Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Ecole bilingue: le tribunal administratif rejette la requête du Camica



Ecole bilingue: le tribunal administratif rejette la requête du Camica
PAPEETE, le 21 septembre 2018 - Le juge des référés a rejeté ce vendredi la requête déposée par le Conseil d'administration de la mission catholique de Tahiti et dépendances (Camica) et l'association Te Tiai Mamoe Maitai. Cette demande visait à faire suspendre l’autorisation délivrée par le vice-recteur pour l'ouverture de l’Ecole bilingue et de sa section maternelle.

Cette école, crée en 2016 par Benoît Picault, se trouve dans des bâtiments du Centre du Bon Pasteur au-dessus de la Mission.

L'évolution de cet établissement - qui est passé de 10 élèves lors de son ouverture à plus de 60 écoliers inscrits à la rentrée 2018 - ne semble pas convenir au Centre du bon pasteur et au Camica qui ont déposé la semaine dernière une requête auprès du tribunal administratif. Dans cette requête, la suspension de l'autorisation du vice-recteur est demandée en raison notamment du "préjudice causé au Centre du Bon Pasteur, qui n’est plus en mesure d’assurer sa mission d’accueil de jeunes en difficulté, eu égard à l’installation sans droit ni titre de l’établissement litigieux dans ses locaux, de nature à conduire la Polynésie française à remettre en cause la convention conclue avec les services sociaux."

Le tribunal administratif a rendu son arrêt ce vendredi et a rejeté la requête du Camica et de l'association Te Tiai Mamoe Maitai. Il n'a relevé aucune irrégularité dans les actes administratifs d'autorisation et a estimé que l'Ecole bilingue ne portait pas préjudice au Centre du Bon Pasteur.

Me Dubois, conseil de Benoît Picault, en appelle désormais à l’apaisement : « nous sommes satisfaits de cette décision qui confirme la légalité de l’activité de mon client. Nous espérons arriver à trouver un terrain d’entente avec le Camica afin que les choses puissent se calmer. »

L’affaire va désormais se poursuivre au civil puisque Benoît Picault a engagé une procédure visant à obtenir un bail commercial. L’audience de mise en état aura lieu ce mercredi





Rédigé par Garance Colbert le Vendredi 21 Septembre 2018 à 15:41 | Lu 4543 fois





Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués