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Il faut savoir se satisfaire de ce qu'on nous donne" . Oui Edouard , à condition que la "satisfaction" soit à la hauteur de ce que la Polynésie a donné à la France !!

11.Posté par Le Vieux. le 28/02/2016 00:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pito Le peuple Polynésien a le droit d'être indépendant. C'est inscrit dans la charte des nations Unis. Je suis désolé pour ceux qui désirent rester Français. De toute façon l'indépendance des territoires du Pacifique est inéducable. La France le sait très bien. Sinon il y a longtemps qu'en Polynésie comme en Nouvelle Calédonie l'Euro serrait légal et tous auraient les aides sociales qui seraient identiques a celles de métropole. Désolé mais c'est juste une question de temps. Et tout le monde le sait mais fait semblant de l'ignorer.

12.Posté par Duc le 28/02/2016 11:08 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Allez assez blabla. Retrousser vos manches et au boulot tout le monde.

13.Posté par emere cunning le 28/02/2016 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Votre commentaire a été modéré, merci de votre compréhension. La rédaction

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués