Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

De nouveaux investisseurs intéressés par le projet Tahiti Mahana Beach



Le gouvernement est confiant pour la suite des événements concernant le projet du Tahiti Mahana Beach
Le gouvernement est confiant pour la suite des événements concernant le projet du Tahiti Mahana Beach
PAPEETE, le 05/07/2016 - Après la "défaillance" du groupement Recas dans l'investissement du grand projet hôtelier de Punaauia, d'autres investisseurs sont prêts à reprendre le flambeau, dont des hommes d'affaires locaux. Aujourd'hui, le gouvernement est plutôt confiant quant à l'avenir de ce projet. Il leur laisse du temps pour faire leurs propositions qui devront tout de même correspondre aux attentes du Pays.

L'épisode avec le groupement Recas est terminé, mais les "défaillances" rencontrées ont permis au gouvernement polynésien de tirer les leçons de ce qui n'a pas été fait. "Nous avons évité un écueil, celui de signer un contrat de bail avec le groupe Recas sans savoir si ce groupement avait la capacité de réaliser le projet ou pas", déclare Jean-Christophe Bouisson, ministre du tourisme et porte-parole du gouvernement.

En effet, un contrat définitif aurait dû être signé le 30 juin dernier entre le gouvernement et le groupement Recas, mais cela n'a pas été fait suite à plusieurs difficultés pour ces investisseurs à répondre aux premières exigences du Pays. "C'était de nous garantir qu'il y a des actionnaires suffisamment solides pour réaliser ces travaux et une caution, qui était l'élément essentiel qui prouvait leur fiabilité économique et financière", précise Albert Solia, ministre de l'équipement. La caution réclamée par le gouvernement s'élevait à 2 millions de dollars ce qui représente plus de 215 millions de francs à "verser sur un compte dans une banque locale pour prouver leur capacité financière", indique Jean-Christophe Bouissou.

Des conditions qui ont été stipulées dans le dernier protocole d'accord signé l e19 décembre dernier entre les deux parties avant la probable signature finale du contrat la semaine dernière. Durant ces six mois d'observation, le gouvernement a relevé un autre souci, "nous avons ressenti des relations électriques et on s'était dit qu'il y a avait de l'eau dans le gaz", prévient le ministre du tourisme.

Lundi soir, le conseil d'administration de TNAD a décidé d'ouvrir l'appel à manifestation d'intérêts, ce qui permet à d'autres investisseurs, qui seraient intéressés par ce projet, à se faire connaitre. Et le gouvernement leur laisse la primeur de se dévoiler. Seule certitude, des investisseurs locaux sont concernés, "je crois que cela va plutôt rassurer notre population, parce que ce sont des gens tout d'abord, qui ne se lancent pas dans des projets sans avoir calculé ou fait des réflexions économiques sur l'impact de rentabilité", poursuit Jean-Christophe Bouissou. Si le gouvernement reste évasif sur le nom des futurs investisseurs, il lâche néanmoins à demi-mot quelques pistes. "Nous avons l'agréable surprise de voir le grand groupe de banques connues sur le plan international et européen".

Tout devrait donc repartir de plus belles, si on croit ce qui se dit.

Aujourd'hui, la balle est entre les mains de ces hommes d'affaires. Ils devront constituer un groupement, "ils ont compris qu'il fallait faire un tour de table en termes d'investissements en Polynésie. Ils ont parlé de 5 à 6 investisseurs, plus des investisseurs de l'extérieur, et surtout les enseignes d'hôtels qui devront participer et exploiter les hôtels à termes", prévient Jean-Christophe Bouissou.

Sur le plan financier ou plutôt le coût du futur complexe hôtelier, aucune certitude si le montant sera revu à la baisse. Tout dépendra des "propositions des investisseurs". Et en ce qui concerne le nombre de chambres que pourra accueillir le futur complexe hôtelier, le gouvernement a fixé la barre minimale à 1 800 clés.

Le projet du groupe hawaïen 70 devrait être retenu tel quel. "On demande une architecture qui corresponde vraiment à ce qui est souhaité par le Pays et par ses habitants. Donc quelque chose qui soit très proche et non qui soit une multitude de tours, mais quelque chose qui représente vraiment le style local polynésien", assure le ministre de l'équipement.

Pour le délai de réalisation de ce projet, Albert Solia reste prudent. "La réalité prendra le temps nécessaire, c'est-à-dire 18 mois pour des parties règlementaires et ensuite pour les premiers aménagements encore une bonne année. Mais ce qui est sûr, c'est que l'on va sur quelque chose qui est plus solide à mon avis."

Rétrospectives du projet Tahiti Mahana Beach

Le projet touristique devrait s'étendre sur près de 40 hectares.

- En 2014, le gouvernement de Gaston Flosse avait lancé un concours d'architectes pour le projet Mahana Beach qui a conduit, le 12 août 2014, à la sélection de l'esquisse de la société Group 70 International qui portait sur au moins 3 000 chambres pour un investissement de 250 milliards de francs.
- En janvier 2015, un appel international à manifestation d'intérêt a été lancé par le gouvernement d'Edouard Fritch pour trouver des investisseurs capables de financer, construire et exploiter le projet.
- En juin 2015, trois investisseurs se sont fait connaitre et le gouvernement a fait appel à un cabinet d'experts internationaux pour juger de la capacité financière des candidats
- Décembre 2015, un protocole d'accord est signé avec le groupement mené par Recas Global limited engageant les parties sur le calendrier, les étapes, les conditions à remplir et les modalités pour aboutir à la signature d'un contrat définitif au plus tard le 30 juin 2016.

ÉCHANGE VIFS

"Si le Tahiti Mahana Beach ne se fait pas on est foutu" (Communiqué du Tahoeraa Huiraatira)

"La presse nous apprend que le Projet Tahiti Mahana Beach est sérieusement compromis car le consortium chinois devant s’occuper du financement se serait retiré. Comment ne pas être surpris de cette décision alors que le président nous assurait encore récemment que tout était en bonne voie. Il faut croire que le costume est trop grand pour lui. (…) Depuis le début le président Fritch s’est montré timoré et frileux en ce qui concerne le Tahiti Mahana Beach, montrant que ce projet était trop grand pour lui. (…) Pour le projet aquacole de Hao c’était déjà le même cinéma. (…) La réalité c’est qu’à force de tergiverser Edouard Fritch a cassé la dynamique lancée en 2013. Le Tahiti Mahana Beach est pourtant le seul grand chantier qui est capable de sortir le pays de la crise et de créer les milliers d’emplois attendus. (…) La réalité c’est qu’Edouard Fritch se moque de la relance et de la création d’emplois. Il est uniquement obsédé par sa réélection en 2018 et il préfère utiliser l’argent pour distribuer des subventions aux maires rouges. (…) Pendant ce temps la population souffre et la PSG est au point mort (…)."


"Le combat d’arrière-garde du Tahoeraa" (Communiqué du Tapura Huiraatira)

"(…) Contrairement à ce que dit le parti de Gaston Flosse, le consortium chinois mené par RECAS ne s’est pas retiré. C’est le gouvernement qui a fait le constat que RECAS était incapable de réunir le tour de table pour financer le projet que Gaston Flosse avait chiffré à 250 milliards.
Ce ne sera pas la première fois que des projets démesurés initiés par Gaston Flosse ont du mal à trouver leur concrétisation. Il n’est qu’à constater que le port de Faratea qui devait être le second pôle économique de la Polynésie française est toujours à l’état de friche. Il n’est qu’à voir également la gare maritime de Uturoa désespérément vide ou l’atoll de Tupai livré aux crabes. Tout "est foutu" comme dit le Tahoeraa.
Que de milliards dépensés pour rien ! (…) Le bilan de l’ancien président, il se joue surtout à la barre du tribunal. Ses leçons de bonne gouvernance, qu’il les garde pour son fan club.
Quant au projet Mahana Beach, il n’est pas mort. Il continuera à progresser, dans la plus totale transparence, comme l’a fait jusqu’à présent le gouvernement d’Edouard Fritch. (…) Le travail de sape de Gaston Flosse n’y changera rien. Il fait aujourd’hui partie de l’arrière garde et mène son combat comme tel.
"



Rédigé par Corinne Tehetia le Mardi 5 Juillet 2016 à 16:41 | Lu 5262 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

26.Posté par zozo le 07/07/2016 13:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

G FLOSSE a donné 1 millard 500 millions pour le terrain et l'hotel. Au fait qui a touché cet argent ?A qui appartenait cet hotel ? TAHITI INFOS SVP ? Cet argent publique va revenir (amputé de plusieurs centaine de millions pour les commissions et autres) pour construire un hotel défiscalisé !!!!
Et en plus il faudra dire merci aux investisseurs ! Le bon vieux système continue. Attendons le résultat de la plainte pour favoritisme

25.Posté par tamatoas le 07/07/2016 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Iaorana ,
ou est le projet proposé par la municipalité de Punaauia ? Ronald , sort ton projet ! Il est plus crédible que le Mahana beach et plus adapté à la Polynésie . ce projet moins important , permettrait d'en faire d'autres dans les iles pour le même montant . Pourquoi tout à Tahiti ?

24.Posté par Bruno FABRE le 07/07/2016 13:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Simone ! :-), ça fait plus de 20 ans que j'assiste à un déni du bon sens à des projets sans lendemain, à une politique axée sur la main tendue, à un système qui élimine la culture du savoir faire, la culture tout court, et transforme les Polynésiens en consommateurs avides de sensations, pousseurs de caddies au profit de quelques affairistes. Il faudrait faire baisser le cout du travail car on n'arrive pas à embaucher une jeunesse désespérée, cela ferait aussi baisser les couts astronomiques liés à la violence, l'obésité, le mal vivre. Ici à Uturoa, le cout d'un emplacement dans le marché couvert est de 60 000 xpf par mois, qui veut devenir maraicher dans ces conditions ?. Le malheur est que tous les partis se chamaillent sur rien de bien concret, et tous sont d'accord sur ce même système absurde, et pour cause, ils en sont les premiers servis.

23.Posté par Droulet le 07/07/2016 05:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@simone grand
Ben voilà, parmi tous ces avis, un seul me paraît sensé, vous au moins vous avez les deux pieds qui touchent par terre.....

22.Posté par Bruno FABRE le 06/07/2016 22:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est nécessaire de développer harmonieusement et localement, petit à petit en perfectionnant ce qui déjà ne marche pas bien afin d'augmenter le taux de satisfaction et progresser comme le ferait une entreprise, ou alors que les grands décideurs politiques déposent eux aussi une caution conséquente avec leur propre argent afin de prouver leur engagement personnel. Il est plus facile pour le politique de faire la chasse aux investisseurs, et de toucher son salaire indexé quoi qu'il arrive.
Il faut s'appuyer sur les forces vives de ce Pays qui sont énormes, et construire local. Des hôtels existants ferment, alors la première question à se poser est : Pourquoi ?.

21.Posté par NYV le 06/07/2016 20:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La France et l'Australie ont signé un énorme contrat de construction de super sous-marin pour la surveillance et la dissuasion nucléaire dans l'océan pacifique pacifique. Ce contrat représente 4000 Milliards de Fcfp et va unir ces 2 pays pour 50 ans !!!
L'objectif, refouler la présence Chinoise dans le pacifique. La France a donc donner pour feuille de route à Fritch de faire capoter tous projets d'implantation des chinois. C'est facile de fixer des conditions inacceptables aux investisseurs et de dire ensuite qu'ils sont défaillants...

20.Posté par hulk le 06/07/2016 11:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En qualité de Faire des Affaires vous etes vraiment des Nazes , les pro fricht !!!

vous pensez que quoi les investisseurs vont vous attendre indéfiniment. Votre projet c'est de la M......... pour le monde entier
Voyez ce qu'il font ailleurs dans le monde avec à la clé du boulot pour les habitants.

19.Posté par Téva . le 06/07/2016 11:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En juin 2015 trois investisseurs se sont fait connaître et le gouvernement de Monsieur FRITCH a fait appel à un cabinet d'experts internationaux pour juger de la capacité financière des candidats. Sur la base de leur rapport on a choisi le groupe RECAS et maintenant on nous dit que les actionnaires n'étaient pas suffisamment solides. On se moque du monde. Il faut demander aux experts le remboursement des sommes versés (ils n'ont certainement pas fait cela gratuitement) pour avoir mal fait leur travail. Y a pas à dire on prend les gens pour des idiots


18.Posté par JE SUIS OSCAR le 06/07/2016 11:08 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En attendant un hypothétique projet, on pourrait installer des faapu. Ainsi tous les polynésiens seraient gagnant, et pas seulement les quelques multi-millionnaires ayant des accointances avec les politiques.

17.Posté par TOM le 06/07/2016 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sans concurrence aérienne ce projet n'a aucun légitimité, les investisseurs (chinois ou autre) l'auront compris... les hôtels existants ont déjà du mal à survivre avec les prix prohibitifs pour venir jusqu'à Tahiti.

16.Posté par emere cunning le 06/07/2016 10:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ET voilà que, ô lumière, Bouissou vient de « réaliser » que des investisseurs locaux en ont les moyens. Pas intéressés jusqu’ici par leur AMI, ils se réveillent eux aussi. Et c’est déjà tout bon, même pas besoin de vérifier malgré les leçons que le gouvernement a soi-disant tiré de sa « mésaventure »… « qui n’en est pas une ». Il ne peut juste pas pai dévoiler leurs noms à la « populace », mais il lui assure que leurs champions locaux ont réalisé des projets autrement plus importants que le Mahana Beach !!! Et au diable leur transparence et prudence chéries.
Oupsss j’oubliais, Fritch ma n’ont pas renoncé au projet du combattant « d’arrière-garde », ET ils reviennent à l’esquisse du groupe hawaïen 70 qu’il avait retenu !!! Hahaha...

15.Posté par emere cunning le 06/07/2016 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bizarre, bizarre !!! A SEULEMENT 5 JOURS du retrait du consortium chinois mené par Recas, Bouissou tane nous annonce qu'il nous a, d'ores et déjà, déniché du beau monde pour le remplacer !!! Le consortium n’a pas les moyens de verser la modique (vu le projet) caution de 215 millions CFP mise en place, ET alors que sa candidature a été retenue par le CABINET D’EXPERTS que le gouvernement a PAYE pour vérifier la capacité financière des compétiteurs !!! En passant, notre ministre ne dit pas si son gouvernement a lui aussi respecté ses engagements et profité de ces deux longues années pour libérer le domaine promis et le livrer travaux et aménagements achevés !!! Inutile d'ailleurs, on a tous vu au reportage d'hier soir que ça n'était pas le cas... It must be a detail.

14.Posté par Lou le 06/07/2016 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il semble que le bulle chinoise soit en train de se dégonfler. Ce n'est peut-être pas une mauvaise chose que le groupe Recas ait calé avant le début du chantier, car la suite aurait été dramatique s'il n'avait pas pu aller au bout du projet.
Plutôt qu'un grand projet mégalo à la Flosse, il vaut sans doute mieux choisir une sorte de "politique des petits pas" pour le développement de notre tourisme.

13.Posté par simone grand le 06/07/2016 08:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

un projet à notre dimension et je suis persuadée que beaucoup d'investisseurs locaux s'y engageront

12.Posté par LUC le 06/07/2016 08:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand je vois les sommes que les chinois investissent dans le monde ( hier soir à la TV..Des chinois reprennent un club de foot italien pour 450 millions d'euros !) soit 54 milliards de xpf !!! Et il y a tant d'exemples...
Malheureusement cela démontre que ce pays à un très gros pito et qu'il est gouverné depuis fort longtemps par des amateurs.....
En conclusion, le MAHANA BEACH finira avec 3 roulottes, un cabane d'artisanat, et des chiens errants....

11.Posté par Ralph le 06/07/2016 07:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si les investisseurs préfèrent investir ailleurs que chez nous, c'est peut être parce que chez nous nous avons une mentalité qui n'est pas la bonne ? Remarquez comment réagissent les gens dès qu'il y a le moindre projet novateur sur la table. Les cris de tous ceux qui refusent d'aller de l'avant s'entendent au delà de notre horizon et ça n'est pas rassurant pour personne et surtout pour aucun investisseur. Regardez tous les mélodrames que l'on produit sans cesse, la qualité de nos politiques, Papenoo, Atimaono, Taravao, Regardez ce qui se passe à Miri ! Tout ça n'est pas sérieux, aucun investisseur étranger ou pas, n'ira mettre son argent dans un pays a risque comme le notre. C'est à nous de changer.

10.Posté par Gilles le 06/07/2016 07:29 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Étonnant pour 2 raisons:
- Il serait plus sage de mettre en oeuvre des projets moins gros mais plus nombreux.
- Après la gestion déplorable de l''hôpital TAAONE, que va donc donner l''intrusion du TNAD dans ce projet.

9.Posté par gégé le 06/07/2016 06:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le pays n'a pas un sou et monte un projet pharaonique et démesuré qui coûte des milliards de FCP et trouve quand même le moyen de dire que tout est de la faute des chinois. Chapeau les artistes !

8.Posté par Tamatoa le 05/07/2016 23:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi les chinois investiraient ici...ils ont la micronesie juste a cote! Aucun sens...que du vent....comme la ferme aquacole...pourquoi ne pas la faire nous meme???

7.Posté par Coco le 06/07/2016 09:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tous ces va et vient on coutes cher à la Polynésie et ils continuent avec leurs chers investisseurs locaux

6.Posté par Pavlova le 05/07/2016 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tataratata...c'est Mc Donald ! Que du blabla avant les prochaines elections MDR !!! Deux acteurs de petites pieces de theatre et ce sont ces petzouilles qui nous gouvernent waow...Investissez dans des plantations de riz chinois vous vous ferez moins entubes bande d'amateurs va...

5.Posté par Go le 05/07/2016 20:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Beaucoup de déception en vue avec ce gouvernement qui cherche à masquer l'échec. ..

4.Posté par Pito le 05/07/2016 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il est vrai qu'une grande partie dès projet initiés par Flosse ont été des catastrophes financières. S'il avait été encore au pouvoir il aurait maintenu celui ci et nous nous serions retrouvé avec une zone touristique totalement déserté après seulement quelques mois d'ouverture et avec une magouille financière énorme, comme l'affaire du port de Fararea et tout le reste. Maintenant attendons et voyons venir les éventuels financiers et surtout restons vigilant afin que ce projet ne devienne pas un gouffre financier pour le Fenua.

3.Posté par Tuladibouffi le 05/07/2016 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pas très rassurant tout ce cinéma qui va durer jusqu'au prochaines territoriales de 2018. Encore ce même projet dans les promesses électorales du Tapura. Ils manquent pas d'air au moins. Commencez à faire déjà des fare pote ce sera toujours un début !!! Le ClubMed est passé depuis janvier 2015 sous pavillon chinois et ses villages fleurissent sur tous les continents sauf bien entendu en Polynésie française, le dernier paradis terrestre !!! Cherchez l'erreur !!! Nous sommes trop loin et trop cher et tant que le prix des billets d'avion sera ce qu'il est il n'y a pas d'espoir. Reste que 185 000 touristes par an ce n'est pas si mal et cela semble convenir aux professionnels du secteur que l'on entend jamais se plaindre ou si peu. Toutes les explications fumeuses du gouvernement Fritch ne sont que poudre aux yeux.

2.Posté par Gatien le 05/07/2016 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il ne manque pas d'air le RMA. Pour rendre les autres responsables ils sont champions ! A les entendre ils se réjouissent presque du retrait des investisseurs, ou comment transformer leur connerie en or ! En plus on nous prend pour des idiots. Je crois que Flosse à raison, c'est foutu et les investisseurs iront voir ailleurs. Merci Edouard ! Quel gâchis.

1 2
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 04:00 Un hacker "éthique" à Tahiti

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués