Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Deux ministres du gouvernement Fritch frappés "d'incompatibilité"



Heremoana Maamaatuaiahutapu (Culture, Environnement, Communication) et Patrick Howell (Santé et Solidarité), deux nouveaux ministres d'Edouard Fritch frappés d'incompatibilité avec leurs fonctions précédentes.
Heremoana Maamaatuaiahutapu (Culture, Environnement, Communication) et Patrick Howell (Santé et Solidarité), deux nouveaux ministres d'Edouard Fritch frappés d'incompatibilité avec leurs fonctions précédentes.
PAPEETE, le 17 septembre 2014. Le gouvernement du président polynésien Edouard Fritch est à peine nommé depuis 24 heures que déjà le premier couac apparaît. Deux ministres nommés par le nouveau président ne peuvent pas, selon les textes en vigueur de la loi organique statutaire de Polynésie française, entrer au sein de l'exécutif local, car ils exerçaient au moment de leur nomination des fonctions de directions d'établissements publics du Pays. Il faut observer un délai de carence de six mois au moins avant de pouvoir accepter des fonctions ministérielles. Les deux ministres concernés sont Heremoana Maamaatuaiahutapu (Culture, Environnement, Communication) et Patrick Howell (Santé et Solidarité)

Tout a été prévu dans les articles de la Loi organique statutaire. L'article 74 précise que : "Le président de la Polynésie française et les autres membres du gouvernement doivent satisfaire aux conditions requises pour l'élection des représentants à l'assemblée de la Polynésie française. Le président de la Polynésie française ou tout autre membre du gouvernement qui se trouverait dans une situation contraire aux dispositions du premier alinéa ou serait frappé de l'une des incapacités qui font perdre la qualité d'électeur ou d'éligible est déclaré démissionnaire par arrêté du haut-commissaire". Pour être ministre polynésien il faut donc suivre les règles du jeu qui s'imposent aux représentants de l'Assemblée de Polynésie française.

Il faut ensuite aller consulter l'article 109 qui concerne les conditions d'inéligibilité au sein de l'assemblée de Polynésie française pour comprendre quelles sont les incompatibilités à devenir ministre polynésien. La condition N°4 précise ainsi que " ne peuvent être élus membres de l'assemblée de la Polynésie française s'ils exercent leurs fonctions en Polynésie française ou s'ils les ont exercées depuis moins de six mois (...) Le secrétaire général du gouvernement de la Polynésie française et les secrétaires généraux des institutions, les directeurs généraux, inspecteurs généraux, inspecteurs, directeurs, directeurs adjoints de la Polynésie française ou de l'un de ses établissements publics et le directeur du cabinet du président de la Polynésie française". Or les deux ministres nommés ce mardi par Edouard Fritch exercent respectivement des fonctions de direction d'établissements publics du Pays, l'un à la Maison de la culture l'autre à l'Institut Malardé. La même règle avait été appliquée pour Manolita Ly dans le précédent gouvernement polynésien de Gaston Flosse, contrainte de se retirer durant six mois de sa fonction de direction au sein des affaires sociales du Pays avant de pouvoir gérer son portefeuille de ministre.

Rédigé par Mireille Loubet le Mercredi 17 Septembre 2014 à 10:44 | Lu 3651 fois







1.Posté par Teiki le 17/09/2014 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo les gars !! chapeau bas.

2.Posté par Mathius le 17/09/2014 14:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un fait prouvant qu'il y a un problème d'intelligence chez les rédacteurs du statut, car s'il suffit d'attendre six mois pour qu'un chef de service administratif puisse être nommer ministre, cela démontre l'idiotie des juristes du statut .
Dans ce ce pays le n'importe quoi statutaire est un véritable fléau à tout développement économique serein.
Quel perte de temps.

3.Posté par Laurens Joyeux le 17/09/2014 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les nouveaux guignols du gouvernement Fritch.

4.Posté par Pierre Carabasse le 17/09/2014 15:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

D'accord avec toi Mathius (pour ne fois) ! je ne vais pas m'étendre sur les débilités du statut Penchard, dés le début j'avais dit à mes amis qu'il fallait faire un recours au conseil d'état car il y avait des inepties dans ce texte. Mais les responsables étaient plus intéressés de savoir si cela leur permettrait de gagner les élections....

5.Posté par cyrococo le 17/09/2014 23:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pas facile de diriger la mafia !

6.Posté par fetia le 18/09/2014 03:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien joué la benjamine, elle a réussi à faire virer l'ex Ministre de l'éducation… elle aura besoin de son papa….aie!! bien monnayé tout ça Bravo!!!

7.Posté par JEAN MEITAI le 18/09/2014 19:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faitoito à vous les nouveaux ministres bravo pour vos nominations, allez au boulot maintenant et que le mahana beach soit une priorité cette année

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués