Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Devenir Pilote de ligne : l’ATPL Théorique à Tahiti !



Photo des participants (élèves, instructeurs et futurs instructeurs) de la première ATPL Théorique de l’Institut Mermoz organisé en partenariat avec le Centre Polynésien de Perfectionnement au Pilotage C3P, à l’aéroport de Tahiti Faaa. (© Cécile Flipo)
Photo des participants (élèves, instructeurs et futurs instructeurs) de la première ATPL Théorique de l’Institut Mermoz organisé en partenariat avec le Centre Polynésien de Perfectionnement au Pilotage C3P, à l’aéroport de Tahiti Faaa. (© Cécile Flipo)
PAPEETE, le 18 avril 2018- Etape obligée dans un cursus de pilote de ligne, l’ATPL théorique peut être désormais passé à Tahiti. En partenariat avec le Centre Polynésien de Perfectionnement au Pilotage C3P, l’Institut Aéronautique Jean Mermoz de Paris vient en effet d’ouvrir, pour la première fois sous nos latitudes, l’ATPL théorique en formation à distance. Rencontre avec Alban Hardy, instructeur de l’Institut Mermoz.

L’Institut Mermoz fête ses 60 ans cette année. Cette école de formation théorique de renommée internationale située au Sud de Paris, à Rungis, a formé plus de 45 000 navigants depuis sa création en 1957.
C’est en avril dernier que 6 pilotes ont suivi, dans les locaux de C3P en zone nord de l’aéroport international de Tahiti Faaa, le stage présentiel obligatoire de l’ATPL Théorique à distance. Pour ces futurs pilotes de ligne qui vivent en Polynésie, ce sont près de 10 mois de formation qu’ils peuvent dorénavant effectuer non plus à Paris mais à Tahiti, près de leurs proches. Cette première coopération avec C3P permet en outre à l’institut Mermoz de poser un premier pas dans l’Europe de l’autre hémisphère, celle du Pacifique.

TAHITI : UNE DESTINATION INATTENDUE !

« La destination était inattendue ! », avoue Alban Hardy qui, en avril dernier, a délivré, aux côtés de Gérard Maurin, ex-pilote d’Air Tahiti Nui et instructeur examinateur sur A340, le stage présentiel de la formation modulaire à distance ATPL de Mermoz. Six élèves étaient inscrits à cette première session avec comme seul objectif, devenir pilote de ligne. « L’ATPL théorique est une des étapes du cursus pilote de ligne », explique Alban Hardy. « Elle exige beaucoup d’investissements personnels. Mais quand on fait ce choix de carrière, on est prêt à faire tous les sacrifices nécessaires pour y arriver. On ne se lance pas dans cette voie sans être passionné »


De gauche à droit, Gérard Maurin, instructeur Mermoz et ex-pilote d’Air Tahiti Nui ; Alban Hardy, instructeur Mermoz : Stéphane Chantre, gérant du centre polynésien de formation au pilotage C3P. (© Cécile Flipo)
De gauche à droit, Gérard Maurin, instructeur Mermoz et ex-pilote d’Air Tahiti Nui ; Alban Hardy, instructeur Mermoz : Stéphane Chantre, gérant du centre polynésien de formation au pilotage C3P. (© Cécile Flipo)
POURQUOI OPTER POUR L’ATPL THEORIQUE A DISTANCE

« Quand un candidat opte pour passer l’ATPL théorique sur site, il suit des cours tous les jours à l’Institut Mermoz à Paris. Chaque matière est donnée par un professeur », précise Alban Hardy. « Pour la formation modulaire, comme celle que nous proposons à Tahiti en partenariat avec le Centre Polynésien de Perfectionnement au Pilotage C3P, le rythme de travail est différent. En dehors des deux semaines de stage obligatoire en début de promotion, chaque candidat étudie quand il le peut et il ne subit pas le rythme journalier des cours. Il n’est pas seul pour autant ! Chez Mermoz, nous veillons à avoir un suivi régulier des élèves, avec des contrôles de connaissance, un accès aux emails et aux téléphones des professeurs ». Choisir de passer l’ATPL théorique en modulaire, à distance, permet aux personnes qui sont dans une démarche de reconversion professionnelle de suivre ce module théorique, sans quitter leur poste, ni leur famille. Pour tous les candidats qui vivent en Polynésie, qu’ils aient un travail ou qu’ils soient étudiants, c’est un gain d’argent énorme : ils économisent tous les coûts liés à un déplacement (10 mois de loyer dans la région parisienne, billets d’avions, frais sur place...).

UNE FORMATION DE PLUSIEURS MOIS

« Un ATPL théorique effectué sur site à l’Institut Mermoz à Paris, c’est déjà 9 mois de cours et il faut ensuite passer les examens. En moyenne, on obtient son ATPL en 12 mois. Pour l’ATPL théorique à distance, on part sur une même durée mais cela va dépendre aussi du rythme de travail de chaque élève », souligne Alban Hardy. C’est une formation longue et sérieuse et dans sa version modulaire à distance, il faut pouvoir consacrer au moins 4 à 5 heures de travail personnel par jour, y compris le week-end. « Toutes les écoles ont le même programme de formation car ce sont des unités de valeur qui doivent être validées. La force de l’Institut Mermoz, c’est une expérience de 60 ans. Si l’élève a des soucis dans une matière, il peut communiquer avec ses professeurs. Mermoz a une seconde force : fournir ses propres ouvrages pour ses formations ». Enfin, tout nouveau : les 14 recueils sont disponibles depuis cette année en langue anglaise, ce qui permet à Mermoz de proposer désormais l’ATPL théorique à distance en anglais... également à Tahiti !

DISPENSER LA FORMATION CHEZ C3P

« C’était très intéressant de donner les cours dans un centre de formation au pilotage avec la vue sur les avions de la structure, son hangar, la vie de l’atelier », commente Alban. Au sein de C3P, les inscrits à l’ATPL sont dans une ambiance aéronautique et non dans une salle de cours d’un immeuble en plein centre-ville. Cette proximité du milieu aéronautique est importante pour les élèves. L’ATPL est un marathon et en travaillant dans une structure de pilotage, les futurs pilotes de ligne sont près du réseau professionnel. « Le métier de l’aérien, c’est beaucoup de bouche à oreille. Dans une structure aéronautique, on croise les acteurs de l’aviation ». Et Alban de conclure : « Il n’y a aucune hésitation à avoir si financièrement et médicalement on peut réaliser son rêve, être pilote de ligne. Il faut tenter sa chance ! Le secteur aérien se porte bien, ça recrute ! ».





Rédigé par PAR CECILE FLIPO le Mercredi 18 Avril 2018 à 17:08 | Lu 11052 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués