Tahiti Infos

Des cages à poissons durables en phase de test


Tahiti, le 1er août 2022 – Mardi matin, la Chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire de Polynésie inaugure sa cage à poissons expérimentale installée à Vairao. L’objectif de ce dispositif est d’apporter une solution "clé en main" à faible coût aux pêcheurs souhaitant diversifier leurs sources de revenus.
 
Partant du constat que l’aquaculture possède un fort potentiel de développement en Polynésie, la Chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire (CPAL) a imaginé un système pour la rendre plus accessible aux pêcheurs. C’est ainsi que Heimanu Estall, technicien pêche à la CAPL, s’est inspiré d’un dispositif artisanal existant à Djibouti pour proposer localement l’installation, d’abord à titre expérimental, de petits modules d’élevage de poissons lagonaires, respectueux de l’environnement marin.
 
Ces cages de forme hexagonale, en bois local, sont simples de fabrication. Amarrées à des corps-morts, elles flottent sur six fûts en plastique et permettent de retenir dans leurs filets en nylon plusieurs centaines de poissons. Capturés alors qu’ils ne sont encore que des alevins puis nourris quotidiennement pendant 4 à 6 mois, ces poissons, une fois devenus adultes, peuvent représenter une nouvelle source de revenus pour les pêcheurs qui souhaitent les commercialiser ou peuvent, tout simplement, nourrir une famille.
 
Un peu plus de 600 000 Fcfp d'investissement
 
"Notre objectif était de proposer une structure à très faible coût qui soit rentable pour les familles", explique Marc Fabresse, responsable de la section accompagnement et développement de la CAPL. Le prix d’une cage hexagonale en bois avoisine les 540 000 Fcfp, auxquels il faut ajouter un peu plus de 80 000 Fcfp de frais d’installation puis 150 000 F tous les quatre mois de fonctionnement (aliments pour poissons et essence bateau).
 
"Si on parvient à trouver des dispositifs de soutien financier afin de compenser les frais d’acquisition et de fonctionnement, cela permettra d’apporter un véritable revenu aux familles dès le démarrage" poursuit Marc Fabresse. Le chiffre d’affaires au bout de 4 à 6 mois, pour 1 500 poissons élevés et revendus 300 Fcfp pièce, est estimé à 450 000 Fcfp.
 
Mardi matin, la CAPL va inaugurer, en présence des autorités du Pays et des communes, sa cage expérimentale installée à Vairao, qui héberge depuis cinq mois 300 pièces de pā’aihere, mārava, to’au ou encore tarao, qui seront servis pour dégustation après la démonstration. Une autre cage expérimentale a été montée à Taputapuātea, à Raiatea, et d’autres pourraient bientôt suivre si l’essai s’avère concluant.
 



Rédigé par Lucie Ceccarelli le Lundi 1 Août 2022 à 16:47 | Lu 2749 fois