Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Clinique Paofai : le haut-commissaire demande un audit de sécurité "sans délai"



"Le projet de changement du groupe électrogène doit être lancé au plus tôt étant entendu que la direction de la clinique avait déjà annoncé son remplacement (…) en 2014", souligne Lionel Beffre.
"Le projet de changement du groupe électrogène doit être lancé au plus tôt étant entendu que la direction de la clinique avait déjà annoncé son remplacement (…) en 2014", souligne Lionel Beffre.
PAPEETE, le 12 avril 2016. Le haut-commissaire a adressé lundi un courrier au maire de Papeete. Il indique qu'il est "nécessaire que la clinique (Paofai) fasse procéder sans délai" à un audit de sécurité. "Le projet de changement du groupe électrogène doit être lancé au plus tôt", insiste-t-il.

"La polyclinique Paofai a connu dans la nuit du 17 au 18 mars un incident grave suite à une coupure électrique qui aurait pu avoir de lourdes conséquences pour les patients hospitalisés dans cet établissement", débute le haut-commissaire dans le courrier qu'il a adressé lundi au maire de Papeete au sujet de "la sécurité du public" au sein de la clinique.

Dans la nuit du 17 au 18 mars, la clinique Paofai s'était retrouvée sans électricité. Le groupe électrogène qui est censé pouvoir prendre le relais n'avait pas rempli sa fonction. Quatre patients avaient été conduits vers le centre hospitalier du Taaone.

Dès le 18 mars, la commission de sécurité de Papeete avait émis un "avis défavorable" à l'ouverture de la clinique Paofai et demandé à l'établissement de prendre rapidement les mesures nécessaires.

"FIXER UN ÉCHÉANCIER PRÉCIS"
Les premières dispositions prises ont été jugée insuffisantes le 6 avril pour la commission de sécurité, composée de représentants de la Polynésie, de l'État et de la commune de Papeete, spécialistes de la sécurité civile et publique.
"Il semble que la direction de la clinique n'ait pas été en mesure de présenter un projet concret et budgétisé de mise aux normes des installations", indique le haut-commissaire dans son courrier. "Je ne peux que vous encourager à fixer un échéancier précis des actions à réaliser par la clinique afin qu'elle se mette en conformité."

Lionel Beffre complète et insiste : "Il est nécessaire que la clinique fasse précéder sans délai à l'audit de sécurité qui servira de base aux membres de la commission de sécurité pour évaluer le niveau réel de sécurité de cet établissement". Pour appuyer ses propos, le haut-commissaire a même écrit en gras et surligné les termes "sans délai".
Pour le haut-commissaire, les résultats de cet audit devraient être présentés le 27 avril, lors de la prochaine réunion de la commission de sécurité.

Autre point qui pose problème selon le représentant de l'Etat :
le groupe électrogène. "Le projet de changement (…) doit être lancé au plus tôt étant entendu que la direction de la clinique avait déjà annoncé son remplacement (…) en 2014". "Il est donc impératif que la direction de la clinique soit en mesure de présenter des éléments concrets relatifs à l'acquisition d'un nouveau groupe et les délais prévus de livraison et d'installation pour le 27 avril".


Etablissement de santé : qui valide l'ouverture ?

"Que fait l'inspection médico- administrative de la Direction de la santé ?" "Mais pourquoi les autorités ne ferment pas cette clinique ?" Beaucoup de lecteurs nous ont interpellés la semaine dernière après l'avis défavorable à l'ouverture de la clinique Paofai de la commission de sécurité. Direction de la santé et service de l'urbanisme donnent des explications pour y voir plus clair.

Pour ouvrir ou proposer un nouveau service, un établissement de santé doit recevoir une autorisation de fonctionner. Cette autorisation doit être donnée pour les lits, le matériel lourd, les activités… C'est le président de la Polynésie française qui donne ces autorisations. Ensuite, une visite de conformité est effectuée par la Direction de la santé. Elle vérifie tout : le nombre de lits autorisés, l'organisation des soins, la répartition des locaux, le fonctionnement et l'organisation des soins. "La visite de conformité a pour but de vérifier que l'établissement est en mesure de mettre en œuvre l'autorisation qu'il a reçue et que ce qui est mis en place correspond au dossier déposé lors de la demande d’autorisation", explique Marion Arbes, responsable du département planification et offre de soins à la direction de la santé. "Mais on n'est pas dans le contrôle de la sécurité incendie. Ça c'est le rôle de la commission de sécurité."
A l'issue de la visite de conformité, le remboursement des soins par la Caisse de prévoyance sociale est possible.
En revanche, une fois cette visite de conformité réalisée, il n'y a pas de calendrier fixé pour d'autres visites de contrôle par la direction de la Santé.

LA COMMISSION DE SÉCURITÉ VÉRIFIE LES RISQUES D'INCENDIE
La commission de sécurité, elle, intervient pour tous les établissements qui reçoivent du public pas uniquement ceux qui reçoivent des patients. C'est ainsi que les organisateurs de concert à To'ata, le directeur de l'aéroport, les patrons de restaurant… doivent eux aussi passer devant la commission de sécurité. "La commission de sécurité émet un avis qui est consultatif", explique Bernard Amigues, chef du service de l'urbanisme et président de la commission de sécurité, avant de rappeler : "La question de la décision de l'ouverture au public revient au maire."
Concernant la clinique de Paofai, la commission de sécurité de Papeete a mercredi un "avis défavorable" à l'ouverture de la clinique Paofai. La commission vérifie les mesures afin d’assurer la sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans l'établissement. Elle regarde ainsi si toutes les dispositions sont prises pour limiter les causes d'incendie, éviter une propagation rapide du sinistre, permettre une évacuation sûre et rapide du public et faciliter l'action des services de secours.

En tous les cas, même après un avis défavorable de la commission de sécurité, c'est le maire qui a le dernier mot. Bruno Marty, conseiller municipal, qui a délégation de signature pour le dossier de la clinique Paofai, se veut rassurant. Interrogé sur la présence ou non de risques, il répond : "Non, il n'y en n'a pas. Sinon j'aurais fermé la clinique. Ne vous inquiétez pas."
La Direction de la santé peut être consultée par le maire avant de prendre une décision de maintien d'ouverture ou de fermeture d'un établissement de santé. La Direction de la santé tient aussi à rassurer : "Il n'y a pas de problème" pour être soigné à la clinique Paofai.

Rédigé par Mélanie Thomas le Mardi 12 Avril 2016 à 17:30 | Lu 2137 fois

Tags : PAOFAI, SANTE






1.Posté par LaGarte le 12/04/2016 20:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et si le Haut Commissaire portait un peu son attention les cocotiers centenaires qui menacent de tomber sur les enfants qui vont à la plage publique de Temae ?

2.Posté par J H le 12/04/2016 22:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la direction de la santé ( où la directrice de la clinique à longtemps travaillé avant de prendre sa retraite pour cumuler avec son poste actuelle surement plus que bien payé) dit qu'il n'y a pas de problème !!! pas certain que les salariés et certains patients pensent pareil. On peut se demander si le directeur de la santé ex collègue de la directrice de PAOFAI oserait demander un audit indépendant du fonctionnement? combien d'enquête ont été mené ? famille du maire de papeete, ami du directeur de la santé ! il y a urgence à faire un audit des installations et du fonctionnement . les médecins de la polyclinique sont ceux qui travaillait à la clinique avant dans les conditions que l'on sait !!! BUSISNESS c'est les patients et les salariés qui trinquent

3.Posté par J H le 12/04/2016 22:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le haut commissaire a raison. Il ne veut pas que l'etat se retrouve mis en cause . Etonnant le silence de M BUILLARD, de P HOWEL et d'E FRITCH !!! financement politique ?( B MARTY ne fait pourtant pas partie du TAPURA !!) Quand aura lieu l'appel d'offre pour une clinique unique et surtout quand l' autorité de régulation et de CONTROLE sera elle crée ? Mme la ministre de l'outre mer , Mr le premier ministre suspendez les versements pour le RSPF et diligenter un audit sur fonctionnement des cliniques !!!! Il y a pas que la sécurité incendie en cause !! il suffit d' être passé dans les locaux et le bloc pour le savoir. rien n'est aux normes .Le bloc s'est un hall de gare !!l'hospitalisation de jour une honte !! les personnels ; des OTAGES !!

4.Posté par Corbeau le 13/04/2016 07:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

S'il n'y a plus de naissance à Papeete, c'est beaucoup, beaucoup moins de paperasse pour la mairie de Papeete et ils le savent très bien.

5.Posté par Mathius le 13/04/2016 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Punaise, il a fallu le menacer de mettre l'état en cause dans les procés contre les établissements de santé par certains patients pour qu'enfin le garant de la légalité prenne ses responsabilités. Surtout, imposé systématiquement à votre avocat de mettre en cause l'état dans vos procés contre les établissements de santé, car la securité dès personnes dans ses établissements sont en danger. fermez les clinique et vous verrez le miracle arrivé car leur propriétaires, des médecins aiment l'argent avant leurs patients alors ils se mettront aux norment sécuritaires.

6.Posté par IGASSE le 13/04/2016 10:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelques commentaires, sur la position grotesque et risquée de la direction de la santé

c'est sidérant !!! et à la limite du comique, si il n'était pas question,

et de la sécurité et de la santé des malades et des patients en jeu:

- on ne peut séparer artificiellement santé / et sécurité incendie!

- le fait que le groupe électrogène, entre autres est défaillant, impacte directement les "installations" proprement de soins et a fortiori "l'organisation des soins", et l'agencement" des locaux",

- une enquête doit être diligentée, ca devient plus qu'obligatoire! surtout, après les récents évènements!
il ne faut pas avoir fait ENSP ou st CYR, pour s'en apercevoir,

d'ailleurs ils le reconnaissent , puisque le maire PEUT les consulter!
celui ci et c'est un conseil, a d’ailleurs tt intérêt à saisir la DS de manière officielle, car le groupe électrogène ne sert pas à alimenter un container de carcasses de veaux de chez wing chong!, n'est ce pas!

- c'est grotesque ce cloisonnement administratif et non fonctionnel

- la direction de la santé se cache derrière son petit doigt, tel le nez de PInochio ,quid de sa responsabilité pénale?

-pourquoi l'inspection ne veut pas y aller, y aurait il trop de cho...

7.Posté par John Devan le 13/04/2016 12:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les gros sous, les liens amicaux ou autres, les interets personnels, familiaux, l'absence de volonté planqué derrière son bureau et grassement payé... tout ça donne pour résultat des cliniques d'un autre age, mais qui restent extremement rentables pour les actionnaires... merci la cps et donc nous pour ces places au soleil...
comme d'ahbitude, on entend pas le minsitre; quel pare feux va-t-il utilisé cette fois-ci

8.Posté par teiki le 13/04/2016 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sachez que le haut commissaire garde la possibilité d'intervenire dans tous les domaines de compétences,si par négligence,insuffisance,etc...
Ce dernier restera toujours le garant de la sécurité des citoyens et des biens.A charge pour la collectivité d'assumer ses responsabilités qui luis sont confiées...Quelle honte de se faire réguliérement rappeller à l'odre!!

9.Posté par Arsenik le 13/04/2016 16:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ post 8 Teiki
Tu as raison a 300% ..et après on hurlera après le haussaire-méchant-colon que nous on sait tout ...oui mais on ne fait rien .

10.Posté par VAVAHI le 13/04/2016 18:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

a vous tous au dessus faites avant de parler

11.Posté par Hirinake le 13/04/2016 20:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lionel BEFFRE a mille fois raison, il est oblige de prendre des decisions "graves" a la place du ministre de la Sante et pire meme du President du Gouvernement !!!! "C'est excessivement grave pour l'autonomie interne". Cela prouve bien que nos ediles politiques sont incompetents, immatures, et pire encore irresponsables complets !!!
Tant qu'a faire MARTY president de tout ce que vous voulez....on aura tire le gros lot les gens du fenua !!!!

12.Posté par zozo le 14/04/2016 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mr le HAUT COMMISSAIRE ,MM LA MINISTRE DE L'OUTRE MER
pourquoi on entend jamais parler de la clinique cardella? passe droit ? NON !
le bâtiment et le terrain appartiennent à la CPS ;Elle a touché et touche un loyer qui lui a permis de payer l'ensemble et de faire l'entretien nécessaire à la sécurité ;.En plus comme c'est la CPS qui choisi le locataire, si la clinique cardella avait de mauvaise pratique elle se verrait refuser le renouvellement du bail tout simplement ! la CPS s'est payé un terrain en centre ville et a le contrôle et le choix de la clinique locatrice !!!
suite dans prochain post

13.Posté par zozo le 14/04/2016 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SUITE Mr LE HAUT COMMISSAIRE ,Mm LA MINISTRE DE L'OUTRE MER
Pourquoi on entend toujours parler de la clinique PAOFAI ? acharnement ? NON
le batiment appartient à la SCI privé CICOGNE . Elle a touché un loyer pris sur la dotation globale versé par la CPS a la société locatrice qui lui a permis de valoriser plusieurs fois son emprunt. Ayant la seule clinique disponible ,elle a mis dans son bail à la charge de la clinique locatrice tout les travaux et charge ! Travaux et charge pris sur la dotation globale versée par la CPS ! aujourdhuis la SCI CICOGNE encaisse plusieurs dizaine de millions en loyer sans aucun frais ou presque ! La CPS a payé le batiiment,le terrain,,l'entretien à fond perdu !!!

14.Posté par Mathius le 14/04/2016 17:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si Zozo a raison pourquoi la cps ne porte pas plainte pour abus de confiance?

15.Posté par zozo le 14/04/2016 17:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

FIN Mr LE HAUT COMMISSAIRE Mm LA MINISTRE DE L'OUTRE MER
Quel modèle pour la clinique unique ?
Le même qu' en NLLE CALEDONIE, le même que celui utilisé pour la clinique cardella; le terrain et le batiment au pays ou à la CPS qui fixeront le loyer .C'est le seul moyen d'avoir le contrôle de l'entretien,de la bonne gestion et de la bonne exploitation de la clinique locatrice !! DEVIANCE, explosion des actes, FIN DU BAIL et mise en place d'une nouvelle société. Le pays est trop petit pour mettre en place une concurrence de clinique privé. En possédant l'infrastructure il pourra réguler l'exploitation libérale. Dans le cas contraire il se retrouvera avec une clinique PAOFAI puissance deux et payera sans fin !!!

16.Posté par VAVAHI le 14/04/2016 17:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@12 et 13, si je lis bien, il faudrait que la société qui gère la clinique de Paofai dénonce le bail avec la société Cigogne? Par contre je vois pas trop le rôle de la Cps dans le truc, sinon, dans les soucis que traverse la clinique, la Cps aurait aussi sa responsabilité engagée?? Explique si te plé

17.Posté par zozo le 14/04/2016 18:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@VAVAHI
la SCI CICOGNE n'a aucun interêt a dénoncé le bail de la polyclinique . Elle touche le loyer et fait payer la mise aux norme et tout l'entretien du batiment par son locataire la polyclinique. comme c'est la CPS qui finance à la clinique à 90 % c'est la CPS (donc nos cotisations) qui paye C' est tout benef pour la SCI CICOGNE propriété de Mm FICHTER !! La pompe à fric continue à fonctionner
C'est la polyclinique qui devrait dénoncer le bail pour bail abusif mais le proces va durer des années et elle payer en attendant
C est pourquoi la nouvelle clinique devra appartenir à la CPS ou au pays Ainsi ils seront maitre du BAIL , des dépenses infrastructures et pourront contrôler l'exploitant La CPS va payer autant qu'elle soit proprio !!

18.Posté par zozo le 14/04/2016 18:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@VAVAHI

La cours des comptes nationales dans son rapport en 2011 a bien précisé que la cps devait controlé ce pourquoi elle payait .Elle a été très critique sur la CPS qui se contentait de payer (parfois pour des choses qui n'existait pas !). QUI PAYE CONTROLE !!! d'ailleurs les conventions passé avec les cliniques précisent bien qu'elles doivent respectées les normes de soins et autres !!! n'oublions pas que le ministere de la santé à des membres au CA de la CPS !! La présidente de la commission de l'assemblés est parfaitement au courant des soutients dont la clinique PAOFAI a bénéficié à l"époque pour ne pas se mettre aux norme. elle avait fait faire un audit Et il est évident que rien ne change sauf au niveau haussariat

19.Posté par zozo le 14/04/2016 19:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@MATHIUS

j'adore ton humour LOL Tu sais bien qui est la propriétaire de la SCI CICOGNE (compte disponible et consultable au greffe du trib commerce) Tu n'ignore pas sa plus que proximité avec le TAHOERAA , nottament par son demi frère accessoirement administrayeur de la CPS à une certaine époque. Tant qu'au système syndicale sous la présidence de G FLOSSE il suffit de lire l'arrêt de cassation confirmant les emplois fictifs La SCI est privé la polyclinique aussi du coup le bail est privé. la dotation est globale du coup la polyclinique fait ce qu'elle veut avec l'argent ;Non repect des normes là oui la cps peut intervenir .A la reprise les médecins aurait du demander un bail correct au juge . Ils ont pas voulu !!

20.Posté par Mathius le 15/04/2016 09:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si Zozo a raison alors le président du pays doit saisir la justice au noms des prestataires de la CPS pour abus de bien sociaux. Hé! L'obligation des cotisations à la cps est bien une décision du pays, donc le président à un devoir de protection de l'argent des cotisants que le pays oblige ã payer ã cet organisme dit social.
Messieurs les journalistes qu'attendez-vous vous pour poser les bonnes questions aux elus qui font les poches de braves citoyens pour s'enrichir ainsi que leur copains dans la santé. Tiens que va répondre les syndicalistes?
Zozo, en as tu une idée?

21.Posté par emere cunning le 24/04/2016 14:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ zozo,
"A la reprise les médecins aurait du demander un bail correct au juge . Ils ont pas voulu !! "
ET POURQUOI donc ??? Pas besoin d'un dessin, ces chers taote seraient PASSES A LA CAISSE sans se contenter de jouer les tiroirs-caisses, et par ici la monnaie... auX suivantS.
Quant aux hommes d'affaires et chefs d'entreprises ici, en France et partout, c'est un secret pour personne qu'ils sont proches du pouvoir en place (ou fassent semblant de l'être) QUEL QU'IL SOIT ET TANT QUE CA ROULE POUR LEURS INTERÊTS. D'ailleurs, il me semble bien qu'ils viennent de décrocher un énième petit coup de pouce de l'actuel gouvernement, ennemi du Taho'eraa.

22.Posté par J H le 24/04/2016 15:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

clinique privée = hôpital public !!! que vous alliez à l'hôpital ou en clinique vous faire soigner vous ne payerez rien du tout (sauf si on exige une chambre seule) !!! prise en charge 100 % . la seule difference à l'hôpital vous avez du materiel ,des chambres , des sanitaires, et un blocs opératoire aux normes avec des spécialistes sur place 24h/24 ! ,en cliniques vous avez des chambres à 4 ou 5 honteuses sans douches et toilettes , des blocs qui seraient fermé en metropole et pas de specialiste 24h/24 ! Mais questions durée de séjour, arrêts maladies , ordonnances, permission de sortie et visite c'est open bar ! Les cliniques comme l'hôpital vivent uniquement sur les fonds publics. En metropole pour aller en clinique tu payes, ou alors il faut avoir une mutuelle !!!

23.Posté par zozo le 24/04/2016 16:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est noel !!! pour une fois EMERE reconnait le bussisnes local et la complicité pays chef d'entreprise. Quand on sait que le vieillard a été le principal dirigeant et les rumeurs sur les 10% c'est une ouverture des yeux qui fait plaisir. Nous verrons si E FRITCH poursuivra dans la même ligne!. G TONG SONG lui avait reconduit les deux établissements quand il était devenu président, alors que O TEMARU avait lui mis en œuvre une clinique unique !! Mais G TS avait besoin de soutient !! BIS REPETITAS avec le TAPURA ???? Grace à nos cotisations les médecins libéraux ont une puissance financiere non négligeable ! P HOWELL lui même a reconnu leur pouvoir !!!

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués