Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Des chercheurs mettent au point une "stratégie" pour guérir l'hépatite B



Paris, France | AFP | mercredi 10/04/2019 - Une coalition de chercheurs, de patients et d'organisations sanitaires a annoncé mercredi avoir mis au point une "stratégie" pour trouver un traitement curatif au virus de l'hépatite B, qu'on sait aujourd'hui garder sous contrôle mais pas éliminer de l'organisme.

Cette stratégie, publiée dans la revue médicale The Lancet Gastroenterology and Hepatology, appelle les agences de recherche à collaborer entre elles et définit "une série de domaines de recherche prioritaires", explique l'Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites (ANRS), partenaire de cette coalition.
L'hépatite B est une infection virale qui s'attaque au foie. Sa forme chronique est responsable de plus de 40% des cas de carcinome hépatocellulaire (cancer primitif du foie), le deuxième cancer le plus mortel dans le monde.
"Le virus de l'hépatite B (VHB) est une menace majeure pour la santé publique mondiale, avec plus de 257 millions de personnes à travers le monde présentant une infection chronique et plus de 887.000 décès par an", souligne dans un communiqué cette Coalition internationale pour éliminer le VHB (ICE-HBV en anglais).
"De manière inexplicable, malgré le bilan humain et économique catastrophique de l'hépatite B chronique, les recherches sur le VHB restent largement sous-financées", déplore le professeur Peter Revill, directeur de l'ICE-HBV et chercheur à l'Université de Melbourne, en Australie.
"Les agences de recherche doivent (...) oeuvrer ensemble pour découvrir et permettre l'accès à un traitement pour les personnes vivant avec" ce virus, ajoute Fabien Zoulim, directeur adjoint de la Coalition et directeur du programme "Guérir l'hépatite B" à l'ANRS.
Pour atteindre cet objectif, la Coalition propose deux approches principales pour la recherche: "guérir l'infection par le VHB sans tuer les cellules infectées" et "induire un contrôle immunitaire pour éliminer en toute sécurité les cellules infectées".
Les modes de transmission les plus fréquents sont les rapports sexuels, la contamination de la mère à son enfant à la naissance, la contamination entre enfants d'une même fratrie et les échanges de seringues non stérilisées chez les usagers de drogue.
Selon l'OMS, seuls 9% des malades touchés par l'hépatite B dans le monde savent qu'ils ont contracté l'infection.
L'objectif de l'organisation internationale est de diagnostiquer 90% des patients et de traiter 80% des malades d'ici 2030.
Il existe aujourd'hui un vaccin pour prévenir l'infection par ce virus ainsi que des traitements pour les personnes déjà infectées.
Toutefois ce traitement "contribue à garder le VHB sous contrôle, mais il n'est actuellement pas curatif", car il ne peut pas l'éliminer totalement des cellules infectées, explique l'ANRS.
De plus, "ils ne sont actuellement accessibles qu'à 8% des millions de personnes qui en ont besoin, en particulier à cause de la complexité de la surveillance de la maladie".

le Jeudi 11 Avril 2019 à 06:34 | Lu 204 fois





Signaler un abus

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies


















ranktrackr.net